Deyvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Deyvillers
Deyvillers
L'église de Deyvillers.
Blason de Deyvillers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
Maire
Mandat
Bruno Chevrier
2020-2026
Code postal 88000
Code commune 88132
Démographie
Gentilé Deyvillois, Deyvilloises
Population
municipale
1 418 hab. (2017 en diminution de 5,53 % par rapport à 2012)
Densité 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 08″ nord, 6° 30′ 50″ est
Altitude Min. 325 m
Max. 433 m
Superficie 8,77 km2
Élections
Départementales Canton d'Épinal-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Deyvillers
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Deyvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Deyvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Deyvillers
Liens
Site web Site officiel de la commune

Deyvillers est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Deyvillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation géographique de Deyvillers
Légende.

Deyvillers fait partie de la banlieue est d'Épinal, dont elle est limitrophe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Longchamp Aydoilles Rose des vents
Jeuxey N Épinal
O    Deyvillers    E
S
Épinal Épinal

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 877 hectares ; l'altitude varie entre 325 et 433 mètres[1].

En 1847, un géologue découvre, dans un lambeau de Muschelkalk accidenté par une faille, une grande quantité de lima lineata et striata, d'ostrea subanomia (mollusques préhistoriques).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le ruisseau Saint-Oger.

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après les annales de la Société d'émulation du département des Vosges, Deyvillers signifierait Ferme de Dieu. Le toponyme de Deyvillers (Dei Villare) serait attesté en l’an mil[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sise dans le bailliage d’Épinal, la commune formait sous l’Ancien Régime la terre de Saint-Anould, comprise dans la mairie de Jeuxey, relevant de l’évêché de Metz. Ladite terre semble avoir relevé de l’Abbaye de Saint-Arnould de Metz.

Le roi créait le maire à Deyvillers ; les habitants devaient cinq francs à Pâques et à la Saint-Remy, et chaque charrue, trois gros[pas clair]

L’église, dédiée à saint Luc, était du diocèse de Saint-Dié, archidiaconé des Vosges, doyenné d’Épinal. La cure était la collation de l’abbé de saint Arnould de Metz.

De 1790 à l’an IX, Deyvillers a fait partie du canton de Longchamp.

L’église actuelle a été construite en 1840. La mairie et les écoles actuelles ont été construites en 1874.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1936 1940 Joseph George    
1940 1945 Louis Guerre    
1945 1947 Louis Fresse    
1947 1956 Louis Guerre    
1956 1977 Pierre-Georges Parisot    
1977 1984 Dominique Fernagu   Démissionnaire
1984 octobre 2010 René Crozat (1934-2019) DVG Fondé de pouvoir, démissionnaire à l'âge de 76 ans
octobre 2010 En cours
(au 18 février 2015)
Françoise Fleury (°1956)    

Population et démographie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2017, la commune comptait 1 418 habitants[Note 1], en diminution de 5,53 % par rapport à 2012 (Vosges : -2,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
379424434492558573639600628
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
628628681621620584550560545
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
578553528513560604579549601
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017 -
9391 2631 3881 4521 4741 5161 4641 418-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes[modifier | modifier le code]

La population du village dispose de l'église Saint-Luc. Fin 2004, le maire, René Crozat, a refusé la demande de permis de construction, à l'entrée du village, d'un lieu de culte des Témoins de Jéhovah. Cette décision a été précédée par un débat[7] ouvert entre citoyens et certaines personnalités politiques et intellectuelles dont le député Jean-Pierre Brard. La commune de Remomeix a connu une situation similaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Luc.
  • Maison seigneuriale du XVIe siècle inscrite en totalité au titre des monuments historiques par arrêté du [8].
  • Église Saint-Luc du XIXe siècle et l'orgue de Roethinger, construit en 1954[9].
  • La tuilerie Bastien-Poignon, fondée en 1846 et détruite par un incendie en 1962 :
    • ses bâtiments étaient une ancienne papeterie. M. Jolibois installa douze fours pour y cuire les tuiles[10] ;
    • il dépose un brevet d'invention le , pour des tuiles mécaniques dites « tuiles vosgiennes ».
  • L'ouvrage militaire de Deyvillers, en béton armé, construit entre 1900 et 1910[11], est un exemple de fortification de Séré de Rivières, malheureusement non entretenu, dont l'accès est interdit et dangereux.
  • Camping naturiste, géré par le Club du Soleil des Vosges, situé au nord du village sur la route de Longchamp.
  • Le Void des Roches, site d'escalade à proximité de la ferme de Malgré-Moi.
  • Dans les bois de Deyvillers, la chapelle de Saint-Oger attirait les jeunes filles en mal d'époux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople à l'aigle volant d'argent allumée et becquée de gueules tenant en son bec un anneau d'or, à la champagne partie d'argent et de sable.
Commentaires : Le sinople du champ représentent les forêts entourant Deyvillers. L’aigle rappelle que Charlemagne chassait volontiers dans la région ; l’anneau est celui de saint Arnould, évêque de Metz. La champagne représente le blason de la ville de Metz alors qu'on s'attendrait à y voir figurer les armes de l’évêché de Metz.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Archives départementales.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. Pouvoir Dire Non.
  8. « Maison seigneuriale », notice no PA88000036, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues de Lorraine : Vosges., Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 978-2-87692-093-4)
    Présentation de l'orgue de la commune : pages 231 à 233
    .
  10. Formules, tables et renseignements pratiques, aide-mémoire des ingénieurs, des architectes... de Joseph Claudel (1860).
  11. « ~o[ Commune de Deyvillers ]o~ Site officiel de la commune de Deyvillers - Vosges - Lorraine », sur www.deyvillers.fr (consulté le 9 octobre 2019).