Joseph-Benoît Suvée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Benoît Suvée
Vincent PortraitChargedeJosephBenoitSuvee.jpg

François-André Vincent, Portrait du peintre Joseph-Benoît Suvée (1772), Paris, musée Carnavalet[1].

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Distinction

Joseph-Benoît Suvée, né le à Bruges, et mort le à Rome, est un peintre belge, fortement marqué par la culture néo-classique française. Comme tel il est l'émule et le concurrent du peintre David qui lui voue une haine persistante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tout d'abord élève de Matthias de Visch, il vient en France en 1762 pour devenir l'élève de Jean-Jacques Bachelier. En 1771, il obtient le prix de Rome. Dans la ville éternelle de 1772 à 1778, il y prolonge la durée du séjour normal des pensionnaires de l'Académie de France à Rome. De retour à Paris, il est nommé académicien, loge au palais du Louvre et ouvre une école de dessin pour jeunes filles.

Nommé professeur à l'École des beaux-arts de Paris le comme successeur de Brenet, il est confirmé le mais n'aura pas de successeur à ce poste[2]. Nommé en 1792 directeur de l'Académie de France à Rome, en remplacement de François-Guillaume Ménageot, ce n'est qu'en 1801 qu'il peut prendre son poste après avoir été incarcéré quelque temps à la prison Saint-Lazare.

Il connaît une carrière brillante à Rome, où, après six années de séjour, il meurt subitement le .

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

L'Amiral Coligny en impose à ses assassins (1787), musée des beaux-arts de Dijon.

En Belgique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Portraits d'artiste de la collection Hippolyte Destailleurs », carnavalet.paris.fr
  2. Frédéric Chappey, Les Professeurs de l'École des Beaux-Arts (1794-1873), dans: Romantisme, 1996. no 93. p. 95-101.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sandra Janssens et Paul Knolle (réd.), Joseph-Benoît Suvée et le néoclassicisme, catalogue de l'exposition, Brugge, Groeningmuseum, 2007-2008 et Twenthe, Rijksmuseum, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :