Châtillon (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Châtillon
Châtillon (Allier)
Entrée de Châtillon par la route départementale 945 en direction de Moulins.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage Bourbonnais
Maire
Mandat
Patrick Chalmin
2020-2026
Code postal 03210
Code commune 03069
Démographie
Population
municipale
314 hab. (2017 en diminution de 1,87 % par rapport à 2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 27″ nord, 3° 08′ 01″ est
Altitude Min. 260 m
Max. 456 m
Superficie 12,9 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Moulins
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Souvigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Châtillon
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Châtillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon

Châtillon est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Chatillon se situe dans le centre du département de l'Allier, dans le Bocage bourbonnais. La commune est à vol d'oiseau à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Moulins et à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Saint-Pourçain-sur-Sioule.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Châtillon
Noyant-d'Allier
Châtillon
Tronget Cressanges

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 945 (ancienne route nationale 145) reliant Tronget au sud-ouest à Souvigny et Moulins au nord-est, ainsi que la D 18 menant à Noyant-d'Allier au nord-ouest et à Cressanges au sud-est[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Châtillon est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Moulins, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Châtillon serait un dérivé, sans doute mérovingien, du bas latin castellum, diminutif de castrum, accompagné du suffixe -ionem. Castrum désigne d’abord tous les types de forteresse, depuis le simple donjon jusqu’à l’enceinte urbaine, puis se spécialise dans le sens de « château fort » et se réduit ensuite à celui de « grande maison de plaisance ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits « châtillon » font généralement référence à un castellum romain ou à un château médiéval. A Châtillon (sur Queune), on ne recense aucune seigneurie ni maison forte au Moyen Âge. L'origine du nom renvoie certainement à une période plus ancienne : c'est sur le promontoire rocheux entre la Queune et son petit affluent que fut édifiée l'ancienne église paroissiale, détruite à la Révolution. Châtillon, érigée en commune, dépend depuis lors de la paroisse de Noyant. Une observation attentive sur le terrain montre que l'éperon rocheux, cœur du « Vieux Chaîtlon » est barré par un talus : le site fait penser à un oppidum celtique.

Au XVIe siècle, Nicolas de Nicolay nous apprend qu'« en icelle y a plusieurs mines de charbon de pierre duquel les habitants tirent grand profit ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie du canton du Montet jusqu'en 2015. À la suite du redécoupage des cantons du département, elle fait désormais partie du canton de Souvigny[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Michel Chalmin PCF  
Simone Billon[7] PCF Ouvrière
En cours
(au )
Patrick Chalmin[8]   Chef d'entreprise

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 314 habitants[Note 3], en diminution de 1,87 % par rapport à 2012 (Allier : -1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590406549516582589634652632
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
616634597598600550574534491
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
546753899720624606580596396
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
459368374289282277308313317
2013 2017 - - - - - - -
319314-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 4 mai 2017).
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  6. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  7. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 26 juin 2014).
  8. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le 17 juillet 2020).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Recherches sur critères », sur clochers.org, Clochers de France.