Jean Baptiste Alexandre Strolz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Baptiste Alexandre Strolz
Image illustrative de l'article Jean Baptiste Alexandre Strolz

Naissance
Belfort
Décès (à 70 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1790-1839
Distinctions baron de l'Empire
Grand-croix de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint Louis
Hommages son nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 22e colonne
Autres fonctions Député du Haut-Rhin
Pair de France

Jean Baptiste Alexandre Strolz, né le à Belfort et mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né le 6 août comme fils de Peter Leo plus tard nommé Pierre Léon Strolz, d'origine de la mineure nobilité autrichienne de Vorarlberg, plus tard inspecteur des ponts et chaussées, et de Marie Claire, née Schmitt, Strolz. Ses parents l'ont destiné au barreau, mais la révolution le fit entrer dans l'armée comme engagé volontaire au 1er régiment de chasseurs à cheval en 1790.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il sert à l’armée de Moselle et à l'armée du Nord pendant les campagnes de 1793 et de 1794, combat à Fleurus et est employé à l’armée de Sambre-et-Meuse de 1794 à 1796. Sous-lieutenant provisoire et aide de camp de Kléber en septembre 1794 il est successivement aide de camp des généraux Hatry et Moreau. Capitaine en juin 1798 au 16e régiment de chasseurs, chef d’escadron en février 1800, puis major au 19e chasseurs à cheval.

Il est nommé colonel par Massena le 29 octobre 1805, sur le champ de bataille de Vérone. Sous-chef d'état-major de Masséna, il est au service de Naples en février 1806. Fait général de brigade le 30 octobre 1807, il commande une brigade d'infanterie sous les ordres du général Mathieu, lors des préparatifs de l'expédition de Sicile. Passé au service de Naples, il est aide de camp de Joseph Bonaparte, roi de Naples. L'ayant suivi en Espagne où il est encore une fois aide de camp du roi, il se signale à Talavera.

Baron de l'Empire par lettres patentes du 15 juin 1810, il est fait Général de division le 15 février 1811, confirmé dans ce grade par l'empereur le 14 janvier 1814. II défend Paris contre les coalisés le 30 mars 1814.

Cent Jours[modifier | modifier le code]

Après le retour de Napoléon de l'île d'Elbe, Strolz est fait gouverneur de Strasbourg. Le 7 juin 1815 il reçoit le commandement de la 9e division de cavalerie, formée de la 1re brigade de cavalerie du général André Burthe, du 5e régiment de dragons (4 escadrons) sous le colonel Jean-Baptiste-Antoine Canavas de Saint-Armand et du 13e régiment de dragons (4 escadrons) sous le Colonel Jean-Baptiste Saviot. Ensemble avec la 10e division de cavalerie du général Chastel, et deux batteries d'artillerie de la 9e division de cavalerie du Général Strolz faisaient partie du 2e corps de cavalerie de l'armée de Belgique de Napoléon du général Rémy Joseph Isidore Exelmans.

Bataille de Ligny[modifier | modifier le code]

L'après-midi du 15 juin 1815, la cavalerie de Strolz a poursuivi l'arrière-garde prussienne, ses dragons ont battu le 6e régiment de uhlans et sorti le bataillon d'infanterie allemande des bois de Gilly en Belgique. Le 16 juin 1815, le IIe Corps de cavalerie d'Exelmans a défendu le flanc droit de la dernière victoire de Napoléon. Les résultats de reconnaissance ont signalé la position de 20 000 Prussiens en retraite à Gembloux, mais les effectifs de Strolz et Louis Pierre Aimé Chastel, avec 3 000 cavaliers seulement, étaient trop faibles pour une attaque le 17 juin.

Waterloo[modifier | modifier le code]

Pendant la bataille de Waterloo, la 9e division de cavalerie de Strolz a combattu à Wavre au flanc gauche au bord ouest de la rivière Dyle, Chastel gardant le flanc droit au bord est. Le 20e régiment de dragons était engagé pendant les combats du 20 juin à Namur.

Rocquencourt et Le Chesnay[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 1815, la Grande Armée de Napoléon a obtenu ses dernières victoires à Rocquencourt et Le Chesnay, la 2e division de cavalerie du général Strolz ensemble avec trois bataillions du 44e régiment d'infanterie et un demi bataillon de la Garde Nationale de Sèvres battant la brigade de cavalerie Prussienne du lieutenant-colonel (Oberstleutnant) Eston von Sohr, détruisant le 3e régiment des hussards de Brandenbourg et le 5e régiment des hussards de Poméranie.

Restauration[modifier | modifier le code]

Il est mis en non-activité le 25 juillet 1815 au retour de Louis XVIII mais il succéde, en 1820, au général Lauriston comme commissaire extraordinaire du roi à Brest. Ayant quitté peu après ces fonctions, il se retire en Alsace où il s'occupe d'agriculture.

Révolution de Juillet 1830[modifier | modifier le code]

Après la révolution de 1830, Louis-Philippe Ier le rappelle au service en qualité d'inspecteur général de la gendarmerie, nommé, par le maréchal Gérard, et le fait lieutenant général de cavalerie. Strolz est député à la Chambre de 1831 à 1837. Élu, le 5 juillet 1831, député du 5e collège du Haut-Rhin (Belfort), par 80 voix (156 votants, 171 inscrits), contre 68 à M. Frédéric Japy, et réélu, le 21 juin 1834, par 116 voix (186 votants, 213 inscrits), contre 65 à M. Roman, il siége dans la majorité dévouée aux ministres, et ne se représente pas aux élections de 1837. Grand-croix de la Légion d'honneur le 18 avril 1834, Louis-Philippe le fait pair de France en 1839.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il est marié le 28 avril 1818, à Rose Éléonore Virginie Louise, née Boinet. (29 novembre 1797 à Pirmasens, Bavière, 4 avril 1848 à Paris) Ils ont quatre enfants.

Tombe et Monuments[modifier | modifier le code]

Il est enterré au cimetière de Montparnasse, Div15, av. de l’Ouest, 2e ligne (Paris 14e). Belfort (90000) a une rue du général Strolz.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur (5 germinal an XI) (26 mars 1804)
  • Commandeur de l’Ordre des Deux Siciles (19 mai 1808)
  • Grand-Croix de l’Ordre Royal d’Espagne (18 juin 1810)
  • Grand-Cordon de l'Ordre Royal d'Espagne (15 février 1811)
  • Chevalier de Saint Louis (1er novembre 1814)
  • Officier de la Légion d'honneur (9 novembre 1814)
  • Commandeur de la Légion d'Honneur (1825)
  • Grand Officier de la Légion d'Honneur (18 avril 1834)

Dates de Rang et Promotions[modifier | modifier le code]

  • 1790 Engagé volontaire au 1er régiment de chasseurs à cheval.
  • 8 avril 1793 : Chasseur à Cheval (1er régiment de chasseurs à cheval
  • 22 septembre 1794 : Sous-lieutenant et aide de camp de général Kléber
  • 26 décembre 1795 : Lieutenant (16e régiment de chasseurs à cheval)
  • 2 janvier 1798 : Aide de camp du général Hatry
  • 23 juin 1798 : Capitaine (16e chasseurs)
  • 21 janvier 1799 : Chef d’escadron
  • 29 octobre 1803 : Major (19e régiment de chasseurs à cheval)
  • 29 octobre 1805 : Colonel sur le champ de bataille de Verona
  • 30 octobre 1807 : Général de brigade
  • 20 mai 1808 : 1er écuyer et aide de camp du roi Joseph de Naples
  • 15 juin 1810 : Baron de l'Empire
  • 15 février 1811 : Général de division de l'armée d'Espagne
  • 14 janvier 1814 : Général de division, grade confirmé dans l'armée française
  • 10 juillet 1814 : Retraite avec le grade de général de division
  • 26 mars 1815 : Gouverneur de Strasbourg
  • 7 juin 1815 : Commandant de la 9e division de cavalerie
  • 25 juillet 1815 : Retraite
  • 1er avril 1820 : Réactivé dans le grand état-major
  • 08 novembre 1820 : Commandant supérieur du département du Finistère et de la place de Brest (provisoire)
  • 31 janvier 1821 : Retraite
  • 1er septembre 1830 : Réactivé comme général de division et inspecteur général de la Gendarmerie Française
  • 1831 à 1837 : Député de la région du Haut-Rhin
  • 15 aout 1839 : Retraite, Pair de France

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]