Carrossier noir du Cotentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Carrossier noir du Cotentin
Cheval anglo-normand « de la plaine de Caen », correspondant à un carrossier noir exporté. Encyclopédie pratique de l'agriculteur, 1852
Cheval anglo-normand « de la plaine de Caen », correspondant à un carrossier noir exporté. Encyclopédie pratique de l'agriculteur, 1852
Région d’origine
Région Cotentin, Drapeau de la France France
Caractéristiques
Morphologie Cheval carrossier
Taille 1,50 m à 1,60 m en moyenne, jusqu'à 1,66 m
Robe Noir
Tête Profil convexe, forte, étroite
Pieds Hauts
Caractère Docile et franc
Autre
Utilisation Traction légère

Le Carrossier noir du Cotentin est une race de grands chevaux carrossiers de robe noire, propre au Cotentin. Peut-être issue de chevaux danois, elle est décrite et citée de façon régulière sous l'Ancien régime. Comme son nom l'indique, ce cheval sert essentiellement à la traction carrossière, son unité de couleur permettant de composer des attelages homogènes. Très réputé jusqu'au début du XIXe siècle, le Carrossier noir du Cotentin s'éteint, notamment en raison de la dépréciation de sa couleur de robe, dans des croisements à l'origine de la race Anglo-normand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les informations disponibles concernant cette ancienne race sont datées, le Carrossier noir du Cotentin ne figurant ni dans l'étude des races de chevaux menée par l'université d'Uppsala, publiée en août 2010 pour la FAO[1], ni dans la base de données DAD-IS[2], ni dans la seconde édition de l'ouvrage de l'université d'Oklahoma recensant les races de chevaux (2007)[3], ni dans l'index des races de chevaux disparues dans l'ouvrage de Delachaux et Niestlé (2014)[4], ni dans l'édition de 2016 de l'encyclopédie de CAB International[5].

Généralement nommé « Carrossier noir du Cotentin » dans les sources les plus récentes[6],[7], ce cheval est aussi nommé le « Grand normand du Cotentin »[8]. D'après l'hippologue Eugène Gayot, il était parfois surnommé « double-bidet »[9]. Son histoire est méconnue, notamment parce qu'il est évoqué par écrit après sa disparition, et/ou de façon indirecte, par des hippologues qui ne l'ont jamais étudié sur place[10]. Ainsi, d'après Eugène Gayot, Claude Bourgelat et Louis-Furcy Grognier confondent le Carrossier noir du Cotentin et le Merlerault, la couleur de robe et le berceau d'élevage ne correspondant pas[11].

La région du Cotentin dispose de haras dès le XIIe siècle[12]. Louis-Furcy Grognier attribue le « cheval danois »[13], introduit dans le Duché de Normandie par les Vikings[14], pour ancêtre à cette race[13]. Buffon estime que les meilleurs chevaux de tirage de France viennent de Basse-Normandie et du Cotentin[6]. Jusque vers 1775, cette race locale est réputée sans rivaux dans son rôle de carrossier, en France et dans une partie de l'Europe[15]. Elle semble devenir beaucoup moins répandue après 1789[16], mais reste réputée jusqu'au début du XIXe siècle[15]. En 1812, Pichard écrit dans son Manuel des Haras que « La race normande est presque perdue... On ne reconnaît plus ces fameux bidets du Cotentin, qui faisaient l'admiration de toute l'Europe »[17].

En 1835, un article du journal Le Pilote du Calvados évoque aussi la disparition de cette race : « Que l'on parcoure le Cotentin, et qu'on y cherche donc cette race si distinguée par l'élégance de ses formes, avec sa tête carrée, ses yeux pleins de feu, ses petites oreilles si bien plantées, et qui formait d’excellents carrossiers, robustes et pleins de courage »[16]. La dépréciation de la couleur de robe noire et des allures des chevaux du Cotentin ont vraisemblablement poussé les éleveurs normands à croiser leurs chevaux noirs avec des bais[18]. Au milieu du XIXe siècle, la race du Cotentin semble avoir déjà disparu : en effet, Eugène Gayot (entre 1848 et 1853) cite un hippologue, lequel évoque la disparition du Carrossier noir du Cotentin parce qu'il « ne répondrait pas maintenant aux besoins de l'époque »[9]. D'après Paul Diffloth (1923), cette race a disparu au profit de l'Anglo-normand[19].

Description[modifier | modifier le code]

D'après Bernard Denis, ces chevaux toisent de 1,50 m à 1,60 m[6]. Eugène Gayot cite un maximum de taille pouvant atteindre 1,66 m[13]. Jacques Mulliez indique une fourchette de 1,51 m à 1,62 m, ce qui en fait l'une des plus grandes races de chevaux françaises connues aux XVIIe et XVIIIe siècles, avec le Poitevin mulassier[20].

Gayot décrit ces chevaux comme compacts et de formes régulières[21], mais parfois peu élégants, ayant « souvent la tête commune, l'encolure courte, l'épaule chargée, le devant bas, le dos un peu long », mais il leur reconnaît « des membres, de l'étoffe, du tempérament, du fond »[22]. La tête est forte, étroite, de profil convexe (busqué), notamment dans la région du chanfrein[21]. L’œil est petit, les lèvres sont grosses, et les oreilles longues[13]. L'encolure est fortement rouée[13]. Les épaules sont courtes et musclées[13]. Le garrot est bas[13]. Le poitrail est ouvert, le rein long, et la croupe arrondie[13]. Les pieds sont hauts[13]. La queue est touffue[13].

La robe est toujours noire[6]. Le caractère est réputé docile et franc, très obéissant, mais parfois lymphatique[13]. La race est tardive, n'atteignant sa maturité qu'à l'âge de 6 ou 7 ans[13]. Ces chevaux sont élevés dans des milieux herbageux riches, qui sont sans doute à l'origine de leur grande taille[6].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le Carrossier noir du Cotentin est considéré comme « le type de l'espèce carrossière »[23]. Il a excellente réputation comme cheval de tirage, et comme monture de cavalerie lourde[6]. Sa robe toujours noire permet de constituer des attelages de couleur homogènes[24]. Aussi, sous l'Ancien régime, il semble que de nombreuses familles riches, et des abbés, aient tenus à acquérir des équipages de chevaux du Cotentin pour cette raison[16].

La race est largement exportée hors de son berceau pour entrer en croisement avec diverses populations de chevaux régionales françaises, et tenter d'augmenter leur taille[6]. En particulier, il est croisé avec les chevaux du Bas-Poitou[6].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Le cheval du Cotentin est élevé dans le département de la Manche, notamment dans les environs de Coutances.

La race est souvent importée vers la plaine de Caen[25]. Cela a induit une confusion, sous le nom de « cheval de la plaine de Caen », entre différentes souches qui se sont faites connaître sous le nom de « race normande »[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, .
  2. (en) « Browse by species and country », DAD-IS (consulté en octobre 2018).
  3. (en) Bonnie Lou Hendricks, International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199)Voir et modifier les données sur Wikidata.
  4. Élise Rousseau (ill. Yann Le Bris), Tous les chevaux du monde, Delachaux et Niestlé, , 544  p. (ISBN 2-603-01865-5)Voir et modifier les données sur Wikidata.
  5. (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453)Voir et modifier les données sur Wikidata.
  6. a b c d e f g et h Denis 2012.
  7. Talon 2014.
  8. Diffloth 1923, p. 269.
  9. a et b Gayot 1848-1953, p. 109.
  10. Gayot 1848-1953, p. 107.
  11. Gayot 1848-1953, p. 106.
  12. Diffloth 1923, p. 268.
  13. a b c d e f g h i j k et l Gayot 1848-1953, p. 111.
  14. Gayot 1848-1953, p. 112.
  15. a et b Musset et Robien (comte de) 1917, p. 220.
  16. a b et c de M. 1835, p. 248.
  17. de M. 1835, p. 287.
  18. Journal des haras, chasses et courses de chevaux, des progrès des sciences zooïatriques et de médecine comparée, vol. 2, Parent, , p. 248.
  19. Diffloth 1923, p. 409.
  20. Henri Blanc, « Au sujet de la taille des poneys », Ethnozootechnie, Société française d'ethnozootechnie,‎ , p. 30 (lire en ligne).
  21. a b et c Gayot 1848-1953, p. 110.
  22. Moll et Gayot 1861, p. 609.
  23. Félix Lecoq, Traité de l'extérieur du cheval et des principaux animaux domestiques, Bouchard-Huzard et Savy Jeune, (lire en ligne).
  24. Abel Poitrineau, L'élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l'Europe à l'époque moderne, Presses Univ. Blaise Pascal, , p. 293.
  25. Gayot 1848-1953, p. 108.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Denis 2012] Bernard Denis, « Les races de chevaux en France au XVIIIe siècle. Et les idées relatives à leur amélioration », In Situ, no 18,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2013)
  • [Diffloth 1923] Paul Diffloth, Zootechnie. Races chevalines. Elevage et Exploitation des chevaux de trait et des chevaux de selle, Paris, libr. J.-B. Baillière et fils, , 5e éd., 512 p. (lire en ligne). 
  • [Gayot 1848-1953] Eugène Gayot, La France chevaline, t. 4, Partie 2, Paris, Comptoir des imprimeurs unis et Vve Bouchard-Huzard, 1848-1853 (lire en ligne)
  • [Moll et Gayot 1861] Louis Moll et Eugène Nicolas Gayot, La connaissance générale du cheval : études de zootechnie pratique, avec un atlas de 160 pages et de 103 figures, Didot, , 722 p. (lire en ligne). 
  • [Musset et Robien (comte de) 1917] René Musset et Henry Robien (comte de), L'élevage du cheval en France : Précédé d'une bibliographie de l'élevage du cheval en France du XVIIe siècle à nos jours, suivi d'études sur l'élevage du cheval dans le Perche, le Boulonnais et la Basse-Normandie, Librairie agricole de la maison rustique, , 232 p.
  • [de M. 1835] A. de M., « Variétés », Journal des haras, chasses, et courses de chevaux, des progrès des sciences zooïatriques et de médecine comparée, Parent, vol. 2,‎ (lire en ligne)
  • [Roche et Reytier 2000] Daniel Roche et Daniel Reytier, Voitures, chevaux et attelages: du XVIe au XIXe siècle, Association pour l'Académie d'art équestre de Versailles, , 366 p.
  • [Talon 2014] Alain Talon, Le cheval en Normandie : 1665-1965, du Carrossier noir au Selle français, OREP, , 191 p. (ISBN 978-2-8151-0220-9, présentation en ligne)
  • Alain Talon (Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche), « Le carrossier noir du Cotentin ou le goût exclusif pour le cheval noir, XVIIIe siècle-1850 », Colloque Cheval en Normandie, 4 septembre 2014