Comité Para

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Comité Para
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association sans but lucratif
But Investigation scientifique des phénomènes réputés paranormaux
Zone d’influence Belgique francophone
Fondation
Fondation 1949[1]
Identité
Président Jérémy Royaux
Affiliation européenne European Council of Skeptical Organisations
Site web http://www.comitepara.be/

Le Comité Para ou Comité belge pour l'analyse critique des parasciences[2] est historiquement le groupe fondateur du scepticisme scientifique[3]. Il a en effet été créé en 1949 en Belgique. La devise de ce groupe sceptique est : Ne rien nier a priori, ne rien affirmer sans preuve. (Robert Rendu). Avant 2014, le nom original était Comité belge pour l'investigation scientifique des phénomènes réputés paranormaux.

Le Comité Para est membre du Conseil européen des organisations sceptiques (ou ECSO).

L'organisation sœur néerlandophone du Comité Para (en Belgique, une organisation francophone a généralement une organisation similaire du côté néerlandophone) est SKEPP (Studiekring voor Kritische Evaluatie van Pseudowetenschap en het Paranormale, "Cercle érudite pour l'évaluation critique des pseudo-sciences et le paranormal").

Histoire[modifier | modifier le code]

La contestation des phénomènes paranormaux est bien sûr antérieure à la constitution du Comité Para. Au XIXe siècle, par exemple, le débat faisait rage à propos du spiritisme et de l'existence des esprits. L'illusionniste Harry Houdini est considéré par les sceptiques comme un déboulonneur des phénomènes médiumniques. Il est pour cette raison considéré aujourd'hui comme un des pères fondateurs du « mouvement sceptique contemporain ».

La première organisation sceptique à avoir vu le jour est le Comité pour l'investigation scientifique des phénomènes réputés paranormaux, dit Comité Para, en 1949 en Belgique[1]. Ce groupe s'est constitué à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour lutter contre les voyants, astrologues, sourciers, etc. C'est avec le philosophe Paul Kurtz, qui crée le Committee for Skeptical Inquiry[4] aux États-Unis, à la suite du débat autour de l'effet Mars (censé prouver l'influence astrologique), que le « mouvement sceptique contemporain » devient international.

Membres[modifier | modifier le code]

  • Jean Champenois est un ancien médium spirite (devenu illusionniste et sceptique, dans la lignée de Harry Houdini, James Randi ou encore Gérard Majax), il donne aujourd'hui des conférences sceptiques sur ce domaine. Il utilise ses talents de magicien pour reproduire les techniques utilisées par les médiums pour convaincre leurs publics qu'ils entrent en contact avec les morts.
  • Jean Dommanget (1924–2014) était un astronome et fut pendant longtemps président du Comité, il prit la tête d'expérimentations en astrologie et en radiesthésie[1].
  • Jacques Van Rillaer est l'auteur de l'œuvre Les Illusions de la psychanalyse (1980) et coauteur du Le Livre noir de la psychanalyse (2005), critiquant les théories de Sigmund Freud comme étant pseudo-scientifiques[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Comité Para (Ed.), La Science face au défi du paranormal, Bruxelles, Relie-Art, 2005
  • Nouvelles brèves (fanzine destiné aux membres).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Jean Dommanget (1924 - 2014) », Comité Para website, Comité Para (consulté le 14 décembre 2014)
  2. « Une nouvelle dénomination », Comité Para site, Comité Para (consulté le 14 décembre 2014)
  3. Sur les évènements ayant mené à la fondation du groupe, voir le chapitre Historique du Comité - Les Grands Évènements dans Comité Para (Ed.) (2005). La Science face au défi du paranormal. Bruxelles: Relie-Art.
  4. CSI On-line: Scientifically Investigating Paranormal and Fringe Science Claims
  5. « Jacques Van Rillaer et le Freudisme », Comité Para website, Comité Para, (consulté le 14 décembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]