Commission Barroso II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Commission Barroso.
Commission José Manuel Barroso (2)
Illustration.
Président José Manuel Durão Barroso (PPE)
Vice-présidents Catherine Ashton
Viviane Reding
Joaquín Almunia
Siim Kallas
Neelie Kroes
Antonio Tajani
Maroš Šefčovič
Michel Barnier
Günther Oettinger
Jyrki Katainen
Début
Fin
Durée 4 ans, 264 jours
Partis
Parlement
488 / 736
Chronologie

La seconde commission José Manuel Barroso est la commission européenne en fonction du au sous la présidence du Portugais José Manuel Durão Barroso, du Parti populaire européen.

La commission Barroso comptait initialement 27 commissaires avant de passer à 28 le lors de l'adhésion de la Croatie à l'Union européenne.

Formation[modifier | modifier le code]

Le mandat de la première commission Barroso a pris fin le , mais elle a continué à expédier les affaires courantes jusqu'au .

Le [1], José Manuel Durão Barroso a formé sa nouvelle commission, qui a pris ses fonctions le , suite aux auditions de chacun des commissaires désignés. Ces auditions ont notamment mené au retrait de la candidate bulgare, Roumiana Jeleva, désignée pour l'Aide humanitaire, suite aux critiques sur ses intérêts financiers et ses faibles compétences dans son domaine d'attribution[2].

Le collège a obtenu l'investiture du Parlement européen par 488 voix contre 137 et 72 abstentions[3].

Membres de la Commission 2009-2014[modifier | modifier le code]

Portefeuilles
À défaut, titre au sein de la Commission
États membres Commissaire Parti politique
Président de la Commission européenne Drapeau du Portugal Portugal José Manuel Durão Barroso
Parti social-démocrate
Vice-présidente
Haut représentant pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Catherine Ashton
Parti travailliste
Vice-présidente
Justice, Droits fondamentaux et Citoyenneté
Drapeau du Luxembourg Luxembourg Viviane Reding
Martine Reicherts (à partir du 16 juillet 2014)
Parti populaire chrétien-social
Vice-président
Concurrence
Drapeau de l'Espagne Espagne Joaquín Almunia
Parti socialiste ouvrier espagnol
Vice-président
Transports
Drapeau de l'Estonie Estonie Siim Kallas
Parti réformiste estonien
Vice-président
Société numérique
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Neelie Kroes
Parti populaire libéral et démocrate
Vice-président
Industrie et Entreprises
Drapeau de l'Italie Italie Antonio Tajani
Ferdinando Nelli Feroci (à partir du 16 juillet 2014)
Le Peuple de la liberté
Vice-président
Relations interinstitutionnelles et Administration
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Maroš Šefčovič
Sans parti
Environnement Drapeau de la Slovénie Slovénie Janez Potočnik
Démocratie libérale slovène
Vice-président
Affaires économiques et monétaires
Drapeau de la Finlande Finlande Olli Rehn
Jyrki Katainen (à partir du 16 juillet 2014)
Parti du centre
Développement Drapeau de la Lettonie Lettonie Andris Piebalgs
Voie lettonne
Vice-président
Marché intérieur et Services
Drapeau de la France France Michel Barnier
Union pour un mouvement populaire
Éducation, Culture, Multilinguisme et Jeunesse Drapeau de Chypre Chypre Androulla Vassiliou
Démocrates unis
Fiscalité, Union douanière, Audit et Lutte anti-fraude Drapeau de la Lituanie Lituanie Algirdas Šemeta
Sans parti
Commerce Drapeau de la Belgique Belgique Karel De Gucht
Libéraux et démocrates flamands
Santé et Politique des consommateurs
Santé (à partir du 1er juillet 2013)
Drapeau de Malte Malte John Dalli (jusqu'au 16 octobre 2012)
Tonio Borg
Parti nationaliste
Politique des consommateurs Drapeau de la Croatie Croatie Neven Mimica (à partir du 1er juillet 2013)
Parti social-démocrate de Croatie
Recherche, Innovation et Science Drapeau de l'Irlande Irlande Máire Geoghegan-Quinn
Fianna Fáil
Programmation financière et Budget Drapeau de la Pologne Pologne Janusz Lewandowski
Jacek Dominik (à partir du 16 juillet 2014)
Plate-forme civique
Affaires maritimes et Pêche Drapeau de la Grèce Grèce María Damanáki
Mouvement socialiste panhellénique
Coopération internationale, Aide humanitaire et Réaction aux crises Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Kristalina Gueorguieva
Sans parti
Vice-président

Énergie

Drapeau de l'Allemagne Allemagne Günther Oettinger
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Politique régionale Drapeau de l'Autriche Autriche Johannes Hahn
Parti populaire autrichien
Action pour le climat Drapeau du Danemark Danemark Connie Hedegaard
Parti populaire conservateur
Élargissement et Politique européenne de voisinage Drapeau de la République tchèque République tchèque Štefan Füle
Sans parti
Emploi, Affaires sociales et Insertion Drapeau de la Hongrie Hongrie László Andor
Parti socialiste hongrois
Affaires intérieures Drapeau de la Suède Suède Cecilia Malmström
Parti du peuple - Les Libéraux
Agriculture et Développement rural Drapeau de la Roumanie Roumanie Dacian Cioloș
Sans parti

Affiliation politique[modifier | modifier le code]

Affiliation politique européenne Nombre de commissaires
Parti populaire européen
Démocrates européens
9 commissaires
Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs 9 commissaires
Parti socialiste européen 5 commissaires
Sans étiquette 5 commissaires

Postérité[modifier | modifier le code]

Neuf membres de la commission Barroso II rejoignent le secteur privé moins d'un an après leur départ de l'exécutif européen[4]. En effet, selon l'article 339 du TFUE, la divulgation d'information concernant leurs activités à la Commission est interdite, même après que celles-ci ont pris fin[5]. Au-delà de 18 mois après la fin de leur fonction, et dès lors qu'ils n’enfreignent pas cette règle, les anciens commissaires ne sont plus tenus de « rendre des comptes à la Commission » et peuvent poursuivre de nouveau une carrière professionnelle ou politique[6].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Malta nominates foreign minister for EU commissioner », EUobserver,‎ (lire en ligne)
  • AFP, « Barroso chez Goldman Sachs: concert de critiques en France, jusqu'au gouvernement », La Libre,‎ (lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]