Bessie Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bessie Smith
Description de cette image, également commentée ci-après
Bessie Smith photographiée par Carl van Vechten en 1936.
Informations générales
Surnom Impératrice du Blues
Naissance
Chattanooga, États-Unis
Décès (à 43 ans)
Clarksdale, États-Unis
Activité principale Musicienne, chanteuse
Genre musical Blues
Années actives 1920-1937
Labels Columbia, Philips

Elizabeth « Bessie » Smith, née le à Chattanooga dans le Tennessee et morte le à Clarksdale dans le Mississippi, est une chanteuse américaine et une des artistes d'enregistrement les plus réputées des années 1920. Elle fut surnommée l'Impératrice du Blues. Elle est souvent considérée comme l'une des plus grandes chanteuses de son époque et a exercé une influence majeure sur les autres chanteurs de blues, ainsi que sur les chanteurs de jazz.

Smith était jeune lorsque ses parents sont morts, et elle et ses six frères et sœurs ont survécu en se produisant au coin des rues. Elle a commencé à faire des tournées et à se produire dans un groupe qui comprenait Ma Rainey, puis elle s'est mise à son compte. Sa carrière d'enregistrement avec Columbia Records a commencé en 1923.

Bessie Smith, bisexuelle[1], avait des amants des deux sexes durant ses tournées[2].

Smith a eu une influence musicale importante sur des chanteuses comme Billie Holiday, Sarah Vaughan, Dinah Washington, Nina Simone, Janis Joplin, Norah Jones et surtout Willie Mae "Big Mama" Thornton surnommée la "New Bessie Smith"[3]. Sa voix puissante et son style de chant sont une contribution importante à l'histoire de la musique populaire. La plupart de ses chansons ont été utilisées pour le jeu vidéo BioShock (2K Games) grâce à l'ambiance rétro que Bessie a véhiculée.

Mais sa carrière de chanteuse a été interrompue par un accident de voiture qui l'a tuée à l'âge de 43 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bessie Smith photographiée par Carl van Vechten en 1936.

Enfance[modifier | modifier le code]

Bessie Smith est la fille de William et Laura Smith[4], une famille pauvre, qui habite le quartier Blue Goose Hollow, au pied de la Cameron Hill de Chattanooga[5]. À l'âge de neuf ans, elle est orpheline, et pour gagner sa vie elle chante dans les rues de Chattanooga avec son frère Andrew ou à l'Ivory Theatre de Chattanooga[6]. Devenue une jeune femme, elle rejoint le spectacle ambulant de William et Gertrude Ma Rainey[7] (la “Mother of the Blues"), connus sous le nom de « Ma and Pa » (maman et papa), au sein des Rabbit's Foot Minstrels au sein de la tournée organisé par la Moses Stokes Company[8].

En 1904, son frère aîné Clarence quitte la maison et rejoint une petite troupe itinérante appartenant à Moses Stokes. "Si Bessie avait été assez âgée, elle serait partie avec lui", a déclaré Maud, la veuve de Clarence. "C'est pourquoi il est parti sans le lui dire, mais Clarence m'a dit qu'elle était prête, même à l'époque. Bien sûr, elle n'était qu'une enfant."

En 1912, Clarence retourne à Chattanooga avec la troupe Stokes et organise une audition pour sa sœur avec les managers de la troupe, Lonnie et Cora Fisher. Bessie a été engagée comme danseuse plutôt que comme chanteuse, car la compagnie comprenait déjà la chanteuse populaire Ma Rainey. Des témoignages contemporains indiquent que, si Ma Rainey n'a pas appris à Smith à chanter, elle l'a probablement aidée à développer une présence sur scène. Smith a fini par se produire dans des troupes, faisant du "81" Theatre d'Atlanta son point d'attache. Elle se produit également dans des spectacles dans le Theater Owners Booking Association (T.O.B.A.) appartenant à des Noirs et deviendra l'une de ses principales attractions.

Carrière[modifier | modifier le code]

Bessiesmith3.jpg

Smith a commencé à monter son propre spectacle vers 1913, au théâtre "81" d'Atlanta. En 1920, elle s'était fait une réputation dans le Sud et sur le long de la côte Est. À l'époque, les ventes sont de plus de 100 000 exemplaires de "Crazy Blues", enregistré pour Okeh Records par la chanteuse Mamie Smith (aucun lien de parenté), indiquent un nouveau marché. L'industrie du disque n'avait pas encore orienté son produit vers les Noirs, mais le succès de ce disque a entraîné une recherche de chanteuses de blues.

En 1923, Smith fait ses débuts d'enregistrement chez Columbia Records avec sa première chanson, Downhearted Blues (le Blues du découragement)[9] espérant tirer profit de ce nouveau marché. Sa première séance d'enregistrement pour Columbia a lieu le 15 février 1923 ; elle est orchestrée par Dan Hornsby. Pendant la majeure partie de l'année 1923, ses disques sont publiés sur la série A de Columbia. Lorsque la compagnie établit une série de " race records ", le " Cemetery Blues " de Smith (26 septembre 1923) est le premier à être publié. Les deux faces de son premier disque, "Downhearted Blues" accompagné de "Gulf Coast Blues", sont des succès (un enregistrement antérieur de "Downhearted Blues" par sa co-auteur Alberta Hunter avait été publié par Paramount Records).

Au fur et à mesure que sa popularité augmentait, Smith devenait une tête d'affiche du circuit du Theatre Owners Booking Association (T.O.B.A.), dont elle devint la principale attraction dans les années 1920. Le service de publicité de Columbia la surnomme "Queen of the Blues", mais la presse nationale ne tarde pas à lui donner le titre d'"impératrice du blues". La musique de Smith mettait en avant l'indépendance, l'intrépidité et la liberté sexuelle, soutenant implicitement que les femmes de la classe ouvrière n'avaient pas à modifier leur comportement pour être dignes de respect.

Malgré son succès, ni elle ni sa musique ne sont acceptées par tous les milieux. Elle auditionna une fois pour Black Swan Records (W. E. B. Du Bois faisait partie de son conseil d'administration) et fut rejetée parce qu'elle était considérée comme trop sévère et qu'elle aurait arrêté de chanter pour cracher. Les hommes d'affaires de Black Swan Records furent surpris lorsqu'elle devint la diva la plus populaire parce que son style était plus dur et plus grossier que celui de Mamie Smith.

Smith avait une forte voix de contralto, qui s'est bien enregistrée dès sa première séance, qui a eu lieu à l'époque où les enregistrements étaient faits en acoustique. L'avènement de l'enregistrement électrique a rendu la puissance de sa voix encore plus évidente. Son premier enregistrement phonographe est "Cake Walking Babies [From Home]", enregistré le 5 mai 1925. Smith a également bénéficié de la nouvelle technologie de diffusion radiophonique, même sur les stations du Sud où règne la ségrégation. Par exemple, après avoir donné un concert devant un public exclusivement blanc dans un théâtre de Memphis, Tennessee, en octobre 1923, elle a donné un concert tard dans la nuit sur la station WMC, qui a été bien accueilli par le public de la radio. Des musiciens et des compositeurs comme Danny Barker et Tommy Dorsey ont comparé sa présence et sa prestation à celles d'un pasteur en raison de sa capacité à enchanter et à émouvoir son public.

Elle a réalisé 160 enregistrements pour Columbia, souvent accompagnée des meilleurs musiciens de l'époque, notamment Louis Armstrong, Coleman Hawkins, Fletcher Henderson, James P. Johnson, Joe Smith et Charlie Green. Un certain nombre d'enregistrements de Smith - comme "Alexander's Ragtime Band" en 1927 - se sont rapidement classés parmi les meilleures ventes de disques de leur année de sortie respective.

Broadway[modifier | modifier le code]

La carrière de Smith a été écourtée par la Grande Dépression, qui a failli mettre l'industrie du disque en faillite, et par l'arrivée du son au cinéma, qui a sonné le glas du vaudeville. Elle n'a cependant jamais cessé de se produire sur scène. L'époque des spectacles de vaudeville élaborés est révolue, mais Smith continue à faire des tournées et chante occasionnellement dans des clubs. En 1929, elle apparaît dans une comédie musicale de Broadway, Pansy. La pièce est un flop ; les meilleurs critiques disent qu'elle en est le seul atout.

Film[modifier | modifier le code]

En novembre 1929, Smith fait sa seule apparition au cinéma, dans un film à deux bobines, St. Louis Blues, basé sur la chanson du même nom du compositeur W. C. Handy. Dans ce film, réalisé par Dudley Murphy et tourné à Astoria, dans le Queens, elle chante la chanson titre accompagnée par des membres de l'orchestre de Fletcher Henderson, le Hall Johnson Choir, le pianiste James P. Johnson et une section de cordes - un environnement musical radicalement différent de celui de ses enregistrements.

L'ère du Swing[modifier | modifier le code]

En 1933, John Henry Hammond, qui fut également le mentor de Billie Holiday, demanda à Smith d'enregistrer quatre faces pour Okeh (qui avait été racheté par Columbia Records en 1925). Il prétendit l'avoir trouvée dans une semi-obscurité, " travaillant comme hôtesse dans un bar clandestin sur Ridge Avenue à Philadelphie " Smith travaillait au Art's Cafe sur Ridge Avenue, mais pas comme hôtesse et pas avant l'été 1936. En 1933, lorsqu'elle a fait les côtés d'Okeh, elle était encore en tournée. Hammond était connu pour sa mémoire sélective et ses embellissements gratuits.

Smith a reçu un cachet non royal de 37,50 $ pour chaque sélection sur ces faces Okeh, qui étaient ses derniers enregistrements. Réalisées le 24 novembre 1933, elles donnent un aperçu de la transformation qu'elle a opérée dans ses performances, lorsqu'elle a transformé son art du blues en quelque chose qui correspondait à l'ère du swing. L'accompagnement relativement moderne est remarquable. L'orchestre comprend des musiciens de l'ère du swing tels que le tromboniste Jack Teagarden, le trompettiste Frankie Newton, le saxophoniste ténor Chu Berry, le pianiste Buck Washington, le guitariste Bobby Johnson et le bassiste Billy Taylor. Benny Goodman, qui enregistrait par hasard avec Ethel Waters dans le studio voisin, est passé par là et est à peine audible sur une sélection. Hammond n'était pas entièrement satisfait des résultats, préférant que Smith revisite son vieux son blues. " Take Me for a Buggy Ride " et " Gimme a Pigfoot (And a Bottle of Beer) ", tous deux écrits par Wesley Wilson, figurent parmi ses enregistrements les plus populaires.

Décès[modifier | modifier le code]

Le soir du [10], Smith a un tragique accident d'automobile en traversant Clarksdale dans le Mississippi avec son amant Richard Morgan (oncle du musicien de jazz Lionel Hampton). Ce dernier, conduisant, freina trop tard en arrivant sur un camion à l'arrêt et chercha alors à esquiver l'obstacle par la gauche, exposant à un impact violent la place occupée par Bessie. Grièvement blessée, Bessie est transportée à l'hôpital afro-américain G.T. Thomas (en) où elle est amputée du bras droit et décède dans la matinée suivante.

La première personne arrivée sur les lieux est un chirurgien de Memphis, le Dr Hugh Smith (aucun lien de parenté). Au début des années 1970, Hugh Smith a fait un récit détaillé de son expérience à Chris Albertson, le biographe de Bessie. Il s'agit du témoignage le plus fiable sur les événements qui ont entouré la mort de Bessie.

Arrivé sur les lieux, Hugh Smith a examiné Smith, qui gisait au milieu de la route avec des blessures manifestement graves. Il a estimé qu'elle avait perdu environ une demi-pinte de sang et a immédiatement noté une blessure traumatique majeure : son bras droit était presque complètement sectionné au niveau du coude. Il a déclaré que cette blessure seule n'avait pas causé sa mort. Bien que la lumière soit faible, il n'a observé que des blessures mineures à la tête. Il a attribué sa mort à des blessures par écrasement étendues et graves sur tout le côté droit de son corps, ce qui correspond à une collision par dérapage.

Henry Broughton, un partenaire de pêche du Dr Smith, l'a aidé à déplacer Bessie Smith sur l'accotement de la route. Le Dr Smith a pensé sa blessure au bras avec un mouchoir propre et a demandé à Broughton de se rendre dans une maison située à environ 500 pieds de la route pour appeler une ambulance. Lorsque Broughton revient, environ 25 minutes plus tard, Bessie Smith est en état de choc.

Le temps passant sans aucun signe de l'ambulance, Hugh Smith a suggéré qu'ils l'emmènent à Clarksdale dans sa voiture. Lui et Broughton avaient presque fini de vider la banquette arrière lorsqu'ils ont entendu le bruit d'une voiture approchant à grande vitesse. Smith a allumé ses feux en guise d'avertissement, mais la voiture en sens inverse n'a pas ralenti et l'a percuté à pleine vitesse. La voiture de Smith a percuté la Packard renversée de Bessie Smith, la détruisant complètement. La voiture en sens inverse a ricoché sur la voiture de Hugh Smith dans le fossé sur la droite, manquant de peu Broughton et Bessie Smith.

Le jeune couple qui se trouvait dans la voiture roulant à vive allure n'a pas subi de blessures mettant sa vie en danger. Deux ambulances sont alors arrivées de Clarksdale, l'une de l'hôpital noir, convoquée par Broughton, la seconde de l'hôpital blanc, à la suite d’un rapport du chauffeur du camion, qui n'avait pas vu les victimes de l'accident.

Bessie Smith a été transportée à l'hôpital afro-américain G. T. Thomas de Clarksdale, où son bras droit a été amputé. Elle meurt le matin même sans avoir repris connaissance. Après sa mort, une histoire souvent répétée, mais aujourd'hui discréditée, est apparue selon laquelle elle serait morte parce qu'un hôpital de Clarksdale réservé aux Blancs avait refusé de l'admettre. L'écrivain et producteur de jazz John Hammond a donné cette version dans un article paru dans le numéro de novembre 1937 du magazine DownBeat. Les circonstances de la mort de Bessie Smith et la rumeur rapportée par Hammond ont servi de base à la pièce en un acte d'Edward Albee de 1959, The Death of Bessie Smith.

Une histoire largement répandue attribue la mort de Bessie au fait qu'elle ait été transportée à un hôpital réservé aux blancs qui l'aurait refusée, la laissant mourir d'hémorragie. Ce mythe a pour origine un article du musicien et producteur de jazz John Hammond, paru en novembre 1937 dans la revue Down Beat, ainsi qu'une pièce de théâtre (en) écrite par Edward Albee en 1959 qui en a tiré son inspiration. Le docteur Smith, chirurgien de Memphis et témoin de l'accident avec son partenaire de pêche Henry Broughton, ont porté secours à la chanteuse avant d'appeler une ambulance. Smith estime dans une biographie de la chanteuse[11] que l'ambulance qui a évacué Bessie Smith ne serait jamais allé dans un hôpital blanc et que « dans le Sud, à cette époque, aucun conducteur d'ambulance ou conducteur blanc n'aurait seulement songé à mener une personne de couleur dans un hôpital pour les blancs ».

Une tombe non marquée

Sur sa tombe, longtemps restée anonyme, Janis Joplin a fait graver l'inscription[12] : « La plus grande chanteuse de blues au monde ne cessera jamais de chanter – Bessie Smith 1895-1937 ».

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En 1923, Smith vivait à Philadelphie lorsqu'elle rencontra Jack Gee[13], un agent de sécurité, qu'elle épousa le 7 juin 1923, juste au moment de la sortie de son premier disque. Pendant leur mariage, Smith devint l'artiste noire la mieux payée de l'époque, dirigeant ses propres spectacles, qui comptaient parfois jusqu'à 40 troupes, et faisant des tournées dans son propre wagon de chemin de fer construit sur mesure.

Leur mariage fut orageux, avec des infidélités de part et d'autre, y compris de nombreuses partenaires sexuelles pour Bessie[14]. Gee était impressionné par l'argent, mais ne s'est jamais adapté à la vie du show-business ou à la bisexualité de Smith. En 1929, lorsqu'elle apprend qu'il a une liaison avec une autre chanteuse, Gertrude Saunders, Smith met fin à leur relation, bien qu'aucun des deux ne demande le divorce.

Smith s'installe ensuite en concubinage avec un vieil ami, Richard Morgan, qui était l'oncle de Lionel Hampton. Elle est restée avec lui jusqu'à sa mort[15].

Le certificat de décès de Bessie Smith.

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Elle est inscrite au National Women's Hall of Fame.
  • Une chanson de Patricia Kaas s'intitule Bessie[16].
  • Une chanson intitulée Bessie Smith a été écrité dans les années 1970 par Danko et Robertson (du groupe The Band), elle a fait l'objet d'une reprise par Norah Jones.

Thèmes musicaux[modifier | modifier le code]

Des chansons comme "Jail House Blues", "Work House Blues", "Prison Blues", "Sing Sing Prison Blues" et "Send Me to the 'Lectric Chair" abordaient de manière critique les problèmes sociaux de l'époque, tels que les chaînes de malfaiteurs, le système de location des prisonniers et la peine capitale.

"Poor Man's Blues" et "Washwoman's Blues" sont considérés par les spécialistes comme une forme précoce de la musique de protestation afro-américaine[17].

Ce qui devient évident après avoir écouté sa musique et étudié ses paroles, c'est que Smith a mis en valeur et canalisé une sous-culture au sein de la classe ouvrière afro-américaine. En outre, elle a intégré dans ses paroles des commentaires sur des questions sociales telles que la pauvreté, les conflits intra-raciaux et la sexualité féminine. La sincérité de ses textes et son comportement en public n'étaient pas largement acceptés comme des expressions appropriées pour les femmes afro-américaines ; par conséquent, son travail était souvent considéré comme déplaisant ou inconvenant, plutôt que comme une représentation exacte de l'expérience afro-américaine.

L'œuvre de Smith a remis en question les normes élitistes en encourageant les femmes de la classe ouvrière à revendiquer leur droit de boire, de faire la fête et de satisfaire leurs besoins sexuels comme moyen de faire face au stress et à l'insatisfaction dans leur vie quotidienne. Smith défendait une vision plus large de la féminité afro-américaine, au-delà de la domesticité, de la piété et de la conformité ; elle recherchait l'autonomisation et le bonheur à travers l'indépendance, l'insolence et la liberté sexuelle[18].

Les paroles de Smith sont souvent considérées comme une représentation de sa sexualité. Dans "Prove it On Me", interprété par Ma Rainey, cette dernière chante : "Went out last night with a crowd of my friends. Ce devait être des femmes, parce que je n'aime pas les hommes... ils disent que je le fais, personne ne m'a attrapé. C'est sûr qu'il faut le prouver sur moi." Les théoriciens et les activistes afro-américains queer ont souvent considéré Ma Rainey et Bessie Smith comme des modèles de "gender-bending" de l'ère du blues du début du 20e siècle[19].

Discographie[modifier | modifier le code]

Bessie Smith enregistra près de 200 chansons au cours de sa carrière.

  • Duos : avec C. Williams : Down Hearted Blues/Gulf Coast Blues (1923) ; avec F. Henderson : Bleeding Hearted Blues (1923) ; avec Irving Johns : Jail House Blues (1923), Sam Jones Blues (1923) ; avec F. Henderson : Any Woman’s Blues (1923) ; Squeeze Me (1926).
  • Comme chanteuse principale : Pinchbacks – Take ’em Away (1924) ; Weeping Willow Blues (1924) ; The St. Louis Blues/Cold in Hand Blues (1925) ; Cake Walkin’ Babies (from Home) (1925) ; Careless Love Blues (1925) ; J. C. Holmes Blues (1925) ; Baby Doll (1926) ; Back Water Blues (1927) ; After you’ve gone (1927) ; Alexander’s Ragtime Band (1927) ; Trombone Cholly (1927) ; Mean Old Bed Bug Blues/A good man is hard to find (1927) ; Dyin’ by the Hour/Foolish Man Blues (1927) ; Empty Bed Blues (1928) ; Nobody Knows You When You're Down and Out (1929) ; Long Old Road/Shipwreck Blues (1931) ; Gimme a pigfoot (1933).

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Grammy Hall of Fame[modifier | modifier le code]

Trois enregistrements de Smith ont été intronisés au Grammy Hall of Fame, une récompense créée en 1973 pour honorer les enregistrements qui ont au moins 25 ans et qui ont une "signification qualitative ou historique".

Bessie Smith : Grammy Hall of Fame Award[20]
1923 Downhearted Blues Blues (Single) Columbia 2006
1925 St. Louis Blues Jazz (Single) Columbia 1993
1928 Empty Bed Blues Blues (Single) Columbia 1983

National Recording Registry[modifier | modifier le code]

En 2002, l'enregistrement de Smith de "Downhearted Blues" a été inscrit au National Recording Registry par le National Recording Preservation Board de la Library of Congress[21]. Le conseil sélectionne chaque année des enregistrements qui sont "culturellement, historiquement ou esthétiquement importants"[22].

"Downhearted Blues" a également été inclus dans la liste des chansons du siècle par la Recording Industry of America et le National Endowment for the Arts en 2001, et dans les 500 chansons qui ont façonné le rock 'n' roll[23] du Rock and Roll Hall of Fame.

Initiations[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Notes
1989 Grammy Lifetime Achievement Award[24]
1989 Rock and Roll Hall of Fame
1981 Big Band and Jazz Hall of Fame
1980 Blues Hall of Fame

En 1984, Smith a été intronisée au National Women's Hall of Fame[25].

U.S postage stamp[modifier | modifier le code]

Le service postal américain a émis un timbre-poste commémoratif de 29 cents en l'honneur de Smith en 1994.

Remasterisation numérique[modifier | modifier le code]

Les défauts techniques de la majorité de ses enregistrements originaux sur gramophone (en particulier les variations de la vitesse d'enregistrement, qui augmentaient ou diminuaient la hauteur apparente de sa voix) ont déformé le "clair-obscur" de son phrasé, de son interprétation et de sa prestation. Ils modifiaient la tonalité apparente de ses interprétations (parfois augmentée ou diminuée d'un demi-ton). Le "trou central" de certains enregistrements originaux ne se trouvait pas au milieu du disque original, de sorte qu'il y avait de grandes variations dans le ton, la hauteur, la tonalité et le phrasé, lorsque les disques commercialisés tournaient autour de la broche.

Compte tenu de ces limites historiques, les versions actuelles remastérisées numériquement de son œuvre apportent des améliorations notables à la qualité sonore des interprétations de Smith, bien que certains critiques estiment que les versions sur disque compact de Columbia Records sont quelque peu inférieures aux transferts ultérieurs réalisés par feu John R. T. Davies pour Frog Records[26].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La nouvelle de 1948 "Blue Melody", de J. D. Salinger, et la pièce de 1959 The Death of Bessie Smith, d'Edward Albee, sont basées sur la vie et la mort de Smith, mais les deux auteurs ont pris une licence poétique ; par exemple, la pièce d'Albee déforme les circonstances de son traitement médical, ou de son absence de traitement, avant sa mort, en l'attribuant à des médecins racistes[27]. Les circonstances relatées par Salinger et Albee ont été largement diffusées avant d'être démenties ultérieurement par le biographe de Smith[28]. HBO a sorti un film sur Smith, Bessie, avec Queen Latifah, le 16 mai 2015[29].

Dinah Washington et LaVern Baker ont sorti des albums en hommage à Smith en 1958. Sorti sur Exodus Records en 1965, Hoyt Axton Sings Bessie Smith est une autre collection de chansons de Smith interprétées par le chanteur folk Hoyt Axton.

Chaque année en juin, le Bessie Smith Cultural Center de Chattanooga parraine le Bessie Smith Strut dans le cadre du Riverbend Festival de la ville[30],[31].

Elle a fait l'objet d'une biographie de 1997 par Jackie Kay, rééditée en février 2021 et présentée comme le livre de la semaine sur BBC Radio 4, lue dans une version abrégée par l'auteur[32],[33].

La chanson "Bessie Smith" de The Band est apparue pour la première fois sur The Basement Tapes en 1975, mais date probablement de 1970 ou 1971. Bien que le musicien Artie Traum se rappelle avoir croisé Rick Danko, le coauteur de la chanson à Woodstock en 1969, qui a chanté un couplet de "Going Down The Road to See Bessie" sur le champ[34].

Dans le film Bessie de 2015 de HBO, Queen Latifah fait le portrait de Smith, en se concentrant sur la lutte et la transition de la vie et de la sexualité de Smith. Le film a été bien accueilli par la critique et a remporté quatre Primetime Emmy Awards, dont celui du meilleur téléfilm.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marjorie Garber, Bisexuality and the Eroticism of everyday life, p. 293
  2. (en) Jennifer Baumgardner, Look Both Ways: Bisexual Politics, Macmillan, 256 pages, (2008), p. 60.
  3. (en) « Willie Mae "Big Mama" Thornton », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le ).
  4. (en-US) « Bessie Smith | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le ).
  5. (en-US) Randal Rust, « Bessie Smith », sur Tennessee Encyclopedia (consulté le ).
  6. (en) « Bessie Smith | Biography, Songs, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  7. Encyclopædia Universalis, « Bessie Smith », sur Encyclopædia Universalis (consulté le ).
  8. (en-US) « Bessie Smith (1894-1937) • BlackPast », sur BlackPast, (consulté le ).
  9. (en) « Bessie Smith », sur Rock & Roll Hall of Fame (consulté le ).
  10. (en-US) r2WPadmin, « Death of Bessie Smith », sur Mississippi Encyclopedia (consulté le ).
  11. Chris Albertson, Bessie: Empress of the Blues (London: Sphere Books, 1972; (ISBN 0-300-09902-9)), p. 196.
  12. (en-US) Paul Sexton, « Janis Joplin Honours Bessie Smith », sur uDiscoverMusic, (consulté le ).
  13. Moore, Carman (9 mars 1969). "Blues et Bessie Smith". The New York Times. pp. 262, 270. Consulté le 27 avril 2020.
  14. Devi, Debra (25 juin 2012). "Bessie Smith : Music's Original, Bitchinest Bad Girl". HuffPost. Consulté le 17 février 2017
  15. Albertson, Chris (2003). Bessie. New Haven: [Yale University Press]. (ISBN 0-300-09902-9)
  16. « Bessie (par Patricia Kaas) »
  17. Rabaka, Reiland (2012). Hip Hop's Amnesia: From Blues and the Black Women's Club Movement to Rap and the Hip Hop Movement. Lexington Books. p. 78. (ISBN 9780739174920).
  18. George, Ann; Weiser, M. Elizabeth; Zepernick, Janet (2013). Women and Rhetoric between the Wars. Southern Illinois University Press. pp. 143–158. (ISBN 9780809331390)
  19. https://timeline.com/lesbian-blues-harlem-secret-f3da10ec2334
  20. (en) « GRAMMY Hall Of Fame », sur GRAMMY.com, (consulté le ).
  21. "About This Program". Library of Congress.
  22. "Librarian of Congress Names 50 Sound Recordings to the Inaugural National Recording Registry". Library of Congress
  23. "500 Songs That Shaped Rock". Rock & Roll Hall of Fame.
  24. (en) « Lifetime Achievement Award », sur Grammy.com, (consulté le ).
  25. "Smith, Bessie". National Women's Hall of Fame
  26. Gayford, Martin (June 22, 2018). "The 100 greatest jazz recordings". The Daily Telegraph. Archivedfrom the original on January 12, 2022. Retrieved August 30, 2015
  27. Albertson, Chris (2003). Bessie. New Haven: Yale University Press. p. 258. (ISBN 0300099029).
  28. Shields, David; Salerno, Shane (2013). Salinger. Simon & Schuster. p. 213. (ISBN 978-1476744834)
  29. "'Bessie' Starring Queen Latifah to Premiere This Spring on HBO – Ratings". TVbytheNumbers.Zap2it.com. January 8, 2015. Archived from the original on January 9, 2015. Retrieved August 30, 2015
  30. "Bessie Smith Strut". Bessiesmithcc.org. Archived from the original on April 16, 2018. Retrieved April 15, 2018
  31. "Chattanooga Events-Bessie Smith Strut". Chattanooga.events. Archived from the original
  32. Empire, Kitty (February 15, 2021). "Bessie Smith by Jackie Kay review – a potent blues brew". The Guardian
  33. "Bessie Smith by Jackie Kay". BBC Radio 4. Retrieved February 26, 2021
  34. "Peter Viney on "Bessie Smith"". theband.hiof.no. Retrieved May 10, 2021.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angela Davis, Blues et féminisme noir, éditions Libertalia, 2017 [Blues Legacies and Black Feminism]
  • John Hammond : Did Bessie Smith Bleed to Death While Waiting for Medical Attention? Down Beat - Jazz, Blues & Beyond 66:7 (July 1999) p. 99.
  • Paul Oliver : Smith, Bessie (Empress of the Blues), Grove Muic Online éd. L. Macy.
  • Stephane Koechlin, Bessie Smith, des routes du sud à la Vallée heureuse, Castor Astral, 2018.
  • Albertson, Chris (1991). Bessie Smith : The Complete Recordings, Volumes 1-5 (notes de pochette). Sony Music Entertainment.
  • Albertson, Chris (2003). Bessie. New Haven : Yale University Press. (ISBN 0-300-09902-9).
  • Barnet, Andrea (2004). All-Night Party : The Women of Bohemian Greenwich Village and Harlem, 1913-1930. Chapel Hill, Caroline du Nord : Algonquin Books. (ISBN 978-1-56512-381-6).
  • Brooks, Edward (1982). The Bessie Smith Companion : A Critical and Detailed Appreciation of the Recordings. New York : Da Capo Press. (ISBN 0-306-76202-1).
  • Davis, Angela (1998). Blues Legacies and Black Feminism : Gertrude 'Ma' Rainey, Bessie Smith, and Billie Holiday. New York : Pantheon Books. (ISBN 0-679-45005-X).
  • Eberhardt, Clifford (1er janvier 1994). Out of Chattanooga : The Bessie Smith Story. Chattanooga : Ebco. ASIN B0006PDFAQ.
  • Feinstein, Elaine (1985). Bessie Smith.
  • New York : Viking. (ISBN 0-670-80642-0).
  • Grimes, Sara (2000). Backwaterblues : In Search of Bessie Smith. Amherst, Massachusetts : Rose Island. (ISBN 0-9707089-0-4).
  • Kay, Jackie (1997). Bessie Smith. New York : Absolute. (ISBN 1-899791-55-8).
  • Réimprimé en 2021, Londres : Faber & Faber, (ISBN 978-0571362929).
  • Manera, Alexandria (2003). Bessie Smith. Chicago : Raintree. (ISBN 0-7398-6875-6).
  • Martin, Florence (1994). Bessie Smith. Paris : Éditions du Limon. (ISBN 2-907224-31-X).
  • Oliver, Paul (1959). Bessie Smith. Londres : Cassell.
  • Palmer, Tony (1976). All You Need is Love : The Story of Popular Music. New York : Grossman Publishers, Viking Press. (ISBN 0-670-11448-0).
  • Schuller, Gunther (1968). Early Jazz, Its Roots and Musical Development. Vol. 1 (édition brochée). New York : Oxford University Press. (ISBN 0-19-504043-0).
  • Scott, Michelle R. (2008). Blue Empress : Bessie Smith and the Emerging Urban South in Black Chattanooga. Chicago : University of Illinois Press. (ISBN 978-0-252-07545-2).
  • Welding, Pete ; Byron, Tony, eds. (1991). Bluesland : Portraits de douze grands maîtres américains du blues. New York : Dutton. (ISBN 0-525-93375-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]