Compreignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Compreignac
Compreignac
L'église Saint-Martin.
Blason de Compreignac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Bellac
Canton Bellac
Intercommunalité Communauté de communes Élan Limousin Avenir Nature
Maire
Mandat
Jacques Pleinevert
2014-2020
Code postal 87140
Code commune 87047
Démographie
Gentilé Compreignacois
Population
municipale
1 830 hab. (2016 en augmentation de 4,81 % par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 34″ nord, 1° 16′ 32″ est
Altitude Min. 301 m
Max. 587 m
Superficie 47,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Compreignac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Compreignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Compreignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Compreignac
Liens
Site web compreignac.reseaudesville.fr

Compreignac (Comprenhac en occitan, prononcé Coumprégnio) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Compreignacois[1].

En minéralogie une pierre se nomme la compreignacite en hommage à son lieu de découverte dans une mine à Margnac, un village de la commune de Compreignac[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Compreignac en Haute-Vienne.

La commune de Compreignac se situe à 20 km au nord de Limoges, soit une dizaine de minutes de trajet par l’autoroute A20.

Communes limitrophes de Compreignac[3]
Saint-Pardoux-le-Lac Razès
Thouron Compreignac Saint-Sylvestre
Saint-Jouvent Bonnac-la-Côte

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune de Compreignac compte une quarantaine de hameaux en plus du bourg :

  • Angelard
  • Bachellerie
  • Beaumont
  • Bellevue
  • Le Boucheron
  • Le Breuil
  • Le Buisson
  • Chabannes
  • Chatenet-Maussan
  • Les Chevailles
  • La Courède
  • Couteillas
  • La Croix
  • L'Échalier
  • La Faye
  • Gattebourg
  • La Gente (Autrefois La Jante)
  • Le Lac
  • Lavaud-Couteillas
  • Lavaud-Fleuret
  • Malagnac
  • Margnac
  • Le Mas
  • Le Mas-la-Roche
  • Massauvas
  • Maudan
  • La Monge
  • Montaigut
  • Montchaud
  • Montimbert
  • Népoulas
  • Népoux
  • Penny
  • Pontabrier
  • Prassigout
  • Puy-Lariotte
  • Puy-Martin
  • Puy-Mélier
  • Puy-Menier
  • Saint-Roch
  • La Roche
  • La Rode
  • Le Sauvage
  • La Vauzelle
  • Vénachat
  • Vieilleville
  • Villebert

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune culmine au Signal de Beausoleil à 589 mètres, dans les monts d'Ambazac.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune présente dans son extrémité nord le lac de Saint-Pardoux et dans son extrémité ouest l'étang de Tricherie.

La commune est traversée par deux cours d'eau principaux : le Vincou et la Couze.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne 5 de bus de la MOOHV passe par le bourg de Compreignac et relie Limoges a Châteauponsac.

L'autoroute A20 passe sur la commune et la sortie 26 permet de rejoindre le bourg.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Villages[modifier | modifier le code]

La commune est composé d'un bourg mais également d'un grand nombre de villages éparses.

Angelard[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

En 2006, le nombre total de logements dans la commune était de 916, alors qu'il était de 843 en 1999.

Parmi ces logements, 75,2 % étaient des résidences principales, 14,5 % des résidences secondaires et 10,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,7 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 82,6 %, en légère hausse par rapport à 1999 (78,2 %). La part de logements HLM loués vides était de 1,4 % contre 0,7 %, leur nombre étant constant 10 contre 4.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Compreniaco au Moyen Âge.

Il remonte à un type toponymique gaulois.

Le premier élément Compren- représente le nom de personne gaulois Comprinnus[4],[5] (c'est-à-dire Comprinnos) qui signifie littéralement « consors, conjoint, époux » mot attesté dans le plomb de Lezoux. Ce mot est un composé du gaulois com « avec » et de prenno- « bois, tablette de bois avec laquelle on jette des sorts », d'où « personne avec laquelle on partage le même sort », c'est un mot construit comme latin consors (sors, sortis « sort < petite tablette de bois »)[6].

Le second élément -iac représente le suffixe fréquent de présence et de localisation d'origine gauloise -(i)acum[4].

Le sens global est donc celui de « propriété, domaine de Comprinnos ».

Homonymie avec Comprégnac qui conserve une graphie occitane Comprenhac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

  • Les Gaulois et les Romains y ont laissé des traces de leur séjour.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Entre 1370 et 1371 Compreignac fut pris et presque détruit par l'armée anglaise. Un petit chemin rapide, qui monte à l'endroit où était la porte nord de la ville, conserve encore le nom de chemin des anglais, comme étant celui par lequel ils entrèrent dans la place. Le château des Cars fut pris et presque ruiné il ne fut jamais reconstruit[7].
  • Il y avait au chef-lieu de Compreignac deux fiefs différents, qui, plus tard, ont été réunis ; ce sont les Cars et le Mazet, placés l'un à l'est, l'autre à l'ouest du bourg[7].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

  • Le 15 juillet 1597, Martial Benoit acheta les fiefs nobles du Mazet et de Puymenier et devint le seigneur de Compreignac.
  • En 1605 Henry IV se rendit à Compreignac et logea dans la maison curiale.
  • En 1608 Martial Benoit construisit le nouveau château de Compreignac et entourât la ville de murailles.
  • En 1614, François de Saint-George, chevalier, seigneur de Fraisse, vendit tous les droits qu'il avait sur le fief des Cars à Martial Benoît, qui les réunit à ceux du fief du Mazet[7].
  • En 1741 l'arpentement général de la paroisse fut réalisé[7].
  • Jusqu'en 1777, la route de Paris passait par Compreignac[7].
  • C’était jadis une paroisse importante, ville d’étape et de garnison avant la Révolution. La route de Paris traversait le bourg jusqu’au début du XVIIIe siècle.
  • Ancienne ville ceinte de remparts édifiée sur une éminence, il n’en demeure – outre les vestiges des tours du château et la grange seigneuriale de 1787 transformée en ensemble socio-culturel – que l’église fortifiée qui vient d’être restaurée et qui est une des plus belles de la région. Elle fut construite au XIIe siècle, détruite par le Prince Noir en 1370 et reconstruite et agrandie au XVIIe siècle.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Compreignac (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Compreignac se blasonnent ainsi :

De gueules au buste de saint Martin vêtu et nimbé d'or, accosté des lettres S.M., au chef cousu d'azur à trois fleur de lis d'or.[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2001 Pierre Vallin PS Universitaire
mars 2001 En cours Jacques Pleinevert [9] PS  

Jumelage[modifier | modifier le code]

Compreignac n'est jumelé à ce jour avec aucune autre commune.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2016, la commune comptait 1 830 habitants[Note 1], en augmentation de 4,81 % par rapport à 2011 (Haute-Vienne : -0,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8301 9741 7732 3132 2542 2802 0902 3612 418
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4272 4012 3382 2562 3522 2522 2452 2302 167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1142 1802 0721 8941 7421 5991 5801 3641 282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3331 1901 0701 1301 2801 4351 6211 6481 763
2016 - - - - - - - -
1 830--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est pourvue dans son bourg d'une école maternelle et élémentaire publique à côté de la mairie. Il y a 158 élèves inscrit en 2017.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenue de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emplois[modifier | modifier le code]

En 2014, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1155 personnes, parmi lesquelles on comptait 76,3 % d'actifs dont 99,1 % ayant un emploi et 0,8 % de chômeurs.

Entreprise et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2015, Compreignac comptait : 1 dans supermarché, 1 boulangerie, 1 boucherie-charcuterie, 1 restaurant et 1 débit de boisson-tabac.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de Compreignac[14] classé au titre des monuments historiques le 9 avril 1910.
  • Mines d'uranium de Bachellerie (1976), Margnac (1953-1995) et Vénachat (1955-1995).
  • Enceinte de terre classé au titre des monuments historiques le 22 octobre 1984.
  • Voie gallo-romaine classé au titre des monuments historiques le 3 février 1984.
  • Rochers remarquables :
    • Le fauteuil du juge dans la région de Beausoleil.
    • Le pas de la mule dans les bois de Pallustras.
    • Le rocher des sacrifices à Massauvas.
    • La roche aux fées à Croix-Giraud avec sa grotte
    • Le rocher de la tortue au Puy-Melet.
    • La roche de la muette entre Peny et Daumard

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La commune est pourvue d'une bibliothèque municipale ainsi qu'une salle polyvalente qui accueille de nombreuses manifestations culturelles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 20 février 2017)
  2. (en) « article compreignacite », sur Mindat (consulté le 20 février 2017)
  3. Carte IGN sur Géoportail
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 205
  5. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance, Paris, 2003, p. 122.
  6. Xavier Delamarre, op. cit.
  7. a b c d e f et g Abbé Lecler, Monographie de la commune de Compreignac, Laffitte reprints
  8. « Les maires de la commune » (consulté le 25 mars 2011)
  9. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Mérimée : Église », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 25 mars 2011)