Formindep

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Formindep (« Association pour une formation et une information médicale indépendante »[1]) se définit comme un « collectif organisé en association » dont le but est de « favoriser une formation et une information médicales indépendantes de tout autre intérêt que celui de la santé des personnes ».

Historique[modifier | modifier le code]

Ce collectif a été lancé en mars 2004 à l’initiative de Philippe Foucras, à l’époque médecin généraliste dans le Nord et formateur en médecine générale[2],[3].

En mars 2009, le Formindep remet en cause l'indépendance de la Haute Autorité de santé (HAS). Il saisit en décembre 2009 le Conseil d'État afin d'obtenir l'annulation, pour non-respect des règles de gestion des conflits d’intérêts, de deux recommandations de la HAS, sur le diabète et sur la maladie d'Alzheimer[4]. Il obtient satisfaction sur les deux : en avril 2011, la HAS retire la recommandation sur la maladie d'Alzheimer[5] ; et en mai 2011 le Conseil d'État abroge celle sur le diabète[6],[7],[8].

Début 2017, le classement du Formindep révèle que seulement « 9 facultés de médecine sur 37 avaient pris des résolutions pour se prémunir contre les conflits d'intérêts ». En réaction, le 7 novembre 2017, les représentants de toutes les facultés françaises de médecine et de chirurgie dentaire signent une charte éthique et déontologique[9],[10]. Deux ans plus tard, son nouveau classement montre que des efforts ont été réalisés mais « qu'en dépit des engagements, les résultats ne sont toujours pas bons »[11].

Le 28 août 2018, face au refus de la HAS, le Formindep dépose « une requête au Conseil d’État, demandant le retrait de la fiche mémo produite par le groupe d’experts »[6] sur la prise en charge de l’excès de cholestérol et de triglycérides. Trois mois après, et avant que le Conseil d'État ne se prononce, la HAS retire ses recommandations[12]. En parallèle le 3 octobre 2018, L'association Anticor, se basant sur les analyses du Formindep, porte plainte contre des experts du cholestérol concernant leurs liens d'intérêts avec des laboratoires pharmaceutiques[13],[6].

L'étude du 3 avril 2019 réalisée par le Formindep est citée par le journal Le Monde. Elle montre que les centres hospitaliers universitaires (CHU) français sont en retard dans la prévention des conflits d'intérêts. Or ils représentent un lieu stratégique de prescription pour les laboratoires pharmaceutiques. « Sur un score maximal possible de 58 points, les notes s'échelonnent entre 0 et 24, aucun hôpital n'a donc la moyenne. Quinze CHU, soit pratiquement la moitié, ne marquent même pas un seul point. Soit par absence de politique, soit par absence de réponse malgré les relances »[14].

Membres[modifier | modifier le code]

Les membres du Formindep sont des patients ou des professionnels de santé (dont 200 médecins en 2013[3]). Le nom des administrateurs est consultable sur le site de l'association[15].

En mai 2012, un article du journal Le Monde révèle des liens entre Robert Molimard et l'industrie du tabac absents de sa déclaration d'intérêts en tant que membre du conseil d'administration[16]. À la suite de cet article, Robert Molimard a proposé sa démission au conseil d’administration de l'association[17], qui l'a refusée à l'unanimité moins une abstention[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Maladie d’Alzheimer – Un nouveau traitement, vraiment ? », sur www.quechoisir.org (consulté le 1er novembre 2019)
  2. « Histoire du Formindep » (version du 27 avril 2014 sur l'Internet Archive), sur formindep.fr.
  3. a et b Pascale Krémer, « Médecine : ceux qui disent non aux labos », Le Monde, (consulté le 1er novembre 2019).
  4. « HAS et conflits d’intérêts : le Formindep saisit le Conseil d’État » (version du 8 janvier 2011 sur l'Internet Archive), sur formindep.fr, .
  5. Stéphane Horel, Lobbytomie : Comment les lobbies empoisonnent nos vies et la démocratie, La Découverte, , 368 p. (ISBN 9782707194121), p. 234-235.
  6. a b et c Pascale Santi et Laura Motet, « Anticor dépose plainte contre des médecins experts du cholestérol », Le Monde, (consulté le 1er novembre 2019).
  7. « Le Conseil d’État abroge la recommandation de la HAS sur le diabète de type 2 » (version du 4 mai 2011 sur l'Internet Archive), sur formindep.fr, .
  8. « « Il faut arrêter de s'appuyer uniquement sur les experts liés aux firmes », propos recueillis par Laetitia Clavreul », Le Monde, (consulté le 1er novembre 2019).
  9. Loup Besmond de Senneville, « Les facultés de médecine adoptent une charte éthique », La Croix, (ISSN 0242-6056, consulté le 1er novembre 2019).
  10. Séverin Graveleau, « Les facultés de médecine se dotent d’une charte éthique », Le Monde, (consulté le 1er novembre 2019).
  11. François Béguin et Camille Stromboni, « Conflits d’intérêts : les facultés de médecine peuvent mieux faire », Le Monde, (consulté le 1er novembre 2019).
  12. « Conflit d’intérêt – La Haute autorité de santé retire ses recommandations », sur www.quechoisir.org (consulté le 1er novembre 2019).
  13. « Plainte d'Anticor contre des experts du cholestérol », L'Express, (consulté le 1er novembre 2019).
  14. François Béguin et Emeline Cazi, « Prévention des conflits d’intérêts : les hôpitaux universitaires à la traîne », Le Monde, (consulté le 1er novembre 2019).
  15. « Les membres du Formindep », sur formindep.fr (consulté le 31 octobre 2019).
  16. David Leloup et Stéphane Foucart, « Comment le lobby du tabac a subventionné des labos français », Le Monde, .
  17. « Le Formindep, les conflits d’intérêts et leur déclaration » (version du 16 juin 2012 sur l'Internet Archive), sur formindep.fr, .
  18. « L’examen de la démission du Professeur Molimard » (version du 1 janvier 2013 sur l'Internet Archive), sur formindep.fr, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]