Congrès de Toulouse (2012)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Congrès de Toulouse
Image illustrative de l’article Congrès de Toulouse (2012)
Logo du congrès de Toulouse
Date 26 au
Lieu Toulouse

Image illustrative de l’article Congrès de Toulouse (2012)
Harlem Désir
élu premier secrétaire au congrès de Toulouse

Premier secrétaire Harlem Désir
Vote sur les motions Désir : 67,87 %
Maurel : 13,28 %
Hessel : 11,78 %
Méadel : 5,13 %
Blanchard : 1,36 %
Élection du premier secrétaire Harlem Désir : 72,46 %
Emmanuel Maurel : 27,54 %
Site internet http://www.parti-socialiste.fr/congres

Le congrès de Toulouse est le 76e congrès ordinaire du Parti socialiste français, qui se tient à Toulouse du 26 au . L’objectif du congrès est de fixer la ligne générale du Parti socialiste, de désigner un nouveau premier secrétaire en remplacement de Martine Aubry ainsi qu'une nouvelle direction à tous les échelons du parti : section locale, fédération départementale, instances nationales.

C'est le premier congrès du Parti socialiste après ses victoires lors de la présidentielle et des législatives de 2012.

Le , Harlem Désir est élu premier secrétaire du Parti socialiste.

Organisation[modifier | modifier le code]

Article principal : Congrès socialiste (France).

Localisation[modifier | modifier le code]

Trois villes sont initialement proposées pour organiser le congrès, à savoir Pau, Saint-Étienne et Toulouse et c'est finalement cette dernière qui est choisie. La ville rose a déjà accueilli un congrès socialiste en 1985[1].

Calendrier[modifier | modifier le code]

Le calendrier général du congrès de Toulouse a été adopté le par le conseil national du Parti socialiste[2] :

  • Mardi 17 juillet 2012, minuit : date limite de dépôt des contributions générales et thématiques
  • Mercredi 18 juillet 2012 : conseil national de préparation du congrès et d’enregistrement des contributions
  • Mercredi 12 septembre 2012 : conseil national de synthèse. Dépôt du texte des motions et des candidats aux instances du parti (conseil national, commission nationale des conflits, commission nationale de contrôle financier)
  • Jeudi 11 octobre 2012 : vote des adhérents sur les motions
  • Jeudi 18 octobre 2012 : vote des adhérents sur le ou la premier(e) secrétaire
  • Vendredi 19 et samedi 20 octobre 2012 : congrès des fédérations départementales
  • Vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 octobre 2012 : congrès national à Toulouse

Contexte[modifier | modifier le code]

Premier congrès après les élections de 2012[modifier | modifier le code]

Le Congrès de Toulouse se tient seulement quelques mois après l'élection de François Hollande à la présidence de la République et la victoire de la gauche aux élections législatives de 2012.

Pour la première fois, ce congrès a lieu suivant les nouvelles modalités adoptées en 2010[3] :

  • le congrès a lieu dans les six mois suivant l'élection présidentielle et en milieu de quinquennat, et non plus tous les trois ans comme c'était le cas précédemment ;
  • l'élection du première secrétaire est couplée avec le vote sur les motions : les premiers signataires des deux motions arrivées en tête sont automatiquement candidats pour l'élection du premier secrétaire, qui a lieu par un vote des adhérents une semaine après le vote sur les motions[2]

Choix du premier secrétaire[modifier | modifier le code]

Martine Aubry ayant annoncé sa volonté de quitter son poste de première secrétaire à l'issue de ce congrès, se pose la question du choix de son successeur.

La volonté de Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault de soutenir une motion regroupant la majorité des sensibilités du parti aboutit à ce que le premier signataire de cette motion soit quasiment assuré de devenir le premier secrétaire. Or ce premier signataire étant désigné par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, ce processus est critiqué au sein du parti[4] : Julien Dray trouve par exemple qu'il s'agit d'une « forme de désignation plus ou moins obscure »[5], alors que Marie-Noëlle Lienemann déplore un « raidissement » à la tête du PS[6].

Alors que Jean-Christophe Cambadélis et Harlem Désir se sont portés candidats pour devenir premier secrétaire, le lors du dépôt des motions, Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault annoncent qu'ils proposent Harlem Désir comme premier signataire de la motion qu'ils soutiennent[7].

Contributions[modifier | modifier le code]

Les contributions générales et thématiques, qui forment la première phase du congrès, sont déposées le 17 juillet et enregistrées lors d'un conseil national du parti le lendemain.

Dix-neuf contributions générales sont déposées :

  • « Réussir le changement » présentée conjointement par la première secrétaire Martine Aubry et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui invitent les membres du gouvernements et dirigeants du parti à signer cette contribution de façon exclusive.
  • « De l'alternance à l'alternative » présentée par Julien Dray, ancien député de l'Essonne, sous la forme d'une pièce de théâtre en deux actes.
  • « Dépasser nos frontières » présentée par un collectif de militants socialistes, syndicalistes et associatifs français et étrangers, animé notamment par Maxime des Gayets, proche de Dominique Strauss-Kahn.
  • « Réaliser le changement » présenté par Barbara Romagnan, députée du Doubs, et Liêm Hoang-Ngoc, député européen, pour le courant Un Monde d'Avance de Benoît Hamon, ministre délégué, et Henri Emmanuelli.
  • « Le Temps de la Gauche » présentée par Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris, et Jérôme Guedj, député de l'Essonne.
  • « Pour réussir le changement, redistribuer les richesses » présentée par Gérard Filoche, membre du conseil national.
  • « De la rénovation à l'innovation » présentée par les proches et soutiens d'Arnaud Montebourg autour de Paul Alliès.
  • « Changer le PS, c'est aider le changement » présentée par le collectif Dessine-moi un parti, animé Juliette Méadel, conseillère du XIVe arrondissement de Paris, et Gaëtan Gorce, sénateur de la Nièvre.
  • « Socialistes, Altermondialistes, Écologistes » présentée par le Mouvement Utopia.
  • « Du bleu au ciel » présentée par le Pôle écologique du PS.
  • « GPS : une orientation pour le changement » présentée par Colette Gros, Jean-Paul Chidiac, Bertrand Laforge, issus du collectif Roosevelt 2012.
  • « Agir et Réussir à Gauche » présentée par Michel Debout, André Chapaveire, Philippe Bassinet.
  • « Changer la réalité pour accomplir l'idéal » présentée par Jean-Claude Marcoud.
  • « Et si c'était maintenant » présentée par Colombe Brossel, Dominique Sopo, Flora Saladin.
  • « Innovations Démocratiques » présentée par Didier Guillot, Christine Priotto, Constance Blanchard.
  • « La Contribution citoyenne » présentée par Chantal Albert, Jim Albert, Julie Alcouffe.
  • « Refondons ensemble le fonctionnement de la République pour réussir le quinquennat » présentée par Jean-Pierre Masseret, Laurent Kalinowski, Jean-Yves Le Déaut.
  • « Un grand parti pour un grand projet ! 21 conditions, propositions, réflexions, pour réussir 2012-2017 et au-delà… » présentée par Pascal Joseph, Frédéric Leveille et Émilie Menou.
  • « Une jeunesse, des convictions, la force du changement » présentée par Fabien Verdier.

Motions[modifier | modifier le code]

Motions déposées[modifier | modifier le code]

Lors du conseil national du , six motions sont déposées mais deux d'entre elles fusionnent le lendemain et ce sont finalement cinq motions[8] qui sont soumises au vote des adhérents du parti le  :

  • Motion 1 « Mobiliser les Français pour réussir le changement »
Présentée par Harlem Désir et Guillaume Bachelay, soutenue par la Première secrétaire sortante Martine Aubry, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, l'ensemble des ministres socialistes du gouvernement et la quasi-totalité des parlementaires socialistes.
Cette motion regroupe un éventail très large de sensibilités du PS et se veut largement majoritaire.
  • Motion 2 « Question de principes »
Présentée par Juliette Méadel, soutenue par Gaëtan Gorce
  • Motion 3 « Maintenant la gauche »
Présentée par Emmanuel Maurel, soutenue par Gérard Filoche, Marie-Noëlle Lienemann, Jérôme Guedj et le mouvement Utopia
Cette motion regroupe notamment des membres d'Un Monde d'Avance (gauche du PS) qui n'ont pas rejoint la motion 1.
  • Motion 4 « Oser. Plus loin. Plus vite »
Présentée par Stéphane Hessel et soutenue par Pierre Larrouturou
Cette motion s'inspire du collectif Roosevelt 2012.
  • Motion 5 « Toulouse, mon congrès »
Présentée par Constance Blanchard
Cette motion défend un Parti ouvert sur la société et ses sympathisants, plus innovant et plus démocratique. Elle porte les valeurs de jeunesse, de diversité et d'exemplarité du Parti, trois thèmes développés par François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012, et, une fois élu, à la tête de l'État.

Vote des adhérents[modifier | modifier le code]

Le jeudi les adhérents du Parti socialiste votent sur les motions. Le résultat de ce vote détermine à la proportionnelle la représentation de chacune des motions au congrès et parmi 204 membres du conseil national[9]. Les résultats sont calculés par fédération départementale, chaque fédération étant représentée au congrès par un nombre de délégués proportionnel à ses effectifs.

Résultats officiels[10]
Motions Titre Premier-e signataire Résultat
Voix %
1 Mobiliser les Français pour réussir le changement Harlem Désir 58 135 67,87
3 Maintenant la gauche Emmanuel Maurel 11 283 13,28
4 Oser. Plus loin. Plus vite Stéphane Hessel 10 005 11,78
2 Question de principes Juliette Méadel 4 361 5,13
5 Toulouse, mon congrès Constance Blanchard 1 154 1,36
 
Inscrits 173 486 100
Votants 87 898 50,67
Abstentions 85 588 49,33
Blancs ou nuls 2 960 3,37
Suffrages exprimés 84 898 96,63

Lors de ce vote, les adhérents se prononcent également sur de nouveaux statuts et un règlement intérieur pour le parti. Ces textes sont adoptés par 73,01 % des votants[11].

Élection du premier secrétaire[modifier | modifier le code]

Selon la réforme statutaire, seuls les premiers signataires des deux motions arrivées en tête peuvent concourir.

Emmanuel Maurel ayant confirmé sa candidature face à Harlem Désir[12], les adhérents du Parti socialiste votent le jeudi pour élire le premier secrétaire.

Résultats provisoires[13]
Candidat Motion Résultat
Voix %
Harlem Désir 1 72,52
Emmanuel Maurel 3 27,48
 
Inscrits
Blancs ou nuls
Suffrages exprimés

Déroulé du congrès[modifier | modifier le code]

Les délégués se réunissent du 26 au à Toulouse. Le slogan du congrès est « Tous ensemble. Réussir le changement ».

Le congrès adopte une charte éthique pour le Parti socialiste[14] et désigne les membres du conseil national.

Les ministres du gouvernement se succèdent notamment à la tribune et affichent leur soutien à Jean-Marc Ayrault. L'ancienne première secrétaire Martine Aubry et le premier ministre Jean-Marc Ayrault interviennent le samedi 27 octobre. Le lendemain, le nouveau premier secrétaire Harlem Désir conclut le congrès : dans son discours, il dénonce en particulier l'UMP qu'il accuse de se rapprocher du Front national et défend la politique du président François Hollande[15]. Il soutient le droit de vote pour les résidents non communautaires aux élections locales, la fin du cumul des mandats et annonce plusieurs conventions et mesures visant à « ouvrir les portes et fenêtres de Solférino ».

Nouvelle direction du parti[modifier | modifier le code]

Le bureau national[16] et le secrétariat national[17] du Parti socialiste sont désignés lors du conseil national du . La motion 3 décide de ne pas participer à la nouvelle direction[18].

Le , le secrétariat national est complété par des secrétaires nationaux adjoints[19].

Secrétaires nationaux fonctionnels 
Secrétaires nationaux thématiques 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le congrès du PS aura lieu à Toulouse, Le Figaro, 26 juin 2012.
  2. a et b « Congrès National du PS: le calendrier », Parti socialiste, (consulté le 18 septembre 2012)
  3. « La rénovation », Parti socialiste (consulté le 18 octobre 2012)
  4. PS : la désignation du patron du parti crée des remous, Le Figaro, 29 août 2012.
  5. PS : la désignation "obscure" pour Dray, Le Figaro, 29 août 2012.
  6. Lienemann : "raidissement" du PS, Le Figaro, 5 septembre 2012.
  7. « Harlem Désir, un pas de plus dans la normalisation du PS », Slate, (consulté le 18 septembre 2012)
  8. Les motions du PS passées au crible, Le Figaro, 17 septembre 2012.
  9. Conseil National
  10. Tableau des résultats validés, consulté le 15 octobre 2012.
  11. Découvrez les nouveaux statuts et règlement intérieur du PS, consulté le 29 octobre 2012.
  12. « Congrès du PS : Emmanuel Maurel va défier Harlem Désir », Le Parisien, (consulté le 14 octobre 2012)
  13. Les résultats nationaux, consulté le 19 octobre 2012.
  14. La charte éthique du Parti socialiste, consulté le 29 octobre 2012.
  15. Le replay, consulté le 29 octobre 2012.
  16. « Bureau national », Parti socialiste (consulté le 18 novembre 2012)
  17. « Secrétariat national », Parti socialiste (consulté le 18 novembre 2012)
  18. « PS: Harlem Désir écarte l'aile gauche de son équipe », 20minutes.fr, (consulté le 18 novembre 2012)
  19. [1], consulté le 12 décembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]