Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique et sciences

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique et sciences
Logo de l’association
CorteX
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901 à fonctionnement collégial
But Enseignement et mise en réseau autour de l'esprit critique
Surnom CorteX
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 2013
Identité
Siège Grenoble
Site web www.cortecs.org

Le Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique et sciences (ou CORTECS) est une association loi de 1901 fondée en 2013 entre Grenoble, Montpellier et Marseille. Son objectif est la transmission des divers aspects de l’esprit critique, par le biais notamment d'enseignements, de travaux de recherche et d'élaboration de ressources pédagogiques. Le collectif procède à la mise en réseau des professionnels de l'esprit critique.

Historique[modifier | modifier le code]

Denis Caroti, Nicolas Gaillard, Richard Monvoisin et Guillemette Reviron ont créé le CORTECS en 2010, sur les bases des enseignements d'esprit critique et d'autodéfense intellectuelle de Monvoisin à l'Université Grenoble-Alpes (anciennement Université Joseph-Fourier) en 2004, d'abord à l'UFR de pharmacie, puis aux licences toutes disciplines et aux doctorants-enseignants[1]. Ces enseignements avaient emprunté la formule de décorticage des pseudo-théories enseigné par Henri Broch depuis 1993, et objets de recherche au Laboratoire de zététique à l’Université Nice-Sophia-Antipolis[2].

But[modifier | modifier le code]

Le collectif développe des pédagogies centrées sur la pensée critique : "ensemble d’aptitudes et de dispositions permettant une analyse, un tri et une évaluation efficaces des informations, de leurs sources, et des arguments invoqués pour soutenir telle ou telle affirmation"[3]. Le CORTECS rassemble différent outillages, depuis les sciences expérimentales jusqu’aux sciences humaines, politiques et sociales[4]. À l'instar de Russell, Chomsky ou Baillargeon, le matérialisme méthodologique sert de socle et la dimension émancipatrice progressiste est largement mise en avant[4].

Missions[modifier | modifier le code]

Mission "Sciences critique & sociétés"[modifier | modifier le code]

De 2011 à 2017, l'Université Joseph-Fourier (devenue depuis l'université Grenoble-Alpes) a confié la mission « Sciences critique & sociétés » à Richard Monvoisin[5] : ouverture et mise en ligne des cours au grand public, production de matériel pédagogique et vigilance sur les contenus non scientifiques dans les enseignements[6].

Mission à l'Éducation nationale[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2017, mandaté par Najat Vallaud-Belkacem alors Ministre de l’Éducation nationale, le CORTECS est partenaire du dispositif pilote « Esprit critique » de l'académie d'Aix-Marseille[7],[8].

Structure fédérative de recherche pensée critique[modifier | modifier le code]

Le CORTECS a fait émerger en 2017 une structure fédérative de recherche (SFR) centrée sur la pensée critique[6]. Elle s’orchestre en triptyque sur les thèmes de santé, d’épistémologie et des pensées radicales extrêmes[6].

Évaluation des pratiques utilisées par les kinésithérapeutes[modifier | modifier le code]

Depuis 2013, le Conseil de l'Ordre des masseurs kinésithérapeutes (CNOMK) sollicite le CORTECS pour évaluer des pratiques utilisées par les kinésithérapeutes, afin d'émettre des avis déontologiques[9],[10]. Le CORTECS a étudié la fasciathérapie[11], la biokinergie[12], l'ostéopathie crânienne[13] et l'ostéopathie viscérale[14]. Le rapport sur l'ostéopathie crânienne a fait l'objet d'une couverture médiatique dans la presse généraliste[15] mais aussi dans les médias sur l'ostéopathie ainsi que de critiques[16],[17],[18],[19] auxquelles les auteurs ont répondu[20],[21].

Activités[modifier | modifier le code]

Enseignements[modifier | modifier le code]

Différents cours sont ou ont été dispensés par le CORTECS au sein de l'Université Grenoble-Alpes[6], à l'Université Inter-Âges du Dauphiné[22], à l'Université de Montpellier[23],[24], à la maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone et au centre pénitentiaire de Béziers[25], dans les lycées et CFA de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur dans le cadre du dispositif Science Culture[26], à l'Université d'Aix-Marseille[27], à l'Institut français de l’éducation[28], pour l'Union régionale des professionnel·les de santé masseurs-kinésithérapeutes en Auvergne-Rhône-Alpes[29],[30] ou encore à l'École nationale d'ingénieurs de Brest[31].

Mise à disposition de ressources pédagogiques[modifier | modifier le code]

Le CORTECS met à disposition sur son site web de nombreuses ressources pédagogiques à destination des enseignants comme des étudiants sous différents formats. Tout le contenu du site produit par ses membres est sous licence libre (CC BY-SA 4.0)[32]. L'université Grenoble-Alpes met également à disposition l'ensemble des conférences réalisées par les membres du collectif dans le cadre des ateliers de l'information se déroulant à la bibliothèque des sciences de Grenoble[33].

Le CORTECS a par exemple recensé[34] des « arguments de mauvaise foi » fréquemment utilisés au quotidien et qu'il qualifie de « moisissures argumentatives »[35].

Prises de positions publiques[modifier | modifier le code]

Affaire « braderie »[modifier | modifier le code]

En 2017, le collectif rédige un texte intitulé Braderie de l'autodéfense intellectuelle en réaction à l'engouement pour l'esprit critique dans la sphère médiatique et enseignante survenu entre autres après les attentats de janvier 2015 en France et du 14 juillet 2016[36]. Des directives nationales suggèrent en effet d'utiliser l'esprit critique pour "déconstruire les théories du complot"[37], voire "stopper le djihadisme"[38]. Le CORTECS questionne le fait de centrer l'apprentissage de l'esprit critique sur certains sujets, en en évitant d’autres[36]. Le collectif pointe du doigt d'autre part une posture dans le milieu sceptique enseignant et médiatique qui tend à ne pas soupeser le ratio de réaliser une intervention pertinente dans les médias relativement au risque de cautionner un média non pertinent et de produire un contenu contre-productif.[36] Des sceptiques francophones ont réagi à la suite de ce texte[39]. Le CORTECS a répondu en février 2017[40].

Retrait des prisons[modifier | modifier le code]

Le CORTECS a dispensé entre 2010 et 2017 des enseignements d'analyse critique dans des établissements pénitentiaires. Le collectif y met fin en 2017 à la suite des orientations gouvernementales en vue de la détection des détenus radicalisés ou en voie de radicalisation relayées dans le plan d’action Sécurité pénitentiaire et action contre la radicalisation violente paru en octobre 2016[25].

Propriété intellectuelle[modifier | modifier le code]

En 2013 le collectif soutient la démarche visant à dénoncer et lutter contre les pratiques commerciales de l'éditeur scientifique Elsevier lancée par des universitaires sous le nom Le coût de la connaissance et décide de boycotter l'éditeur[41]. En 2015, Richard Monvoisin, soulève à nouveau la question de la privatisation des connaissances scientifiques dans un article du Monde Diplomatique intitulé "Recherches publiques, revues privées"[42]. En 2016, Ismaël Benslimane débute une thèse sur l'étude de modèles compétitifs et privatifs versus collaboratifs et libre[43].

Domination linguistique[modifier | modifier le code]

Le collectif s'intéresse aux problèmes engendrés par l’usage d’une ou de plusieurs langues nationales au détriment d’autres, par exemple dans les instances européennes[44] ou dans le système de publication scientifique[45]. Il met en ligne sur son site web des articles traduits ou écrits en espéranto[46].

Liberté d’expression[modifier | modifier le code]

Le CORTECS défend une position radicale de la liberté d’expression, calquée sur celle de Noam Chomsky. À ce titre, Jean Bricmont fut invité le 1er avril 2015 à présenter et soumettre publiquement sa thèse à la critique, ce qui a suscité beaucoup d’émotions et un certain nombre d’anathèmes et de menaces[47].

Antispécisme[modifier | modifier le code]

Le CORTECS soutient la réflexion antispéciste[réf. souhaitée], et appelle à l’élaboration d’une théorie des droits animaux. En octobre 2017, une disputatio a été conduite à l’Université Grenoble-Alpes, prenant pour thème la souffrance animale et questionnant sa légitimité dans le cadre thérapeutique (avec Christophe Ribuot et Yves Bonnardel)[48].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Juan Soler, « Entrevista a Richard Monvoisin », El escéptico n°34,‎ , p. 34-37 (lire en ligne)
  2. « Laboration de Zététique - Présentation », sur sites.unice.fr (consulté le 22 octobre 2017)
  3. « Qui sommes-nous ? L'esprit critique c'est quoi ? », sur cortecs.org, (consulté le 23 octobre 2017)
  4. a et b (it) Anais Ginori, « "Così insegniamo ai nostri alunni il pensiero critico" », la Republicca,‎ (lire en ligne)
  5. Adrien de Tricornot, « L’université de Grenoble réhabilite l’art du doute », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. a b c et d « L'Université Grenoble-Alpes pionnière de la pensée critique en recherche comme en formation », sur univ-grenoble-alpes.fr, (consulté le 21 octobre 2017)
  7. « Esprit critique et laïcité – Discours pour la Journée de la Laïcité | Najat Vallaud-Belkacem », sur www.najat-vallaud-belkacem.com (consulté le 5 mars 2018)
  8. « L'éducation à l'esprit critique - Séminaire de région académique », sur AMUpod, (consulté le 5 mars 2018)
  9. « CNOMK Cortecs Kinésithérapie et esprit critique - Mission du CORTECS », (consulté le 21 octobre 2017)
  10. « Rapport sur l'ostéopathie crânienne », Ordre des masseurs-kinésithérapeutes,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  11. Nelly Darbois (dir. Stéphanie Bernelle et Richard Monvoisin), La fasciathérapie "Méthode Danis Bois" : niveau de preuve d’une pratique de soin non conventionnel, Grenoble, Université Joseph Fourier (mémoire de maîtrise en Kinésithérapie), 2012, [document sur le site du cortecs (page consultée le 21 Octobre 2017)]
  12. CORTECS, Évaluation de pratiques utilisées par les masseurs-kinésithérapeutes. La biokinergie., Grenoble, Rapport CORTECS-CNOMK, 2014, [document sur le site du cortecs (page consultée le 21 Octobre 2017)]
  13. CORTECS, Évaluation de pratiques utilisées par les masseurs-kinésithérapeutes. L'ostéopathie crânienne., Grenoble, Rapport CORTECS-CNOMK, 2015, [document sur le site du cortecs (page consultée le 21 Octobre 2017)]
  14. (en) Albin Guillaud, Nelly Darbois, Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, « Reliability of Diagnosis and Clinical Efficacy of Visceral Osteopathy: A Systematic Review », BMC Complementary and Alternative Medicine, vol. 18, no 65,‎ (ISSN 1472-6882, lire en ligne, consulté le 7 mars 2018)
  15. Stéphane Demorand, « L'ostéopathie crânienne, scientifiquement infondée ? », Le Point,‎ (lire en ligne)
  16. « Rapport de CORTECS : où est la surprise ? », sur www.osteopathie-france.fr (consulté le 18 mars 2018)
  17. « Rapport de cortecs sur l'ostéopathie crânienne: où est la surprise ? - OSTÉOMAG.FROSTÉOMAG.FR », sur www.osteomag.fr (consulté le 18 mars 2018)
  18. « Ostéopathes Plus s'interroge au sujet du rapport CORTECS | Ostéopathe Plus », sur osteopathesplus.com (consulté le 18 mars 2018)
  19. Jean Louis Boutin, « Cortecs - Point de vue de Candide », sur revue.osteo4pattes.fr, (consulté le 18 mars 2018)
  20. « Rapport ostéopathie crânienne – réponses aux réactions | Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences », sur cortecs.org (consulté le 18 mars 2018)
  21. Gaël PIETTE, « Ostéopathie crânienne, le retour... », ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  22. « Cours pratique d'autodéfense intellectuelle », sur https://www.uiad.fr/, (consulté le 21 octobre 2017)
  23. Hélène Gosselin, « Apprendre à devenir maître de ses opinions », La Marseillaise,‎
  24. « Le savoir à l’épreuve du doute - Université de Montpellier », sur www.umontpellier.fr (consulté le 18 avril 2018)
  25. a et b « "Nous ne voulons plus repeindre les barreaux" », sur lemonde.fr, (consulté le 21 octobre 2017)
  26. « Région PACA : cycle de conférences Science Culture en lycées », sur cortecs.org, (consulté le 30 octobre 2017)
  27. « AMU - Collège doctoral - Zététique et autodéfense intellectuelle », sur adum.fr (consulté le 30 octobre 2017)
  28. « Science et pensée critique — Formations de formateurs - ifé », sur ife.ens-lyon.fr (consulté le 5 mars 2018)
  29. « Les MOOC, développement professionnel continu », Union Régionale des Professionnels de Santé,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  30. « Se former en vidéo à la recherche en kinésithérapie », Kiné à Kiné, no 30,‎
  31. « Brest - Cours Zététique et esprit critique », sur cortecs.org (consulté le 24 octobre 2017)
  32. « Qui sommes-nous - Peut-on vous prendre du matériel ? », sur cortecs.org, (consulté le 22 octobre 2017)
  33. « CorteX - Esprit critique - Tous les épisodes », sur univ-grenoble-alpes.fr, (consulté le 21 octobre 2017)
  34. « Petit recueil de 25 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi », sur cortecs.org (consulté le 10 novembre 2018)
  35. Nicolas Beck, En finir avec les idées reçues sur la vulgarisation scientifique, Quae, (ISBN 9782759226856, lire en ligne), p. 48-49
  36. a b et c « Grande braderie de l'autodéfense intellectuelle », sur cortecs.org, (consulté le 23 octobre 2017)
  37. « On te manipule », sur gouvernement.fr (consulté le 23 octobre 2017)
  38. « Comment l'État lutte-t-il contre la radicalisation en prison ? », sur stop-dihadisme.gouv.fr (consulté le 23 octobre 2017)
  39. « Des camarades sceptiques nous répondent », sur cortecs.org, (consulté le 23 octobre 2017)
  40. « Le pacte cérébelleux, réponse aux camarades », sur cortecs.org, (consulté le 23 octobre 2017)
  41. « Le coût de la connaissance - Boycott d'Elsevier », sur cortecs.org, (consulté le 23 octobre 2017)
  42. Richard Monvoisin, « Recherche publique, revues privées », Le monde diplomatique, vol. 741, no 12,‎ , p. 22 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  43. Ismaël Benslimane (dir. Stéphanie Ruphy et Raul Magni-Berton), À qui doit appartenir le savoir ? À la recherche de l'optimum démocratique et épistémique dans une société de la connaissance et du numérique, par l'étude de modèles compétitifs et privatifs versus collaboratifs et libres, Grenoble, Université Grenoble-Alpes (projet de thèse en philosophie), depuis 2016, [projet sur theses.fr (page consultée le 23 Octobre 2017)]
  44. Nelly Darbois, « Courrier des lecteurs - Monolinguisme », Le monde diplomatique,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  45. « Publication du CorteX dans Plos One – Les affres de la publication scientifique », sur cortecs.org, (consulté le 22 octobre 2017)
  46. « Kortekso - Ĉefpaĝo », sur cortecs.org/eo (consulté le 22 avril 2017)
  47. « Science et liberté d'expression », sur cortecs.org, (consulté le 7 mars 2018)
  48. « Souffrance animale et expérimentation thérapeutique », sur cortecs.org, (consulté le 7 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Richard Monvoisin, Quantox : Mésusages idéologiques de la mécanique quantique, Book-e-book.com, coll. « Une chandelle dans les ténèbres », , 66 p. (ISBN 978-2915312737)
  • Collectif CorteX, Esprit critique es-tu là ? : 30 activités zététiques pour aiguiser son esprit critique, Book-e-book.com, coll. « Une chandelle dans les ténèbres », , 98 p. (ISBN 978-2915312768)
  • Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles, Saint-Martin-d'Hères (Isère), Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. « Points de vue et débats scientifiques », , 380 p. (ISBN 978-2-7061-1858-6, OCLC 880268020)
  • Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, La Sécu, les vautours et moi. Les enjeux de la protection sociale., Paris, Du Retour, , 272 p. (ISBN 979-1097079246)
  • Denis Caroti et Richard Monvoisin, « Comment ai-je (enfin) compris ce qu’était la science… », dans Marc Silberstein, Qu'est ce que la science... pour vous ? 50 scientifiques et philosophes répondent Tome 1, Éditions matériologiques, (ISBN 978-2-37361-107-6).
  • Richard Monvoisin, « La science ou le réenchantement du monde », dans Marc Silberstein, Qu'est ce que la science... pour vous ? 50 scientifiques et philosophes répondent Tome 2, Éditions matériologiques, .

Articles de revue scientifique[modifier | modifier le code]

  • (en) Albin Guillaud, Nelly Darbois, Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, « Reliability of Diagnosis and Clinical Efficacy of Cranial Osteopathy: A Systematic Review », PLOS ONE, vol. 11, no 12,‎ (ISSN 1932-6203, lire en ligne, consulté le 21 octobre 2017)
  • Denis Caroti, « Cortecs : engager une dynamique formative », Cahiers Pédagogiques, no 550,‎ , p. 53-54 (lire en ligne, consulté le 27 février 2019)
  • Denis Caroti, Albin Guillaud et Richard Monvoisin, « Plaidoyer pour l'autodéfense intellectuelle au cœur de l'enseignement des sciences », L'actualité chimique, vol. 421,‎ , p. 56-59 (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2017)
  • (en) Albin Guillaud, Nelly Darbois, Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, « Reliability of Diagnosis and Clinical Efficacy of Visceral Osteopathy: A Systematic Review », BMC Complementary and Alternative Medicine, vol. 18, no 65,‎ (ISSN 1472-6882, lire en ligne, consulté le 7 mars 2018)
  • (en) Nelly Darbois, Albin Guillaud et Nicolas Pinsault, « Do Robotics and Virtual Reality Add Real Progress to Mirror Therapy Rehabilitation? A Scoping Review », Rehabilitation Research and Practice, vol. 2018,‎ (DOI 10.1155/2018/6412318, lire en ligne)
  • Nelly Darbois, Jean-Nöel Evain, Albin Guillaud, Marc Lilot et Nicolas Pinsault, « Une opération à cœur ouvert sous acupuncture ? Décryptage d’une émission diffusée sur France 2 », Santé Publique, vol. 30, no 4,‎ , p. 455-464 (DOI 10.3917/spub.185.0455., lire en ligne, consulté le 23 janvier 2019)

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • Denis Caroti, « En état critique », Esprit de Babel, no 3,‎ , p. 20-22 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Guillemette Reviron et Richard Monvoisin, « Esprit critique en acier pour gens en taule ? Tentatives d’ateliers critiques en prison. », Le monde libertaire, no 1621,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Richard Monvoisin, « Petit cours de zététique », Sport & Vie, vol. 127,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Richard Monvoisin, « Quantoc : l'art d’accommoder le mot quantique à toutes les sauces », Bulletin de l'union des physiciens, vol. 105, no 935,‎ , p. 679-700 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Richard Monvoisin, « Efficacité thérapeutique, quelques notions de base », S!lence, no 399,‎ , p. 10 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Richard Monvoisin, « La vulgarisation, fabrique du consentement », Le monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Richard Monvoisin, « La médecine et ses « alternatives », quelques outils d’autodéfense pour militant-es… », La traverse, no 3,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Clara Egger, « Peur sur la ville : retour sur le traitement médiatique de l’attaque de Nairobi », ACRIMED,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Richard Monvoisin, « Recherche publique, revues privées », Le monde diplomatique, vol. 741, no 12,‎ , p. 22 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, « La kinésithérapie piégée par les mages », Le monde diplomatique, vol. 705, no 12,‎ , p. 22-27 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Jérémy Fernandez et Richard Monvoisin, « Situation dramatique en Lozère », Le monde libertaire, vol. 1787,‎ , p. 6-8 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2017)
  • Jérémy Fernandez et Richard Monvoisin, « Mayotte : reconfigurations coloniales », Mouvements, vol. 1787,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2018)
  • Gwladys Demazure, Albin Guillaud et Richard Monvoisin, « La sophrologie Caycédienne, entre conte new age et pseudoscience », Science et pseudoscience, vol. 323,‎

Thèses et mémoires[modifier | modifier le code]

  • Richard Monvoisin (dir. Patrick Levy et Henri Broch) , Pour une didactique de l'esprit critique. Zététique & utilisation des interstices pseudoscientifiques dans les médias, Grenoble, Université Joseph Fourier (thèse de doctorat en didactique des disciplines scientifiques), 2007, [document sur le site du cortecs (page consultée le 21 Octobre 2017)]
  • Nelly Darbois (dir. Stéphanie Bernelle et Richard Monvoisin), La fasciathérapie "Méthode Danis Bois" : niveau de preuve d’une pratique de soin non conventionnel, Grenoble, Université Joseph Fourier (mémoire de maîtrise en Kinésithérapie), 2012, [document sur le site du cortecs (page consultée le 21 Octobre 2017)]
  • Ismaël Benslimane (dir. Guillemette Reviron), Étude critique d’un système d’analyse prédictive appliqué à la criminalité : Predpol®, Grenoble, Université Joseph Fourier (master 1 en physique), 2014, [document sur le site du cortecs (page consultée le 21 Octobre 2017)]
  • Albin Guillaud (dir. Stéphanie Ruphy et Nicolas Pinsault), Intégration et évaluation des médecines alternatives et complémentaires, Grenoble, Université Grenoble-Alpes (mémoire de master en histoire, philosophie et sociologie des sciences), 2016, [document sur le site du cortecs (page consultée le 21 Octobre 2017)]

Interventions radiophoniques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]