Aydoilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aydoilles
Église Saint-Georges
Église Saint-Georges
Blason de Aydoilles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Bruyères
Intercommunalité Communauté de communes Est-Épinal Développement
Maire
Mandat
Christine Souvay
2014 - 2020
Code postal 88600
Code commune 88026
Démographie
Gentilé Aydoillien(ne)s
Population
municipale
1 068 hab. (2011)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 43″ N 6° 34′ 22″ E / 48.2119444444, 6.57277777778 ()48° 12′ 43″ Nord 6° 34′ 22″ Est / 48.2119444444, 6.57277777778 ()  
Altitude 395 m (min. : 328 m) (max. : 491 m)
Superficie 10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aydoilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aydoilles
Liens
Site web www.aydoilles-88.fr

Aydoilles est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Aydoilliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bien qu’il soit relié administrativement à Bruyères, le village est tourné vers Épinal dont il n’est distant que de 11 km par la D420.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est un ancien camp militaire romain, Aidolium, situé sur la voie romaine Luxeuil - Arches - Rambervillers. Il a été évangélisé dès le IVe siècle.

Il subit les affres de la guerre de Trente Ans, brûlé par les Suédois en 1639. En 1656, le village se nomme 'Adolle'.

Communauté du bailliage de Bruyères, le ban de Vaudicourt se compose de Charmois, du Roulier et de partie de Fontenay, Aydoilles et Nonzeville.

Le village de Fontenay fut uni à Aydoilles au début de l’époque révolutionnaire mais devint commune indépendante en septembre 1793.

Il exista une tuilerie, avec deux grandes cheminées, ainsi qu'une féculerie.

Blason Blasonnement :
D’azur à Saint Georges sur un cheval cabré terrassant un dragon contourné en pal, le tout d’or, au chef cousu de gueules chargé d’une roue dentée aussi d’or accostée de deux carreaux du même.
Commentaires : Le saint Georges est la reproduction de la sculpture qui orne l’entrée de l’église paroissiale. La roue dentée rappelle les tuileries du XIXe siècle et les deux carreaux sont les marteaux utilisés pour fabriquer la pâte à papier au XVIIIe siècle[1].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Georges
  • L'église Saint-Gorges du XVe siècle, reconstruite en 1836, avec son orgue d'occasion de 1978 provenant de Bruyères[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Christine Souvay DVG  
2008 2014 Pascal Mourey DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 068 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
587 625 693 741 742 798 819 880 817
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
840 850 767 765 725 703 630 619 604
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
607 568 533 473 433 401 487 432 492
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
542 781 1 004 1 065 1 061 1 059 1 068 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Bontems, né le 20 septembre 1936 à Aydoilles et guillotiné le 28 novembre 1972, était un criminel français. Sa condamnation à mort, alors qu’il n’était que le complice de l’assassin Claude Buffet, a motivé son avocat Robert Badinter contre la peine de mort.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Union des Cercles Généalogiques Lorrains
  2. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ 1991, 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 110 à 111
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011