Santans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Santans
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Mont-sous-Vaudrey
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Amour
Maire
Mandat
Marc Espaze
2014-2020
Code postal 39380
Code commune 39502
Démographie
Gentilé Ninaneux
Population
municipale
308 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 25″ nord, 5° 39′ 44″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 253 m
Superficie 16,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Santans

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Santans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Santans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Santans

Santans est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Santans fait partie de l'arrondissement de Dole et du Canton de Mont-sous-Vaudrey. Il se situe entre la forêt de Chaux et la rive droite de la Loue. Les maisons à l'architecture typique franc-comtoise disposées en amphithéâtre sur le penchant d'un rapide coteau, sont situées dans un périmètre protégé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Éclans-Nenon Our Rose des vents
La Vieille-Loye
Montbarrey
N Germigney
O    Santans    E
S
Ounans Chamblay

Histoire[modifier | modifier le code]

Santans était le centre d'une prévôté dont dépendaient La Vieille-Loye, Étrepigney et Cinq-Cents, et faisait partie du domaine des souverains de Bourgogne.

Un fortin, bâti sur le sommet de la colline, protégeait les nombreux villages bâtis du Val d'Amour, ainsi qu'une voie pavée tendant de Dole à Salins et fréquentée surtout lorsque les plaines de la rive gauche de la Loue étaient inondées. Le château de Santans, détruit par "le feu du ciel" en 1794, n'a pratiquement pas laissé de vestiges.

Aux temps modernes, le village abritait également une "tuilerie royale" dont les restes demeurent encore dans le haut du village.

Économie[modifier | modifier le code]

La vie économique du village est basée sur l'agriculture et l'artisanat.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Marc Espaze DVG Retraité de l'enseignement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 308 habitants, en diminution de -7,78 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541 515 535 605 637 657 657 669 632
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
561 540 483 450 436 406 396 349 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
327 319 295 266 267 253 250 234 245
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
224 218 264 257 265 290 300 334 308
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, placée sous le vocable de Saint-Pierre et Saint-Paul, occupe actuellement le sommet de la colline. Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques. Elle possède un sanctuaire en son chœur. Elle est de style moitié gothique et moitié roman. Les grilles qui ferment l'entrée de la grande nef datent certainement du Moyen Age, et les boiseries du chœur sont d'époque Louis XIV.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]