Louis Vallin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallin.
Louis Vallin
Image illustrative de l'article Louis Vallin

Naissance
Dormans
Décès (à 84 ans)
Paris
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Cavalerie
Grade Lieutenant général
Années de service 17921835
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Campagne d'Espagne (1823)
Commandement 6e régiment de hussards
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Commandeur de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 12e colonne.
Famille Gendre de Martin Garat

Louis, baron puis vicomte Vallin, né le à Dormans, mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au collège Louis-le-Grand, et il vient de finir son cours de droit lorsqu'il est appelé sous les drapeaux par la première réquisition. D'abord simple soldat sous le général Luckner, il s'élève de grade en grade jusqu'à celui de chef de bataillon ; mais le 8e bataillon de volontaires de la Marne ayant dû compléter comme les autres les anciens cadres, il redescend, ainsi que les autres officiers, au rang de simple soldat. Attaché ensuite, comme adjoint aux adjudants généraux, à l'état-major du général Hardy, il fait la campagne de Fleurus en 1794 et assiste au siège de Maastricht. Remarqué par le général Marceau, il passe de nouveau par tous les grades jusqu'à celui de chef de bataillon qu'il méritea sur le champ de bataille.

Officier de Napoléon[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 1807 il est nommé colonel du 6e régiment de hussards, où il a d'abord été simple sous-lieutenant. C'est en cette qualité qu'il fait dignement deux grandes et glorieuses campagnes[1] : celle de Wagram en 1809 et celle de Russie en 1812. Promu général de brigade le 5 décembre 1812, après Smorgoni en Biélorussie[2], il commande l'avant-garde du vice-roi d'Italie. il est ensuite nommé commandant en second du 2e régiment des gardes d'honneur, créé en 1813. Commandant d'une brigade de cavalerie des régiments du roi, après la Restauration, il rst appelé, au retour de l'île d'Elbe, à commander l'avant-garde des troupes postées sur la Sarre. Après Waterloo il dirige l'arrière-garde de la droite de l'armée jusque sous les murs de Paris et est nommé lieutenant général par le gouvernement provisoire (Commission Napoléon II). Le 1erjuillet 1815, les Prussiens s'étant aventurés à passer la rive droite de la Seine, Vallin, posté dans la plaine de Montrouge, porte les derniers coups à l'ennemi.

Au service du roi[modifier | modifier le code]

Il suit l'armée sur la Loire après la seconde Restauration ; puis il est employé aux inspections et aux remontes de la cavalerie. En 1822 il commande l'avant-garde de l'armée formée sur les frontières d'Espagne (corps d'observation des Pyrénées, futur armée des Pyrénées). En 1823 il ouvre la campagne sur la Bidassoa. Le 19 avril de la même année il bat à une faible distance de Talavera le général Jara. Cette campagne lui vaut le titre de grand officier de la Légion d'honneur. Il est ensuite employé dans les inspections de cavalerie et au camp de Lunéville en 1828. Mis en disponibilité en 1830, il est mort dans la retraite le .

État de service[modifier | modifier le code]

Son portait à la mairie de Châlons en Champagne.

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Légion d'honneur (grand officier) Ordre royal et militaire de Saint-Louis (commandeur) Ordre autrichien de la Couronne de fer (chevalier)
Ordre de St-Georges III classe

Honneurs[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Blason famille fr Louis Vallin (baron).svg
Armes du baron Vallin de l'Empire

Écartelé au premier d'or au bonnet de hussard de sable, cordonné d'or pannaché d'argent, au deuxième des barons tirés de l'armée, au troisième de gueules à deux sabres d'argent en sautoir les pointes basses ; au quatrième d'or au cheval cabré de sable.[3]

Heraldique couronne vicomte français.svg
Blason à dessiner.svg
Armes du vicomte Vallin

Écartelé : au 1, d'or, à un chaco d'infanterie de sable, posé de face, orné et bordé d'or, sommé d'une aigrette d'argent; aux 2 et 3, de gueules, à deux sabres d'argent, garnis d'or, passés en sautoir, les pointes en bas; au 4, d'or, à un cheval cabré de sable.[4]

Ascendance et postérité[modifier | modifier le code]

Fils de Joseph Edmond Vallin (né en 1743 à Dormans), maître de postes et de Marie Anne Labouret, Louis Vallin avait épousé, le à Paris[5], Saubade Garat (1769-1821), fille aînée du baron Martin Garat (1748-1830), directeur général de la Banque de France. De cette union, il eut deux filles :

  1. Léonie Louise ( † 1853), mariée avec Jules André Borelli de Serres (1804-1873), maire de Mende, dont postérité ;
  2. Marie Louise (née en 1819), mariée avec Louis François Camille Basset de Châteaubourg (181226 novembre 1857), auditeur au conseil d'État, Maître de cérémonie de Sa Majesté l'Empereur Napoléon III, introducteur des ambassadeurs, Conseiller général de l'Yonne, Maire de Villeneuve-sur-Yonne, dont postérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michaud|Article=Vallin (Louis, vicomte)|WikisourceMichaud=Vallin (Louis, vicomte)
  2.  : Lieu de départ de Napoléon Ier de la Grande Armée, le 5 décembre 1812 à 22 heures.
    Source 
    « Napoleon-1812 », sur home.planet.nl (consulté le 5 novembre 2011)
  3. a et b « BB/29/967 page 212. », Titre de baron, accordé par décret du , à Louis Vallin. Anvers ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  4. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887
  5. Témoin : Napoléon Ier, empereur des Français

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.