Dangeau (ancienne commune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dangeau (ancienne commune)
Dangeau (ancienne commune)
L'église Saint-Georges
Logo monument historique Classé MH (1959).
Blason de Dangeau (ancienne commune)
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Intercommunalité Communauté de communes du Bonnevalais
Maire délégué Philippe Villedieu
Code postal 28160
Code commune 28127
Démographie
Gentilé Dangeolais(e)
Population 920 hab. (2015 en diminution de -3.36 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 33″ nord, 1° 17′ 09″ est
Altitude 136 m
Min. 130 m
Max. 184 m
Superficie 39,63 km2
Élections
Départementales Châteaudun
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Dangeau
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 15.svg
Dangeau (ancienne commune)
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 15.svg
Dangeau (ancienne commune)
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Dangeau (ancienne commune)
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Dangeau (ancienne commune)

Dangeau est une ancienne commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire : le , l'ancienne commune de Dangeau a fusionné avec Bullou et Mézières-au-Perche dans la commune nouvelle de Dangeau.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Ozanne, affluent droit du Loir, et donc sous-affluent de la Loire, par la Sarthe et la Maine.

Pont sur l'Ozanne.
Pont sur l'Ozanne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latines Donjolium en 1040[1], Dangiolum en 1050[2], Domniolum en 1064[2].

Du bas latin dominialis, du latin classique dominus (seigneur), signifie seigneurial. Le [sous-entendu : domaine] seigneurial. Le groupe de consonne nj indique la palatalisation. Le suffixe -oialum a été compris -ellum. « Petite possession seigneurale »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La gare du tramway (1910).
  • Le développement du second réseau des Tramways d'Eure-et-Loir inclut l'ouverture le de la ligne Bonneval - Brou (25,5 km), desservant ainsi Dangeau jusqu'en 1933.
  • Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 2 000 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent en Eure-et-Loir. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (le camp de Lucé et la prison de Châteaudun rouverte pour l’occasion), 53 villages sont mis à contribution[4], dont Dangeau[5].
Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[6].
Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, mais en décembre, 922 ont préféré rester et sont rassemblés à Dreux et Lucé[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 octobre 2009 Christian Bilbaut UDF Docteur
novembre 2009 31 décembre 2017[8] Philippe Villedieu SE Chef d'entreprise

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 920 habitants, en diminution de −3,36 % par rapport à 2010 (Eure-et-Loir : 1,9 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3611 3851 3461 4121 4701 4581 5081 5071 500
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4861 4091 4671 3861 3921 4321 3791 3691 367
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3141 3541 3191 1361 1611 1491 0991 1131 063
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 006915829749742775904952934
2015 - - - - - - - -
920--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges-et-Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

XIIe et XVIe siècles, Logo monument historique Classé MH (1959)[13] ;

Château de Bouthonvilliers[modifier | modifier le code]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Une scène du film d'Yves Robert, Alexandre le bienheureux, a été tournée à Dangeau : une 2CV rouge arrive à Dangeau en passant sur le pont de pierre au-dessus de l'Ozanne et se fait arrêter devant l'église[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason Dangeau.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d’argent à la bande fuselée de gueules, senestrée d’un lion de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Révélation de Dangeau, en vente chez les commerçants du village.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations dialectales (suite) et françaises, Droz, , p. 1471.
  2. a et b Revue de linguistique romane, .
  3. Guy Villette, Le nom des villes et des villages d'Eure-et Loir, CDDP Eure-et Loir, .
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  5. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  6. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  7. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  8. « Le périmètre de la commune de Dangeau s’est élargi et englobe Bullou et Mézières-au-Perche », sur http://www.lechorepublicain.fr,
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 .
  13. « Église Saint-Georges », notice no PA00097094, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Château de Bouthonvilliers », notice no PA00097093, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Fiche de Philippe de Courcillon de Dangeau de l'Académie Française
  16. « Sur les pas des botanistes Charles-Isidore Douin, enseignant, et son fils Robert Douin, élève, au Lycée Marceau » par Pierre Boudier, Muséum des sciences naturelles de Chartres, bulletin 2014-2015 de l'Association des anciens élèves des lycées Marceau et Hélène Boucher.
  17. « Sim laissera un bon souvenir aux habitants d'Eure-et-Loir », La République du Centre, édition Loiret, 7 septembre 2009, p. 3
  18. Romain Beal, « Cécile Corbel, harpiste connue jusqu’au Japon, enregistre ses albums dans son studio à Dangeau », sur https://www.lechorepublicain.fr, (consulté le 22 septembre 2019).
  19. Alexandre le bienheureux : Lieu de tournage à Dangeau