Barbara Romagnan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Barbara Romagnan
Illustration.
Barbara Romagnan en 2012.
Fonctions
Députée française

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 1re du Doubs
Législature XIVe
Groupe politique SRC (2012-2016)
SER (2016-2017)
Prédécesseur Françoise Branget
Successeur Fannette Charvier
Conseillère générale du Doubs

(4 ans)
Circonscription Canton de Besançon-Planoise
Prédécesseur Danièle Tétu
Successeur Lotfi Saïd
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Annecy (Haute-Savoie)
Nationalité Française
Parti politique PS (1995-2017)
G.s (depuis 2017)
Profession Enseignante

Barbara Romagnan, née le à Annecy, est une enseignante et femme politique française membre du Parti socialiste de 1995 à 2017. Ancienne députée de la première circonscription du Doubs entre 2012 et 2017, elle fut entre autres conseillère générale du canton de Besançon-Planoise entre 2008 et 2012 et secrétaire nationale du Parti socialiste à la « Rénovation du parti » de 2005 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Barbara Romagnan est Docteur en science politique, avec la thèse Les femmes font-elles de la politique autrement ? sous la direction de Jean-Louis Marie, soutenue le 12 décembre 2003 [1], de Sciences Po, Lyon.

Elle est professeure de philosophie au lycée agricole de Dannemarie-sur-Crète et professeur de sciences médico-sociales à Besançon.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Adjointe d’arrondissement de Lyon chargée du logement, d’un conseil de quartier et du conseil municipal des jeunes.

Elle est candidate aux élections législatives de 2002 pour la troisième circonscription du Rhône (44,68 % des voix)[2].

Elle siège de 2003 à 2008 au Bureau national du Parti socialiste.

De 2005 à 2008; elle est secrétaire nationale du Parti socialiste à la « Rénovation du Parti socialiste ». Elle démissionne en dénonçant l'absence de volonté politique de son parti.

Elle est candidate aux élections législatives de 2007 pour la première circonscription du Doubs (49,85 % des voix).

Elle est élue conseillère générale du canton de Besançon-Planoise en mars 2008. Partisane du mandat unique, elle démissionne afin de laisser la place à son suppléant.

Députée du Doubs (2012-2017)[modifier | modifier le code]

Barbara Romagnan est élue députée aux élections législatives de 2012 dans la première circonscription du Doubs avec 54,73 % des voix, elle bat ainsi la députée UMP Françoise Branget qui obtient 45,27 % des voix[3],[4].

Après sa prise de fonction, elle intègre la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale.

Première signataire d’une contribution soutenue par Benoît Hamon en vue du prochain congrès du Parti socialiste, Barbara Romagnan décide finalement de se rallier à la motion majoritaire soutenue par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault[5].

Le 9 octobre 2012, elle vote contre le pacte budgétaire européen[6],[7].

Le 21 février 2013, elle décide de publier le détail de l'usage qu'elle fait de la réserve parlementaire qui lui est allouée, sur son blog[8]. Cela, au nom de la transparence démocratique.

Critique de la politique économique du gouvernement, elle rejoint les « frondeurs ». Malgré les désirs du président du groupe SRC Bruno Le Roux, elle est élue rapporteure de la commission d'enquête sur les 35 heures. En septembre 2014, elle est cependant mutée d'autorité de la commission des affaires sociales à celle du développement durable[9]. Le rapport d'enquête sur les 35 heures, publié le 9 décembre 2014, et dressent un bilan positif de la mesure[10].

Elle figure parmi les six députés qui votent contre le projet de loi adopté par 551 pour, 6 contre et une abstention prolongeant en novembre 2015 l'état d'urgence de trois mois[11].

Après la victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne de 2017, elle est nommée responsable thématique « Développement durable » de sa campagne présidentielle[12],[13].

Barbara Romagnan est candidate à un second mandat de député aux élections législatives de 2017 2017 et est soutenue par le PS, le PCF et EELV. Au 1er tour elle arrive en 2° position avec 16% des suffrages exprimés. Fanette Charvier de LREM est en tête avec 29%. Entre les deux tours les 2 finalistes bénéficient de soutien nationaux: Jean-Luc Mélenchon pour Romagnan et Edouard Philippe pour Charvier. Finalement la députée sortante perd avec 46,51 % face à la candidate La République en marche Fanette Charvier.

Dans une interview publiée le 22 octobre 2017 dans L'Est républicain, elle dit ne plus se reconnaître dans la ligne prônée par le PS et annonce rejoindre Génération·s[14].

Lors des élections municipales de 2020, Barbara Romagnan soutient Anne Vignot et figure en dernière position sur la liste Besançon par nature. Aux élections sénatoriales de cette même année, elle mène une liste Génération.s qui finit en 3e position derrière les listes Union Centriste et LR.

Images[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (consulté le 28 décembre 2017)
  2. RESULTATS DES ELECTIONS LEGISLATIVES 2002 - RHONE (69) -- 3e circonscription (résultats officiels).
  3. Doubs-1: Barbara Romagnan élue avec 54,73 % des voix sur MaCommune.info (consulté le 17 juin 2012).
  4. «Vous reconnaîtrez les huissiers, ils ont une chaîne accrochée», Libération, 19 juin 2012.
  5. Barbara Romagnan suit Benoît Hamon et rentre dans le rang.
  6. « Pourquoi je ne voterai pas pour le traité européen », Libération, 16 septembre 2012.
  7. Barbara Romagnan, « Analyse du scrutin no 30 - Séance du 09/10/2012 », site de l'Assemblée nationale.
  8. Voir son blog.[1].
  9. Mathieu Magnaudeix, « A l'Assemblée, des députés frondeurs sont punis par le PS », Mediapart, (consulté le ).
  10. « Rapport d'enquête », Assemblée Nationale.
  11. « Analyse du scrutin n° 1191 Première séance du 19/11/2015 Scrutin public sur l'ensemble du projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence et renforçant l'efficacité de ses dispositions (première lecture) », assemblee-nationale.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre Haddad , « Présidentielle 2017 : ce que traduit le nouvel organigramme de l'équipe de Hamon », rtl.fr, 26 février 2017.
  13. Organigramme de campagne de Benoît Hamon
  14. « Barbara Romagnan : « Je quitte le PS ! » », sur www.estrepublicain.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]