Cheval de sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un cheval alezan et son cavalier franchissent un oxer gris marbré.
Cheval de sport lors d'une compétition officielle de saut d'obstacles

Un cheval de sport est un cheval de selle élevé et sélectionné pour la pratique des sports équestres. Le terme est à différencier du mot anglo-saxon warmblood, qui n'a pas d'équivalent en français, et qui désigne un ensemble de races ou studbooks de chevaux de sport d'origine européenne.

Le cheval de sport nait au début du XXe siècle avec la fin de l'utilisation du cheval pour la cavalerie, et les débuts des utilisations sportives et de loisir. En Europe, l'élevage se réoriente progressivement vers ces nouveaux débouchés, produisant de ce fait des animaux spécialisés et plus performants dans chaque discipline équestre. À partir des années 2000, le cheval de sport devient international, les échanges se multipliant et l'utilisation de l'insémination artificielle ouvrant de nouvelles possibilités de croisement. La notion de race tend dès lors à perdre de son sens.

Le cheval de sport possède des caractéristiques spécifiques permettant son utilisation dans chacune des disciplines équestres. Destiné à la compétition, même s'il se révèle dans les faits également utilisé pour le loisir ou pour l'enseignement, il fait l'objet d'une sélection particulière dans chacun des studbooks basée sur la performance ou sur des tests d'aptitude. Sa formation est précoce et suivie. Il fait également l'objet de soins particuliers du fait de sa condition d'athlète.

Terminologie et définition[modifier | modifier le code]

Le terme de « cheval de sport » désigne un ensemble de chevaux dont la morphologie et le tempérament les destinent à la pratique des sports équestres comme le dressage, le saut d'obstacles ou le complet.

En anglais, le terme de sport horse est bien différencié de celui de warmblood, qui signifie littéralement « sang chaud »[1]. Le premier désigne un type de cheval destiné au sport alors que le second désigne un ensemble de races ou studbooks de chevaux de sport d'origine européenne[2]. Warmblood n'a pas d'équivalent en français. Demi-sang est le mot qui s'en rapproche le plus mais ce terme ancien, devenu désuet, désigne historiquement le croisement entre un cheval pur-sang anglais ou arabe avec un autre cheval[3]. Les chevaux demi-sang sont à la base du cheptel mondial de chevaux de selle ou de trait léger[4]. Ainsi l'hanovrien et le holsteiner, races allemandes de sport à l'origine demi-sang[5], sont classés comme warmblood par les anglo-saxons[6]. Un cheval Warmblood répond à la volonté de sélectionner un cheval « de sang » doté de puissance, de poids, et de capacités athlétiques[7].

Qualités mentales et physiques[modifier | modifier le code]

Photo d'un grand cheval bai musclé de profil en licol.
Cheval de sport au modèle.

Il existe diverses races et studbooks de chevaux de sport. Ils ont comme caractéristiques communes de sélectionner des chevaux dont la conformation, les allures, la santé et le tempérament permettent la réussite dans les disciplines du dressage, du saut d'obstacles et du complet[8]. L'orientation de l'élevage vers certaines disciplines façonne donc le physique des chevaux de sport, car plus qu'une race, c'est un type de cheval destiné à une discipline que l'on cherche à obtenir. L'exemple du KWPN est très représentatif de cette orientation, avec un registre d'élevage découpé en quatre types : obstacle, dressage, attelage et Gelderland[9].

Cheval de saut d'obstacles[modifier | modifier le code]

C'est un cheval de grande taille, puissant avec de l'influx nerveux[10]. Sa musculature est développée avec un dos large, de bons jarrets et des tendons secs[10]. Son arrière-main est particulièrement puissante pour lui permettre de se propulser et de s'élever au-dessus des obstacles[10],[11]. L'encolure est musclée et bien sortie pour servir de balancier[11]. La ligne du dessus est plutôt faite en montant afin de faciliter l'engagement des hanches[11]. La poitrine est large, les épaules longues et inclinées[11]. Le rein est court et bien attaché, la croupe longue et musclée[11].

Son caractère est volontaire et assuré. Il est également doté d'une bonne concentration[10].

Les races et studbooks orientés vers le saut d'obstacles sont le selle français, l'holsteiner, le trakehner, l'oldenbourg, le SBS, le BWP, l'Irish Sport Horse et le demi-sang suédois[11].

Cheval de dressage[modifier | modifier le code]

C'est un cheval longiligne de taille moyenne qui possède une conformation harmonieuse et des allures brillantes[12]. L'encolure est assez longue avec un garrot bien sorti. Les épaules sont longues et obliques[13]. Son dos et son rein sont courts, ses fessiers sont musclés et longs[12],[13]. L'arrière-main peut être plus basse que l'avant-main ce qui facilite l'équilibre[12],[13]. Les jambes sont longues avec des canons courts. Il possède de bons aplombs[13].

Il possède trois bonnes allures, qui doivent être amples, élastiques et régulières[13]. Ses mouvements sont aisés, harmonieux et légers[12].

Il doit avoir un bon influx nerveux tout en restant attentif, concentré et réceptif[12].

Les races et studbooks orientés vers le dressage sont l'hanovrien, l'oldenbourg, le westphalien, le holsteiner, le trakehner et le KWPN[13].

Cheval de complet[modifier | modifier le code]

C'est un cheval de taille moyenne doté d'une bonne conformation, de membres solides et de bons aplombs. Les narines sont bien ouvertes. L'encolure, un peu longue, est puissante et bien sortie. La cage thoracique est développée. Le dos est assez long, mais bien attaché avec une arrière-main puissante. Les tendons sont secs[14].

Le cheval de complet doit posséder un tempérament franc, volontaire, calme et généreux[14].

Les races et studbooks orientés vers le concours complet sont l'anglo-arabe, le selle français, l'AQPS, le Pur Sang, le trakehner et le demi-sang suédois[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc représentant un militaire franchissant à cheval une barrière sur un parcours de saut d'obstacles.
Franchissement d'une barrière lors d'un concours dans les années 1910.

L'histoire du cheval de sport est liée à celle de plusieurs races de chevaux de selle européens. Au début du XXe siècle, avec l’arrivée de la mécanisation et la fin de l'utilisation agricole des chevaux, l'élevage européen s'oriente progressivement vers la production de chevaux de sport et de loisir, comme c'est le cas chez l'hanovrien[15] ou le KWPN[16]. Avec la motorisation de la cavalerie, de nouveaux débouchés sont en effet recherchés pour les officiers et les chevaux, l’équitation sportive étant alors une pratique exclusivement militaire et masculine[17]. Le monde militaire est à l'origine du développement des sports équestres et les trois sports équestres olympiques, saut d'obstacles, dressage et concours complet d'équitation, sont issus des entraînements militaires destinés à former le cheval de cavalerie[18].

Au cours du XXe siècle, certaines races historiques entament un développement orienté vers le sport. Les croisements entre chevaux de selle, races autochtones, pur sang anglais et chevaux arabes deviennent plus sélectifs[1]. L'élevage s'oriente progressivement à produire des chevaux spécialisés plus performants dans chaque discipline[1]. Dans cet objectif, ils cherchent à augmenter la taille et la masse musculaire sur les chevaux de saut d'obstacles, la résistance pour les chevaux de complet, et les allures et l'esthétisme pour les chevaux de dressage[1]. Le selle français, l'anglo-arabe et les races du nord de l'Europe deviennent des chevaux de sport à part entière[1].

Photo d'un cheval noir franchissant un oxer en concours.
L'étalon selle français Luccianno est issu d'un père holsteiner et d'une mère selle français.

À partir des années 2000, la tendance est à l'internationalisation du cheval de sport. Grâce à la mondialisation des échanges et également grâce à la généralisation de l'insémination artificielle, l'accès à des reproducteurs étrangers est devenu possible pour les éleveurs[19]. Ainsi chez le selle français, le croisement avec des selles étrangers augmente depuis le début des années 2000 : en 1998, 1 % des pères selle français sont de race étrangère, alors qu'ils sont 6 % en 2000, et 25 % en 2005[19]. Une preuve des efforts d'internationalisation à l'échelle européenne est la création de la World Breeding Federation for Sport Horses (WBFSH), qui organise l'harmonisation des méthodes d'élevage de chevaux de sport, notamment grâce au travail de l′Interstallion working group[20]. Les organismes de gestion du cheval de sport risquent d'être confrontés à une baisse de la diversité génétique dans les années à venir, en raison des croisements de plus en plus fréquents entre les différentes races[20]. Cette perspective a motivé l'organisation d'un congrès de recherche à Budapest en 2005[21].

L'élevage du cheval de sport est en développement dans de nombreux pays du monde. Le Royaume-Uni en compte un nombre croissant au début du XXIe siècle, au détriment de l'élevage des races natives[22]. En Chine, où les sports équestres se développent, de nombreux chevaux de sport (notamment français) sont importés depuis les années 2010[23],[24],[25].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Un cheval de sport est sélectionné pour la pratique du saut d'obstacles, du dressage, du complet, et, très rarement, de l'attelage[8]. Il est normalement destiné à la compétition. Mais les niveaux de pratique étant variés, il existe une zone de flou entre la pratique des cavaliers en sport pur et la pratique en loisir[26]. Ainsi en France, selon une enquête menée en 2011 par l'Observatoire économique et social du cheval, 80 % des achats d'équidés sont motivés par le sport, le loisir ou le travail, et parmi les équidés destinés au sport-loisir, seuls 10 % sont destinés à la pratique unique en compétition, contre 26 % pour ceux destinés à une pratique polyvalente avec de la compétition[27]. Ce qui aboutit à un décalage entre l'offre et la demande, puisque la production française est globalement orientée vers le sport, les éleveurs espérant vendre à prix élevé[28]. Bon nombre de chevaux nés pour le sport sont ainsi utilisés pour le loisir ou l'enseignement[29].

Le cheval de sport réalise des performances physiques impressionnantes, incluant les sauts d'une grande variété d'obstacles et de surfaces, des virages serrés et des parcours au galop, le tout en portant le poids du cavalier sur son dos. Dans certains cas (dressage notamment), sa performance peut être jugée de manière subjective, en fonction de son « élégance ». Quoi qu'il en soit, toutes les utilisations sportives du cheval lui demandent une excellente coordination des mouvements[30].

Sélection[modifier | modifier le code]

Le cheval de sport fait l'objet d'une sélection rigoureuse. Chaque studbook possède ses propres méthodes pour tester et sélectionner ses reproducteurs. Le pedigree et les performances sportives sont particulièrement étudiés[31]. Dans la plupart des studbooks de chevaux de sport, des commissions sont ainsi organisées. On juge le modèle et les allures du cheval, ainsi que l'aptitude au saut pour le cas des chevaux destinés au saut d'obstacles[32]. La stratégie de sélection diffère donc d'un studbook à un autre, mais deux grands types peuvent être observés : les studbooks qui privilégient la performance sur compétition et ceux qui utilisent des stations de testage où plusieurs caractères en rapport avec les disciplines sportives visées sont étudiés[33]. En France, la sélection des chevaux de sport est essentiellement basée sur la performance sportive. Cette approche implique la reproduction de chevaux déjà âgés, ce qui limite dans le temps l'amélioration génétique de la race, puisque l’intervalle entre les générations est assez grand, soit dix ans[34]. Un grand nombre d'outils génomiques sont disponibles, et devraient devenir plus nombreux dans les années à venir, permettant une détection précoce du potentiel sportif du cheval. Ces outils permettront de détecter le ou les gènes responsables des performances et de certaines maladies héréditaires. Le diagnostic de la myopathie à stockage de polysaccharides par génotypage est déjà couramment appliqué[35].

Gestion de la diversité génétique et notion de « race »[modifier | modifier le code]

Article connexe : Diversité génétique.

Les études génétiques ont révélé que les étalons des races de sport européennes sont très proches, en raison de la présence de reproducteurs communs[36]. Ainsi, les étalons Pur Sang Orange Peel, Precipitation et Rantzau, tous trois descendants d'Eclipse, figurent dans le pedigree de presque tous les grands chevaux de CSO actuels[37]. La notion de race tend progressivement à disparaître au profit du « cheval de sport »[38]. Cet aspect influence fort la notion de préservation des races. Les chevaux de sport allemands, héritiers d'une longue histoire, continuent à exister sous leur nom de race historique, mais ils intègrent des objectifs d'élevage sportif modernes qui incluent de nombreux croisements étrangers. Par conséquent, les différentes races de chevaux de sport (selle français, holsteiner, hanovrien, etc) ne sont presque plus différentiables par leur modèle[39].

Formation[modifier | modifier le code]

Dans une carrière en herbe, un cavalier et son cheval sont au galop.
Une compétition de saut d'obstacles jeunes chevaux à Hambourg en 2011.

Le cheval de sport nécessite une formation particulière pour répondre aux fonctions auxquelles on le destine[40]. Le débourrage du cheval dépend des objectifs fixés quant à sa participation ou non aux épreuves d'élevage. Les premiers concours sous la selle s'effectuent l'année des trois ans. Pour faciliter cet apprentissage, le poulain est manipulé très tôt par l'homme. Il lui enseigne dans ses premières années les actions du quotidien comme le pansage, marcher en main, ou se laisser prendre les pieds. Un pré-débourrage peut également être effectué vers dix-huit mois à deux ans[41]. En France, les jeunes chevaux de quatre à six ans ont la possibilité de concourir sur des épreuves leur étant réservées. Deux circuits parallèles mis en place par la Société hippique française (SHF) proposent des épreuves adaptées aux jeunes chevaux dans les disciplines du saut d'obstacles, du complet et du dressage : le cycle classique, destiné aux cavaliers professionnels, et le cycle libre, destiné aux amateurs[40],[42]. La semaine de l'élevage à Fontainebleau rassemble chaque année en septembre l’ensemble des acteurs de la filière des chevaux de sport, en particulier ceux de saut d’obstacles, et accueille les finales des épreuves jeunes chevaux de saut d'obstacles[43].

Soins et entretien[modifier | modifier le code]

Le cheval de sport nécessite des soins et un entretien particulier. Il est considéré comme un athlète, et est donc soumis à un entrainement adapté. Des études vétérinaires sur la physiologie du cheval à l'effort ont été menées depuis les années 1970 afin de mettre la science au service de la conduite de l'entrainement du cheval[44]. Les apports alimentaires sont à fixer en fonction du travail programmé et des objectifs visés[45]. L'entraînement sportif des chevaux provoque un débât éthique, car, « la souffrance a sa place et la pathologie est la norme, conséquence inéluctable d'un jeu permanent avec les limites physiologiques du corps ». Il y a cependant une prise de conscience croissante du rôle joué par la détente et le contact avec des congénères, de manière à « garantir équilibre et le bien-être du cheval, facteurs non négligeables d'augmentation de la performance »[46].

Le cheval de sport peut souffrir de problèmes de santé qui affectent ses performances[47]. Le stress et le « trac » entraînent des problèmes gastro-intestinaux, qui peuvent mener à des coliques[48]. Une baisse subite de performances peut dénoter un problème de cœur[49]. Les accidents cardiaques dus à l'effort, bien que rares, sont dramatiques et spectaculaires, comme l'a démontré la mort subite du cheval Hickstead après un parcours de saut d'obstacles, fin 2011[50]. La rhabdomyolyse d'effort, dite « coup de sang » ou « maladie du lundi » parce qu'elle survient après l'effort, peut être due à différentes maladies neuromusculaires, dont la myopathie à stockage de polysaccharides[51]. Sa survenue peut être évitée par une gestion spécifique du travail et de l'alimentation[52]. Les problèmes d'orthopédie et de pieds sont une source fréquente de baisse de performance des chevaux de sport[53], notamment l'ostéochondrite[54]. Il a été suggéré que dans la discipline du dressage, les problèmes de ligament suspenseur souvent observés proviendraient du trot rassemblé et du trot allongé[55]. Dans les cas de baisse de performances, un examen du système respiratoire peut aussi permettre de tirer un diagnostic[56].

Les problèmes de santé sont assez fréquents chez les chevaux de sport. Une étude sur les selles qui tournent conclut que la plupart des boiteries ne sont pas détectés : sur 506 chevaux de sport étudiés, la moitié étaient boiteux, généralement sans que leur cavalier n'en ait conscience[57]. La question du bien-être se pose du fait de nombreuses observations de signes de stress chez les chevaux de compétition, tels que des fouaillements de queue et des secouements de tête. Il a été suggéré à la FEI de mieux prendre en compte ces comportements[58].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Fitzpatrick 2008, p. 300
  2. (en) Moira C. Reeve et Sharon Biggs (ill. Bob Langrish), The Original Horse Bible: The Definitive Source for All Things Horse : The Definitive Source for All Things Horse, New York, BowTie Inc., , 481  p. (ISBN 1-937049-25-6, OCLC 772844664, lire en ligne), p. 53Voir et modifier les données sur Wikidata.
  3. « Cheval », dans Dictionnaire de la conversation et de la lecture, t. XIV, .
  4. Laetitia Bataille, Races équines de France, France agricole Éditions, , 286 p. (ISBN 2855571545 et 9782855571546, lire en ligne), p. 15.
  5. Collectif, Les races de chevaux et de poneys, Editions Artemis, , 127 p. (ISBN 2844163386, lire en ligne), p. 39; 43.
  6. (en) Audrey Pavia, Janice Posnikoff et D.V.M., Horses For Dummies, John Wiley & Sons, , 384 p. (ISBN 1118054652 et 9781118054659, lire en ligne), p. 56.
  7. Porter et al. 2016, p. 430.
  8. a et b Dubois 2008, p. 119
  9. (en) Fran Lynghaug, The Official Horse Breeds Standards Guide: The Complete Guide to the Standards of All North American Equine Breed Associations, Voyageur Press, , 672 p. (lire en ligne), p. 569.
  10. a, b, c et d Collectif, « Le cheval d'obstacles », dans La Grande Encyclopédie Fleurus Cheval, Fleurus, , 320 p. (ISBN 9782215051756), p. 114-115
  11. a, b, c, d, e et f Barbara Pirnay, « Quel cheval pour le CSO ? », Cheval magazine Hors série Athènes 2004, no 9,‎ , p. 38-40
  12. a, b, c, d et e Collectif, « Le cheval de dressage », dans La Grande Encyclopédie Fleurus Cheval, Fleurus, , 320 p. (ISBN 9782215051756), p. 118-119
  13. a, b, c, d, e et f Barbara Pirnay, « Quel cheval pour le dressage ? », Cheval magazine Hors série Athènes 2004, no 9,‎ , p. 94-95
  14. a, b et c Barbara Pirnay, « Quel cheval pour le CCE ? », Cheval magazine Hors série Athènes 2004, no 9,‎ , p. 70-71.
  15. Emmanuelle Hubrecht (dir.), Les plus beaux chevaux du monde, Grenoble, éditions Atlas, coll. « Atlas nature », (ISBN 2723451402 et 9782723451406, OCLC 419760879), p. 25
  16. (en) Judith Dutson, Storey's Illustrated Guide to 96 Horse Breeds of North America, Storey Publishing, , 416 p., p. 104
  17. Michaël Attali et Jean Saint-Martin, « Équestres », dans Dictionnaire culturel du sport, Armand Colin, , 584 p. (ISBN 9782200257095)
  18. Jean-Pierre Digard, « Le XXe siècle ou le cheval de divertissement - jusqu'où ? », dans Une histoire du cheval : art, technique, société, Actes Sud, coll. « Nature », , 296 p. (ISBN 978-2742764839), p. 178
  19. a et b Dubois 2008, p. 113
  20. a et b William Martin-Rosset dans Bodó, Alderson et Langlois 2005, p. 7.
  21. William Martin-Rosset dans Bodó, Alderson et Langlois 2005, p. 8.
  22. Bodó, Alderson et Langlois 2005, p. 91.
  23. « China International Horstry Fair - Hohhot - Unic », sur Unic (consulté le 17 décembre 2015)
  24. « Élevage. Des chevaux bretons pour les cavaliers chinois », sur Le Telegramme (consulté le 17 décembre 2015)
  25. « La Chine achète des chevaux français de trait, sport et courses », sur lexpansion.lexpress.fr (consulté le 17 décembre 2015)
  26. REFErences, « L'évolution des usages du cheval depuis le XIXe siècle », sur Les Haras nationaux ifce, (consulté le 4 octobre 2015)
  27. REFErences - Réseau Economique de la Filière Equine, Le marché du cheval de sport-loisir en 2010 (lire en ligne), p. 5
  28. « Loisirs équestres et sport amateur », sur Haras nationaux ifce (consulté le 4 octobre 2015).
  29. Marie-Eve Rebts, « Cheval de club, un professeur au grand cœur », Cheval magazine, no 532,‎ , p. 31-32
  30. Elizabeth Davidson, Performance evaluation and management of race and sport horses before, during and after the competitive season dans Lindner 2010, p. 87.
  31. (en) Cheryl Kimball, The Complete Horse, Voyageur Press (ISBN 1610605209 et 9781610605205, lire en ligne), p. 57
  32. Bernard Maurel et Nicolas Baudoin, Appréciation des chevaux et des poneys, IFCE - les Haras nationaux, , 83 p. (ISBN 2915250170 et 9782915250176, lire en ligne), p. 19
  33. Dubois 2008, p. 147
  34. Eric Barrey, « Évaluation de l'aptitude sportive chez le cheval : application à la définition de critères précoces de sélection », Hors série "Éléments de génétique quantitative et application aux populations animales", INRA Productions animales,‎ , p. 167-173 (lire en ligne)
  35. Eric Barrey dans Lindner 2010, p. 18-19.
  36. (en) « Limited genetic diversity in stallions revealed in study ».
  37. Amélie Tsaag Valren, « Chevaux de sport : que reste-t-il des races ? », Cheval Savoir, no 64,‎ (lire en ligne).
  38. (en) Bonnie Lou Hendricks et Anthony A. Dent, International Encyclopedia of Horse Breeds, University of Oklahoma Press, , 486 p. (ISBN 080613884X et 9780806138848, lire en ligne), xviii.
  39. Bodó, Alderson et Langlois 2005, p. 11.
  40. a et b Christine Jez, La filière équine française à l’horizon 2030, Editions Quae, , 158 p., p. 24
  41. « Appréhender le débourrage d'un cheval de sport », sur Haras nationaux - ifce (consulté le 3 octobre 2015)
  42. Roland Jussiau, Alain Papet et Joël Rigal, Amélioration génétique des animaux d'élevage, Educagri Editions, , 367 p. (ISBN 2844449298 et 9782844449290, lire en ligne), p. 321
  43. Collectif, Les races de chevaux et de poneys, Éditions Artémis, , 127 p. (ISBN 9782844163387, lire en ligne), p. 10
  44. Anne Couroucé-Malblanc, Maladies des chevaux, France Agricole Editions, , 341 p. (ISBN 2855571685 et 9782855571683, lire en ligne), p. 308.
  45. William Martin-Rosset, Nutrition et alimentation des chevaux, Editions Quae, , 620 p. (ISBN 2759216683 et 9782759216680, lire en ligne), p. 256-257
  46. De Cooker 2012, p. 284-285.
  47. Tatiana Art et Emmanuelle Van Erck dans Lindner 2008, p. 15.
  48. E. Durham et Nathaniel A. White dans Lindner 2008, p. 39-68.
  49. Lesley Young et Gunther van Loon dans Lindner 2008, p. 69-80.
  50. « Hickstead : victime d'une rupture aortique », Grand Prix Magazine, (consulté le 16 décembre 2015).
  51. (en) L.M. Hunt, Stephanie J. Valberg, K. Steffenhagen et M.E. McCue, « An epidemiological study of myopathies in Warmblood horses », Equine Vet. J., vol. 40, no 2,‎ , p. 171‑177.
  52. José Luis L. Riveiro et Richard J. Piercy dans Lindner 2008, p. 81-90.
  53. Lindner 2008, p. 91-110.
  54. ottmar Distl, Equine osteochondrosis: what can genetics tell the breeder and rider dans Lindner 2010, p. 21-33.
  55. (en) V. A. Walker, J. M. Walters, L. Griffith et R. C. Murray, « The effect of collection and extension on tarsal flexion and fetlock extension at trot », Equine Veterinary Journal, vol. 45,‎ , p. 245-248 (ISSN 2042-3306, DOI 10.1111/j.2042-3306.2012.00617.x, lire en ligne)
  56. Lindner 2008, p. 133.
  57. (en) L. Greve et S. J. Dyson, « The interrelationship of lameness, saddle slip and back shape in the general sports horse population », Equine Veterinary Journal, vol. 46,‎ , p. 687-694 (ISSN 2042-3306, DOI 10.1111/evj.12222, lire en ligne)
  58. (en) Aleksandra Górecka-Bruzda, Izabela Kosińska, Zbigniew Jaworski et Tadeusz Jezierski, « Conflict behavior in elite show jumping and dressage horses », Journal of Veterinary Behavior: Clinical Applications and Research, vol. 10,‎ , p. 137-146 (DOI 10.1016/j.jveb.2014.10.004, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Bodó, Alderson et Langlois 2005] (en) Imre Bodó, Lawrence Alderson et Bertrand Langlois, Conservation genetics of endangered horse breeds, Wageningen Academic Pub, , 187 p. (ISBN 9076998795 et 978-90-76998-79-4, ISSN 0071-2477, lire en ligne), chap. 116 de EAAP publication
  • [Clarke 2006] (en) Clarke, The Modern Sports Horse, Kenilworth Press, Limited, , 176 p. (ISBN 1872119972 et 9781872119977)
  • [De Cooker 2012] Émilie De Cooker, « Les compétitions équestres : Pour une éthique conséquentialiste des moyens », Revue Semestrielle de Droit Animalier – RSDA,‎ , p. 281-296 (lire en ligne)
  • [Dubois 2008] Clotilde Dubois, Modélisation des programmes de sélection dans l’élevage du cheval de sport français, AgroParisTech, , 275 p. (lire en ligne)
  • [Fitzpatrick 2008] Andrea Fitzpatrick, « Chevaux de selle et de sport », dans Le Monde fascinant des chevaux, Paris, Nov'edit, , 437 p. (ISBN 9782350332086), p. 300
  • [Lindner 2008] (en) Arno Lindner (dir.), The Acute Poorly Performing Sport Horse : CESMAS 2008, Wageningen Academic Pub., , 192 p. (ISBN 9086860729 et 9789086860722)
  • [Lindner 2010] (en) Arno Lindner (dir.), Performance Diagnosis and Purchase Examination of Elite Sport Horses : CESMAS 2010, Wageningen Academic Pub., , 190 p. (ISBN 9086861474 et 9789086861477)
  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453), « Warmblood ». Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Schacht 2012] (en) Christian Schacht, Sport Horse Conformation : Evaluating Athletic Potential in Dressage, Jumping and Event Prospects, Trafalgar Square Books, , 136 p. (ISBN 1570765308 et 9781570765308)