Classe L'Adroit (torpilleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Classe Adroit)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la marine française
Cet article est une ébauche concernant la marine française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe L'Adroit.
Classe L'Adroit
Image illustrative de l'article Classe L'Adroit (torpilleur)
L'Adroit au début de sa carrière.
Caractéristiques techniques
Type Torpilleurs
Longueur 107,20 m
Maître-bau 9,84 m
Tirant d'eau 4,30 m
Déplacement 1 356 tonnes Washington
À pleine charge 2 000 tonnes
Propulsion 2 turbines à vapeur
3 chaudières
Puissance 34 000 ch
Vitesse 33 nœuds (61 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 4 canons de 130 mm
2 canons AA de 37 mm
6 TLT de 550 mm
Rayon d’action 2 150 milles marins (3 980 km) à 14 nœuds (26 km/h)
(335 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 7 officiers
137 officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commanditaire Marine nationale française
Période de
construction
1928-1931
Période de service dès 1928
Précédent Classe Bourrasque Classe Hardi Suivant

La classe L'Adroit est une série de quatorze torpilleurs de la marine nationale française (tranche 1925) et mise en service de 1928 à 1931. Ces torpilleurs étaient très proches des 12 torpilleurs de la classe Bourrasque qui les ont précédés.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Construite après les 12 unités de la classe Bourrasque, elle fait partie d'un plan de modernisation de la flotte française après la Première Guerre mondiale. Elle a le même armement et la même vitesse que la classe précédente, mais avec un déplacement légèrement plus élevé.

Navires[modifier | modifier le code]

Nom Chantier naval Lancement Mise en service Fin de service
L'Adroit Chantiers de France à Dunkerque Juillet 1929 coulé le
L'Alcyon Forges et Chantiers de la Gironde Bordeaux juillet 1929 déclassé le
Basque Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime Le Havre Mars 1931 déclassé le
Bordelais Forges et Chantiers de la Gironde Bordeaux Avril 1930 sabordé le
Boulonnais CNF Caen 1928 coulé le
Brestois Dyle & Baccalan Bordeaux 1928 coulé le
Forbin Forges et Chantiers de la Méditerranée La Seyne-sur-Mer 1929 déclassé le
Le Fortuné CNF Caen Septembre 1927 déclassé le
Foudroyant Dyle & Baccalan Bordeaux 1930 coulé le
Fougueux Ateliers et Chantiers de Bretagne Nantes 1929 coulé le
Frondeur Chantier Naval Français Caen 1929 coulé le
Le Mars CNF Caen Avril 1928 sabordé le
La Palme Chantiers Dubigeon Nantes 1927 sabordé le
La Railleuse Chantiers Dubigeon Nantes 1928 explosion le

Au combat[modifier | modifier le code]

Les 14 bâtiments de cette classe ont tous participé à la Seconde Guerre mondiale, 10 ont été perdues : 1 accidentellement, 2 au combat contre les Allemands et 4 contre les Alliés. 3 se sont sabordés à Toulon. 4 enfin ont continué la guerre aux côtés des Alliés.
La Railleuse est la première victime de cette guerre. Elle est détruite le 24 mars 1940, dans le port de Casablanca par l'explosion accidentelle d'une de ses torpilles.
L'Adroit est coulé par un bombardier allemand Heinkel He 111 le 21 mai 1940 près de Dunkerque.
Le Foudroyant coule dans les mêmes circonstances le 1er juin 1940.
Le Basque, le Forbin et le Fortuné, mouillés dans le port d'Alexandrie (Égypte), sont saisis par les britanniques le 3 juillet 1940 (opération Catapult). Réarmés et modernisés en Décembre 1943 ils participent aux combats de la libération avec les alliés.
Le Boulonnais, le Brestois, le Fougueux et le Frondeur sont coulés par le feu des cuirassés et des croiseurs de l'US Navy au large de Casablanca lors de l'opération Torch dans une lutte inégale. L' Alcyon, échappe au massacre, rejoint plus tard les alliés et poursuit le combat pour la libération.
Le Bordelais, la Palme et le Mars se sabordent à Toulon le 27 novembre 1942 pour ne pas tomber aux mains des Allemands.

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1938, le film de Léo Joannon Alerte en Méditerranée avec Pierre Fresnay, a été tourné en partie à bord du Fortuné.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Destroyers of World War Two de M.J. Whitley (Naval Insitute Press - 1982) (ISBN 0-87021-326-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]