Autorité Mayer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autorité René Mayer
Type d’organe Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l’acier
Président René Mayer
Vice-présidents Franz Etzel (1er)
Albert Coppé (2d)
Début
Fin
Durée 2 ans, 214 jours
Chronologie

L’autorité René Mayer est la seconde haute autorité de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), en fonction entre le et le .

Historique[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

René Mayer fut nommé unanimement[1] président de la Haute Autorité par les ministres des Affaires étrangères des Six le 1er juin 1955 à la conférence de Messine[2] après que Jean Monnet a indiqué ne pas vouloir renouveler son mandat[3].

La nomination de René Mayer constitue un acte politique, notamment pour la France, qui ne souhaitait pas renouveler Jean Monnet tout en rassurant les partenaires de la France de son engagement européen[4]. En effet, le gouvernement français était alors mené par Pierre Mendès France, dont certains ministres gaullistes s'opposaient à Jean Monnet, notamment après le rejet, le 30 juin 1954, du traité instituant la Communauté européenne de défense qu'ils jugeaient trop supranational[4]. Dans ce contexte, la France avait proposé la nomination de Mayer et, en second choix, Jean-Marie Louvel[1].

En dépit du fait que Mayer avait été proposé car il était pro-Européen, ce qui rassurait les autres États membres, l'Allemagne représentée par Walter Hallstein, craignait que a France n'occupe en permanence la présidence de la Haute Autorité[1]. Ceci fut surmonté par le communiqué final indiquant les règles futures de la nomination[1] :

  1. aucun État membre ne peut occuper un poste au sein de l'administration de la CECA de manière permanente ;
  2. le constat qu'il n'est pas possible d'établir un régime de roulement ;
  3. le fait que la personne sélectionnée, sans considération de nationalité, doit être la plus qualifiée.

Conformément à l'article 11 du traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier, les six ministres des Affaires étrangères contactèrent le siège administratif de la Haute Autorité pour demander l'avis de l'institution. Par la même, ils proposèrent la continuation des mandats de Franz Etzel et Albert Coppé en tant que vice-présidents[1].

Développements politiques[modifier | modifier le code]

Mayer prit ses fonctions le [1].

Composition[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Gerbet 1986, p. 97
  2. Gerbet 1986, p. 95
  3. Spierenburg et Poidevin 1993, p. 309.
  4. a et b Gerbet 1986, p. 96

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gerbet, « René Mayer, président de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l'acier », Revue d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits contemporains, Presses universitaires de France, no 141,‎ , p. 95-110 (lire en ligne)
  • Dirk Spierenburg et Raymond Poidevin, Histoire de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l’acier : Une expérience supranationale, Bruxelles, Bruylant, , 909 p. (ISBN 9782802708308, lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]