Curlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Curlu
Curlu
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Daniel Cresset
2014-2020
Code postal 80360
Code commune 80231
Démographie
Gentilé Curvélogiens
Curvélogiennes
Population
municipale
149 hab. (2015 en augmentation de 4,93 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 52″ nord, 2° 49′ 02″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 122 m
Superficie 5,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Curlu

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Curlu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Curlu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Curlu

Curlu est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est d'origine aqueuse des ères secondaire, tertiaire et quaternaire. Il est riche en acide phosphorique. La couche de terre végétale est très peu épaisse.

Le sous-sol est de nature calcaire et dans sa partie nord, argileux. Dans les vallées le sol est recouvert du limon des plateaux riche en gisement de phosphate de chaux, sable, bief et craie[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le paysage de la commune est composé de vallées, plateau et collines. Au nord-est on trouve des collines, au sud-ouest, une plaine, l'île de Frise. A l'extrême nord une vallée sèche et profonde, la vallée des Maures et aussi la vallée de la Somme, sur la rive droite, Curlu est presque au ras des marais, dominée de tous côtés par les hauteurs[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le cours de la Somme alimentée par des sources. On trouve une première nappe phréatique peu profonde puis une seconde plus profonde[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest et de sud-ouest[4].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le recensement de 1896 nous donne la situation démographique des hameaux [5] :

  • Fargny, 13 habitants ;
  • les Fosses, 5 hab. ;
  • la Ferme rouge, 4 hab. ;
  • la Cantine Lambert, 12 hab. ;
  • la Chapelle, 4 hab.

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune possède un habitat groupé avec plusieurs écarts.

Activité économique et de services[modifier | modifier le code]

L'activité économique de la commune reste l'agriculture.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Maricourt Hardecourt-aux-bois Maurepas Rose des vents
Maricourt N Hem-Monacu
O    Curlu    E
S
Éclusier-Vaux Frise

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses sont recensées[5],[6] :

- Cuerlu (1189), correspondant au nom du maître du lieu : Cuer.

- Cuer lu : cœur du loup.

- Cuerlu Quellu (1241), c'est-à-dire : « Quel lieu ! » , cri de surprise des religieux d'Arrouaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des armes et des monnaies gallo-romaines ont été trouvées sur le territoire communal[5].

Sous l'empereur Probus, des vignes ont été plantées. Elles ont été supprimées au XVIIIe siècle[5].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1151, Mathieu de Ham attribue la terre de Curlu et Fargnier à Fulbert, abbé d'Arrouaise. Ce dernier y établit un prieuré de plusieurs moines et de serfs pour défricher et mettre en culture. L'église construite ensuite est dédiée à saint Nicolas[5].

En 1180, Gautier, abbé d'Arrouaise affranchit les serfs des deux villages[5].

Curlu devint alors un bourg avec maire et échevins[5].

En 1415, Oudart de Renty, seigneur de Curlu, combat et trouve la mort à la bataille d'Azincourt en 1415[7].

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Curlu[modifier | modifier le code]

Antoinette de Curlu et Antoine de Haynin de Warlaing :

Antoine, premier-fils de Colard de Haynin (aussi de Hennin) et de sa seconde épouse Cornélie d’Avesnes, brise ses armes « d’une hure (de sanglier) de sable au 1er canton, défendue et allumée d’argent ».
Il épouse le 29/10/1506 Antoinette de Curlu, fille de Jacques et de Jeanne de Saint Hilaire.
Antoine est seigneur et marquis de Querenaing ; il décède à Cambrai le 14 juillet 1551 et est « dit enterré à Saint Géry » (...où il a épitaphe et armoiries).

S’il y a eu polémiques dans les documents anciens, il est désormais possible de trancher définitivement ici avec :

* les titres de la Maison de Haynin de Barat,
* un document des archives départementales du Nord, et enfin
* l’« Épitaphier de Valenciennes et environs ».
Ces trois documents citent bien l'épitaphe ne le situant pas à Saint Géry mais à Saint Georges ; deux lieux de cultes sis tous deux à Cambrai :
« en l’église de Saint Georges à Cambrai… Tableau de l’Ascension au-dessus de l'arcade du bas côté septentrional… chi devant ce pilier gist le corps de feu Antoine de hennin, escuyer qui trespassa le XIIII du mois de juing A° XVXLII et de damoiselle Anthoinette de Curlu sa femme le dernier jour an XVC et XXX priez pour leurs âmes »
« le volet de la droite représente Anthoine de Haynin et derrière lui ses fils au nombre de six. Son escu est d’or à la croix engrêlée de gueules brisé d'une hure de sable à dextre, timbré d’un casque, cimier : une hure de sable au milieu d'un vol d’or ; le volet de gauche, Anthoinette de Curlu et ses cinq filles, son escu est un losange parti de celui de son mari et le deuxième d'azur au chef d’or »

La Sentence de l'Élection d’Artois (1609) a permis de dresser avec précision la descendance d'Antoine et d'Antoinette soit dix des onze enfants, d'établir que l'enfant manquant est une fille et de la supposer probablement morte jeune :

  1. Cornélie,
  2. Claude époux a) Catherine l’Aoust, b) Julie Préau,
  3. Adrien, conseiller de Cambrai, époux de Marie de Franqueville,
  4. Antoinette, épouse de Charles de Landas,
  5. Antoine ,
  6. Henri, dont les seigneurs de Haynin de Warlaing,
  7. Simon, dit Parent, époux d’Antoinette Gamin,
  8. Marie, épouse de Pierre Gamin,
  9. Isabelle, épouse de Claude Brillet,
  10. Jean, époux de Françoise Roisel.
L'ascendance, jusque un peu avant l'an 1000, et la descendance de ces époux à nos jours, sont consultables sur un forum [2].
Antoinette de Curlu est décédée le [8].

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1814-1815 la commune souffrit des invasions étrangères.

En 1870-1871, pendant la guerre franco-allemande de 1870, la commune occupée par les Prussiens subit des réquisitions en argent et en nature.

En 1899, une voie de chemin de fer Decauville de 60 cm de large relie l'usine avec les trois carrières du gisement de phosphate de chaux. Une brasserie est exploitée dans la commune[5].

Ruines de l'église, après la bataille de la Somme (1916).

La Grande Guerre[modifier | modifier le code]

Le peintre officiel aux armées françaises : François Flameng a réalisé de nombreux croquis et dessins des combats qui eurent lieu ici pendant la Première Guerre mondiale et qui parurent dans la revue l'Illustration.

Le village fut libéré de l'occupation allemande le , après 21 mois d'occupation, de privations et de réquisitions. En une demi-heure de déluge de feu, le village devint un « amas de maisons »[9],[10]. La 11e division d'infanterie perdit 250 soldats le jour même dans la commune.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le village totalement détruit totalement pendant la Grande Guerre fut reconstruit pendant l'entre-deux-guerres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Roland Senez UMP  
mars 2008[11] 2014 Maurice Caudron    
2014[12] en cours
(au 6 mai 2014)
Daniel Cresset    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2015, la commune comptait 149 habitants[Note 1], en augmentation de 4,93 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361297366450454475477435414
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
396392388362337332329352445
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
425400384140175178146160152
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
130104112118117111134137138
2015 - - - - - - - -
149--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas : détruite pendant la Grande Guerre, l'église reconstruite durant l'entre-deux-guerres, a gardé des fonds baptismaux du XIIIe siècle[17], classés monument historique au titre d'objet, le 30 novembre 1906[18]. Le chemin de croix en terre cuite, réalisé par Gérard Ansart a été inscrit au titre d"objet, monument historique, le 10 août 1996[19]
  • Chapelle datant de 1140, Charles VI y fit ses dévotions avant de battre les Bourguignons en 1414[20].
  • La découverte du village peut se faire par les circuits pédestres.
  • Monument aux morts édifié en 1923. Pyramide surmontée d'une Croix de guerre et ornée d'une palme, il est en granit gris de Bretagne[21],[9].
  • Source de la l'irette près des étangs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice géographique et historique sur la commune de Curlu, rédigé par L. Buleux, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  2. Notice géographique et historique sur la commune de Curlu, rédigé par L. Buleux, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  3. Notice géographique et historique sur la commune de Curlu, rédigé par L. Buleux, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  4. Notice géographique et historique sur la commune de Curlu, rédigé par L. Buleux, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  5. a b c d e f g et h L. Bulleux, instituteur, Notice géographique et historique, Archives départementales de la Somme, 1899, Amiens
  6. Lire la notice en ligne sur le site des archives départementales de la Somme.
  7. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? »
  8. La généalogie de cette famille a été traitée par de Sars de Solmont sous sa référence 124/210 [1].
  9. a et b Aude Collina, Vingt-et-un mois de cohabitation avec l'ennemi allemand, le Courrier picard, 22 décembre 2015, p. 21.
  10. Fasol, chroniqueur du « Courrier de Péronne », L'arrondissement de Péronne sous l'occupation.
  11. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 19 juillet 2008)
  12. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. https://www.richesses-en-somme.com/patrimoine-des-%C3%A9glises/fonts-baptismaux/fonts-baptismaux-avant-et-apr%C3%A8s-14-18/
  18. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=80231&NUMBER=3&GRP=0&REQ=%28%2880231%29%20%3aINSEE%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=200&MAX3=200&DOM=Tous
  19. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=80231&NUMBER=4&GRP=0&REQ=%28%2880231%29%20%3aINSEE%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=200&MAX3=200&DOM=Tous
  20. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 262-263 (ASIN B000WR15W8)
  21. Dominique et Jean-Étienne Guerrini, site : [monumentsauxmorts1418somme.jimdo.com].