Compagnie nationale de navigation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Compagnie maritime nantaise)
Aller à : navigation, rechercher

La Compagnie Nationale de Navigation est une compagnie maritime française. Elle a été créée en 1879 par Marc Fraissinet.

Ses dirigeants sont Patrick Molis, Marie-Laure Bréard, Michel Moreau[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a eu trois « Compagnie Nationale de Navigation ». :

  • La première a été créée par Marc Fraissinet en 1879 dans le but d'établir une liaison régulière de transport de troupes vers le Tonkin. Elle cessa toute activité en 1904 à la résiliation du contrat avec l'État.
  • La seconde exista entre 1939 et 1960.
  • La troisième reprit la Compagnie navale WORMS en 1986.

La Compagnie Nationale de Navigation est aujourd'hui divisée en trois filiales :

  • Compagnie Maritime Nantaise (MN)
  • Héli-Union
  • Société d'Armement de l'Ouest (SAO), qui gère pas moins de 6 compagnies maritimes (transport de passagers).

MN - Compagnie Maritime Nantaise[modifier | modifier le code]

La Compagnie Maritime Nantaise est une société propriétaire, armateur et gestionnaire de navires. La compagnie est spécialisée dans les transports maritimes industriels, les transports maritimes spécialisés et la logistique marine. L'activité de la MN couvre la conception, la construction et l'exploitation internationale de navires répondant aux attentes de ses clients.

Signataire de la charte bleue des armateurs de France, l'armateur favorise une amélioration de la qualité et la sécurité des navires, la sauvegarde de l'environnement marin, les conditions de travail des équipages agréables, un management transparent et éthique, et une coopération avec la communauté maritime.

Activités[modifier | modifier le code]

  • Arianespace : Depuis le début des années 1980, la MN assure le transport des éléments des lanceurs des fusées Ariane entre l'Europe et la Guyane.

Ces transports sont réalisés dans des conditions optimales par deux navires rouliers : les MN Toucan et MN Colibri.

  • Opérations pour le compte du Ministère de la défense : Depuis le début des années 1980, la MN assure le ravitaillement des bases françaises dans l'océan Indien et la côte ouest-Afrique, ainsi que des opérations ponctuelles lors d'exercices à l'étranger et sur les théâtres d'opérations.

Ces services, sont assurés par trois navires rouliers : le MN Eider, le MN Eclipse et depuis 2007 le MN Pélican, dans le cadre de contrats d'affrètement avec le ministère de la défense.

  • Lutte sous-marine : Depuis 1990, la MN met à la disposition du Groupe d'Études Sous-Marines de l'Atlantique (GESMA) le navire de recherche Langevin. Le GESMA assure en outre la vérification permanente de la discrétion acoustique et magnétique des navires et des sous-marins de la marine nationale sur la façade Atlantique.

Aussi, la MN a en charge la gestion du navire de recherche Dupuy de Lôme, assurant les mêmes missions que le Langevin, mais dans le cadre de la mission MINREM (Moyen Interarmées Naval de recherche ElectroMagnétique).

  • Fondation Belem : La MN assure également la gestion et l'entretien permanent du plus ancien trois-mâts barque français, le Belem (construit en 1896).

Flotte[modifier | modifier le code]

Héli-Union[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

La société Héli-Union propose trois types d'activités liées à l'hélicoptère :

  • Transport aérien : depuis 1961, Héli-Union assure ainsi le transport de passagers et de matériel dans le cadre des programmes d'exploration et de production des compagnies pétrolières et gazières (relève de personnel sur les plates-formes...)
  • Maintenance : depuis 1985, Héli-Union assure la maintenance des hélicoptères en France ou à l'étranger (révision et entretien) et le soutien logistique et technique au service des sociétés d'exploitation d'hélicoptères.
  • Formation : Héli-Union prend en charge depuis 2002 la formation de pilotes d'hélicoptères avec ou sans expérience, à l'aide de moyens théoriques et pratiques (simulateur de vol).

Héli-Union, créée par M. Roussel, président-directeur général des laboratoires du même nom, est le premier acquéreur de l'hélicoptère « Alouette II ». Pilotant lui-même un appareil de ce type, il cause un certain émoi dans la ville de Saulcet (Allier) en atterrissant près d'une station service après avoir prévenu la gendarmerie de l'air de Vichy, la consommation de son appareil ayant dépassé ses prévisions[2].

Flotte[modifier | modifier le code]

SAO - Société d'Armement de l'Ouest[modifier | modifier le code]

La Société d'Armement de l'Ouest (SAO), gère pas moins de 6 compagnies maritimes de transport de passagers françaises. De La Rochelle à Saint-Malo, ce sont pas moins de 44 navires qui sillonnent les eaux.

Compagnie Corsaire[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

SMN - Société Morbihannaise de Navigation / (Morlenn Express)[modifier | modifier le code]

La vedette Terenez dans la rade de Brest.

La SMN ayant confié ses liaisons dans le Morbihan (Belle-île & Groix) à la Compagnie des îles, sa seule activité maritime reste désormais celle de la compagnie Morlenn Express, filiale de la SMN. Morlenn express assure donc les liaisons "transrade" à Brest. Ces liaisons, assurées depuis 2004 uniquement pour le compte de la marine nationale, se sont ouvertes au public en 2006 afin de faciliter les déplacements des habitants de la presqu'île de Crozon travaillant dans la région brestoise. Un "PASS" est toutefois nécessaire pour les usagers de ces navettes, l'embarquement s'effectuant à l'intérieur du port militaire de Brest.

Destinations[modifier | modifier le code]

  • Brest <> Ile Longue
  • Brest <> Lanvéoc

Flotte[modifier | modifier le code]

La compagnie Morlenn Express arme aujourd'hui 5 vedettes rapides, des "sister-ship".

Compagnie des îles[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Belle-Île-en-Mer

Au départ de :

Groix

Au départ de :

Houat

Au départ de :

Tour du golfe du Morbihan

Au départ de :

Croisière sur la Ria d'Étel au départ d'Étel.

Flotte[modifier | modifier le code]

Compagnie maritime Navix[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Belle-Île-en-Mer

Au départ de :

Promenade dans le golfe du Morbihan, avec ou sans escale sur l'île d'Arz et l'île aux Moines

Au départ de :

Promenade dans le golfe du Morbihan avec escale sur l'île d'Arz et l'île aux Moines

Au départ de :

Promenade sur la rivière d'Auray et le golfe du Morbihan

Au départ de :

Déjeuner-croisière dans le golfe du Morbihan

Au départ de :

Diner-croisière dans le golfe du Morbihan

Au départ de :

Flotte[modifier | modifier le code]

Compagnie vendéenne[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

L'Île-d'Yeu

Au départ de :

Promenade en mer au large des Sables-d'Olonne

Au départ de :

Pêche en mer au départ des Sables-d'Olonne

Flotte[modifier | modifier le code]

Croisières Inter-îles[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Île de Ré (Saint-Martin)

Au départ de :

Île d'Aix

Au départ de :

Promenade en mer vers Fort Boyard

Au départ de :

La Rochelle

Au départ de :

Île d'Aix + La Rochelle

Au départ de :

Fort Boyard + La Rochelle au départ de l'Île de Ré (Saint-Martin)
La Rochelle <> Île d'Oléron (Boyardville) / Île d'Oléron (Saint-Denis)

Flotte[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.verif.com/societe/COMPAGNIE-NATIONALE-DE-NAVIGATION-450771118/
  2. « Echos et potins », Air & Cosmos, no 1,‎ 25 mars 1963, p. 33 (ISSN 1240-3113)

Liens externes[modifier | modifier le code]