Cernay (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cernay
Cernay (Vienne)
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Châtellerault
Maire
Mandat
Laurent Roy
2020-2026
Code postal 86140
Code commune 86047
Démographie
Gentilé Cernaisien
Population
municipale
477 hab. (2017 en augmentation de 5,53 % par rapport à 2012)
Densité 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 04″ nord, 0° 18′ 17″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 110 m
Superficie 3,29 km2
Élections
Départementales Canton de Loudun
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Cernay
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Cernay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cernay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cernay

Cernay est une commune du Centre-Ouest de la France, située près de Lencloître dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Cernaisiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cernay est situé à 3 km au nord-ouest du bourg de Lencloître et à 20 km de Châtellerault, la plus grande ville à proximité.

La commune est proche du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Cernay et de ses communes voisines.

Les communes les plus proches de Cernay sont Lencloître, Doussay, Savigny-sous-Faye, Saint-Genest-d'Ambière et Orches.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Cernay présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées. Le terroir se compose [2], sur les collines et les dépressions sableuses des bordures du Bassin parisien, de sable vert (37 %) et de calcaire sableux (63 %)

En 2006, 90 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture et 10 % par des zones construites et aménagées par l'homme (voirie)[3].

En 2019, est lancé officiellement le projet d'implantation de 6 éoliennes sur la commune. Projet ayant toutes les faveurs du Maire. Cette commune sera-t-elle la plus petite commune de France ayant son parc éolien? Sans doute, au point de devoir les positionner à 500m de l'entrée du village, et toutes regroupées et en enfilades dans le sens du vent dominant!

L'intérêt également pour les promoteurs éoliens, est que ce sont sans doute les rétributions les moins chères de France qui sont acceptées par les agriculteurs qui louent leurs terres.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches de Cernay se trouvent :

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Poitiers-Biard qui se situe à 27,4 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village pourrait avoir quatre origines différentes. Il pourrait, d'abord, provenir du germain heim qui signifie demeure et de senne qui peut se traduire par vache. Il pourrait, aussi, dériver du mot celte seano qui signifie vieille ferme. Il pourrait aussi provenir du mot cernei qui signifie pâturage ou abbatis dans la forêt. Enfin, il pourrait découler du mot cerney qui désigne un endroit défriché et entouré d'un mur de pierres sèches[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cernay est rattachée à la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 2005   Guy Moinard[5]    
mars 2011   Laurent Roy DVG Instituteur et directeur de l'école primaire de Scorbé-Clairvaux

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2017, la commune comptait 477 habitants[Note 1], en augmentation de 5,53 % par rapport à 2012 (Vienne : +1,59 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360314329293394398415425451
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
451433454449435429446380379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
382386381340348327353332325
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
304313301302347384420425430
2013 2017 - - - - - - -
457477-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008,selon l'Insee, la densité de population de la commune était de 131 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 444 personnes, avec une densité de 134,95 hab./km2. À cela, il faut soustraire les résidences secondaires (11 personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 433 habitants.

Depuis le dernier recensement, de 1999 à 2008, la population est passée de 386 à 430 et a fortement augmenté de 11,4 %.

La répartition de la population en 2010 par sexe est la suivante (INSEE) : 51,9 % d'hommes et 48,1 % de femmes.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[10], il n'y a plus que 2 exploitations agricoles en 2010 contre 4 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont faiblement diminué et sont passées de 199 hectares en 2000 à 190 hectares en 2010. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[11].

La transformation de la production agricole est de qualité et permet aux exploitants d’avoir droit, sous conditions, aux appellations et labels suivants :

  • Chabichou du Poitou (AOC)
  • Beurre Charentes-Poitou (AOC)
  • Beurre des Charentes (AOC)
  • Beurre des Deux Sevres (AOC)
  • Veau du Limousin (IGP)
  • Agneau du Poitou-Charentes (IGP)
  • Bœuf du Maine (IGP)
  • Jambon de Bayonne (IGP)
  • Melon du Haut Poitou (IGP)

Selon une étude de la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt, publiée en juin 2012, la surface consacrée à la culture du melon (3 810 hectares en région Poitou-Charentes est de loin la plus importante de l'Hexagone (Midi-Pyrénées : 3 211 hectares ; Languedoc-Roussillon : 2 751 hectares ; Paca 2 525 hectares).

Le melon est produit par 314 exploitations. La zone de culture du melon se situe dans le Nord de la région, principalement sur une trentaine de communes du département de la Vienne et quatre communes situées dans le département des Deux-Sèvres.

Un melon français sur quatre provient de la région Poitou-Charentes.

Activité et emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage est en 2011 de 10,8 %.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La place de l'église

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Gare de Cernay - Doussay au lieu-dit “Le Colombier” près du hameau de “La Jutière” sur la commune voisine de Doussay au début du 20e siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  3. Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  4. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  5. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  11. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées agreste 2007
  12. Poitou-Charentes Nature, 2000