Rajasthan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

26° 34′ 22″ N 73° 50′ 20″ E / 26.572777777778, 73.838888888889

Rajasthan
राजस्थाण
Emblème
Emblème
Localisation de l'État en Inde
Localisation de l'État en Inde
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Capitale Jaipur
Création
Langue officielle Hindi
Gouverneur Margaret Alva
Ministre en chef Vasundhara Raje (BJP)
Démographie
Population 68 548 437 hab. (2011[1])
Densité 200 hab./km2
Rang 8e
Géographie
Superficie 342 239 km2
Rang 1er

Le Rajasthan (rajasthani : राजस्थाण), le pays des rois, est un État du nord-ouest de l'Inde. Sa capitale est Jaipur. Il est bordé à l'ouest par le Pakistan, au nord par le Pendjab, au nord-est par l'Haryana et l'Uttar Pradesh, au sud-est par le Madhya Pradesh et au sud-ouest par le Gujarat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Rajasthan a été formé le , quand les anciens États princiers du Rajputana se sont fondus pour la création de l'Inde.

Le Rajasthan, est le fruit de multiples traditions historiques dont principalement celle des Râjputs mais aussi des Naths, des Jāts, des Bhīls, des Ahīrs, des Gujars et des Meenas. Les premiers faits historiques au Rajasthan datent d'il y a plus de 5000 ans.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le Rajasthan actuel n’existait pas en tant qu’entité géopolitique et était gouverné par les divers empires et grands royaumes d’Inde tels que l’Empire Maurya, les royaumes des Malavas, Arjunyas, Yaudhyas, l’Empire Kouchan, les royaumes satrapes (Scythes), l’Empire Gupta et les Huns[2].

Le Rajasthan n’émerge qu’à partir de 700 après J.-C. lorsque les clans Rajputs commencent à monter en puissance et dominer la région[2]. C’est entre le VIIIe siècle et le XIIe siècle que les Rajputs connaissant leur apogée et que les rivalités entre les divers clans sont les plus vives.

La dynastie des Pratihâra est la première à former entre le VIe siècle et l’an 1000 un royaume vaste et puissant allant du Gujarat jusqu’à la plaine gangétique[2]. Malgré leurs victoires sur leurs grands voisins que sont l’Empire Pala (Bengale et Bihar) et l’Empire Rashtrakuta (Deccan), une sorte de rivalité se crée entre les Pratihâra et les deux autres dynasties qui tentent également de contrôler le Nord de l’Inde. À la fin du Xe siècle, les Pratihâra s’affaiblissent face à l’invasion islamique à l’Ouest (Sindh et Penjab) et les Pala à l’Est. La première grande dynastie rajput fini par perdre petit à petit les divers territoires gouvernés (dont le Rajasthan) et n’est plus qu’à la tête de la région de Kannauj (Uttar Pradesh), qui finira par être attaquée et envahie par les hordes arabes.

Le Rajasthan devient rapidement après le départ des Pratihâra le fruit de dispute et de rivalité entre d’autres clans rajput tels que les Chalukyas, les Parmars et les Chauhans, qui luttent pour la prise du pouvoir sur l’ensemble de la région jusqu’au XIIIe siècle[2].

Chittorgarh est célèbre pour ses Jauhârs, des suicides collectifs où les femmes de la cité ne voulant vivre soumises à l'envahisseur musulman décidaient de s'immoler par le feu.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Vers l'an 1200, les envahisseurs sarrasins réussirent à pénétrer dans le Rajasthan et à affaiblir et dominer la plupart des clans rajputs. Seul le royaume de Mewar (région d'Udaipur), le plus puissant et le plus important des États rajputs ne fut pas vaincu et continua à résister aux nombreux assauts des troupes musulmanes[2]. Les envahisseurs occupèrent la région durant un certain temps depuis leurs bastions de Nagaur et de Ajmer[2]. Au fil du temps, le Rajasthan redevient divisé entre de nombreux royaumes.

L'arrivée des Afghans et la formation de l'Empire Moghol raniment la violence au Rajasthan (particulièrement dans la région de Chittorgarh) et dans le Nord de l'Inde en général, mais s'estompent rapidement du fait des nombreuses alliances entre les principautés rajputs et le nouvel empire musulman.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le Rajasthan n'a jamais pu être unifié en une entité, mais l'empereur moghol Akbar, par souci d'administration décide de créer une réunion des différents vassaux rajputs en une province divisée en plusieurs États appelée Rajputana[2]. À partir de 1707, le pouvoir moghol déclinant, le Rajputana doit faire face aux invasions des Marathes, ennemis du pouvoir musulman. Les Marathes gagnent rapidement avec grand succès leurs batailles contre les roitelets et les princes rajputs, ils occupent Ajmer en 1755 et réussissent à atteindre les portes du Penjab. Les invasions marathes sont suivies au XIXe siècle par les incursions des Pindarîs, des cavaliers mercenaires affiliés aux nobles marathes et célèbres pour leur mode de vie basé sur les ressources du pillage[2].

C’est en 1818 que la Compagnie des Indes Orientales pose pied dans la région et s’allie avec les souverains locaux. Les nombreuses principautés rajput deviennent vassales de la Couronne Britannique et tel qu’à l’époque des Moghols sont réunis sous la province collective du Rajputana. En dépit des bonnes relations qu’ont les rajputs avec les Anglais, le rapport entre les Jats du Nord-Est du Rajasthan (Bharatpur et Dholpur) et les colonisateurs est très violent. En effet, les Jats luttent pour leur indépendance et ne veulent pas être subordonnés, ce qui va créer de nombreux conflits dans la région.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Rajasthan couvre une surface de 342 239 km2[1], c'est le plus grand État indien.

Les villes importantes sont : Jaipur, Kota, Udaipur, Ajmer, Jodhpur, Bikaner, Jaisalmer.

Le Rajasthan est formé de deux parties très distinctes :

  • au nord-ouest, s'étend le désert du Thar bordé par la frontière du Pakistan,
  • au sud-est, la fertile vallée de la Chambal, beaucoup plus peuplée, séparée du désert par la chaîne des Ârâvalli.

Le Rajasthan est un État plutôt sec qui peut connaître plusieurs années sans précipitation. L'eau est issue en grande partie des pluies de la mousson d'été (de juin à septembre), ainsi que des nombreux cours d'eau prenant source dans les Ârâvalli.

Au sud d'Udaipur, dans la pointe comprise entre le Gujarat et le Madhya Pradesh, se trouve une région ancienne nommée Vagad, ancien fief aujourd'hui gravement déforesté de la tribu des Bhīls.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Rajasthan est principalement une zone de climat désertique (BWh) d’après la classification de Köppen, tandis que les parties orientales de l’État subissent un climat semi-aride (BSh). La température moyenne se situe entre 25°C et 27°C dans la plupart de la région, seuls les lieux les plus septentrionaux ont une température moyenne différente (22°C à 25°C). L’année est divisée en 4 saisons influencées par le régime des moussons.

L’hiver débute vers le mois de décembre et prend fin vers le mois de évrier, cette saison est la plus fraîche de l’année et est marquée par un temps ensoleillé toute la journée et brumeux à l’aurore. Les températures en hiver sont entre 10°C à 15°C en journée tandis qu’il fait entre 0°C et 10°C la nuit.

Le printemps commence au mois de mars et s’achève au mois de mai, cette saison est remarquable par la montée fulgurante des températures en quelques mois. En effet, il fait entre 25°C à 30°C au début du printemps, alors que la température en fin de saison est de l’ordre des 32°C à 40°C.

L’été est une saison totalement différente à la période estivale connue dans les zones tempérées, les nuages de moussons se créent suite à l’étouffant mois de mai et arrosent le Rajasthan durant 3 mois, soit de juin à août. La température saisonnière est de 25°C à 35°C.

L'automne démarre en septembre et se termine au mois de novembre. Cette saison est marquée par une baisse des températures, par une diminution des heures d’ensoleillement et par le retour d'un temps ensoleillé permanent. La température de saison est de l'ordre des 15°C à 30°C.

Relief[modifier | modifier le code]

L'État du Rajasthan n'est que peu marqué par son relief, en effet seuls la chaîne montagneuse de l'Aravalli et quelques massifs isolés diffèrent du paysage de la région. Cependant, l'influence qu'ont ces chaînes montagneuses sur le climat de l'État est considérable. Le point culminant du Rajasthan est le Guru Shikhar, qui culmine à plus de 1 722 mètres au-dessus de mont Abu et de la région d'Udaipur.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Gouvernement de l'État[modifier | modifier le code]

L'assemblée législative du Rajasthan, Vindhan Sabha, compte 200 membres élus au suffrage universel pour un mandat de 5 ans. Le Ministre en chef (Chief Minister), issu du parti ou de la coalition majoritaire, est nommé par le gouverneur de l'État. Les élections de décembre 2008 ont vu la victoire du Parti du Congrès qui remporte 96 sièges (2003 : 56) devançant le Bharatiya Janata Party qui n'en conserve que 77 (2003 : 120)[3]. M. Ashok Gehlot (Parti du Congrès) est nommé Ministre en chef[4] succédant à Mme Vasundhara Raje (BJP). M. S.K. Singh est le gouverneur de l'État depuis le 19 août 2007.

Campagne électorale de Narendra Modi au Rajasthan.

Résultat des élections législatives de 2004[modifier | modifier le code]

Le Rajasthan envoie vingt-cinq députés à la Lok Sabha (Chambre des députés au niveau fédéral).

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le Rajasthan est divisé en 33 districts regroupés en 7 divisions territoriales qui sont :

Division Districts
Ajmer Ajmer, Bhilwara, Nagaur, Tonk
Bharatpur Bharatpur, Dholpur, Karauli, Sawai Madhopur
Bikaner Sawai Madhopur, Churu, Hanumangarh, Sri Ganganagar
Jaipur Alwar, Jaipur, Jhunjhunu, Sikar, Dausa
Jodhpur Barmer, Jaisalmer, Jalore, Jodhpur, Pali, Sirohi
Kota Baran, Bundi, Jhalawar
Udaipur Bansvara, Chittorgarh, Dungarpur, Pratapgarh, Rajsamand, Udaipur

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du Rajasthan est principalement liée à l'agriculture. L'orge et le blé y sont cultivés sur de larges surfaces, de même que la canne à sucre, et les graines oléagineuses. Le coton et le tabac y sont récoltés, c'est aussi le premier État en termes de production de laine.

La région située à l’ouest des monts des Ârâvalli, au climat beaucoup plus sec, est consacrée à l’élevage. Il existe dans cet État des filatures de coton et des usines de ciment, mais l’artisanat reste le principal secteur industriel.

L'industrialisation du Rajasthan a commencé dans les années 1960. Les principales industries se trouvent dans le textile, les mines (ciment, zinc, marbre etc.), l'agriculture et la saliculture. Il est aussi un important producteur de fibres polyester.

L'industrie pétrolière, malgré un développement lent, est un secteur économique prometteur. Le Rajasthan est doté de trois grands bassins pétroliers localisé dans l'ouest de l'État. Actuellement, l'extraction se fait principalement dans le district de Barmer. Plus de 196 000 barils ont été produit en 2013[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de 2011, le Rajasthan compte environ 90,5 % d'hindous, 9,05 % de musulmans, 1,27 % de sikhs et 0,90% de jaïns[6].

Sur les quelques 32 000 villages que compte le Rajasthan, 10 000 ont été frappés par la sécheresse en 1988. L'armée organisait la survie des populations dans les zones sinistrées en dirigeant notamment le déblayage des routes ensablées par les vents.

Langues[modifier | modifier le code]

L’hindi est la langue officielle de l’État, cependant cette langue n’est pas native de la région. Les langues régionales sont très couramment parlées par les Rajasthanis, les principales langues sont le rajasthani et le marwari, ainsi que d'autres langues moins connues tel que le bagri, le dhundari, le mewari et le mewati.

Récemment, le gouvernement fédéral à exprimé son souhait de vouloir faire du rajasthani la langue officielle de l’État[7]. Malgré le soutien des habitants du Rajasthan, l’officialisation du rajasthani en tant que langue officielle est empêchée par les autorités qui voient en cette officialisation une porte ouverte aux autres langues régionales et au déclin de l'hindi, langue censée unifier linguistiquement les Indiens.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique rajasthanie.

Le Rajasthan est un État culturellement très riche dont les traditions reflètent le mode de vie de l'Inde ancienne. En particulier, il est très connu pour ses forts majestueux, son art très coloré dont les Kathputli.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les touristes apprécient beaucoup l'accueil, la sympathie et la tolérance des Rajasthanis.

Le Rajasthan est la principale région touristique de renommée internationale du pays. D’après le Ministère du Tourisme, plus de 1,437,162 visiteurs se sont rendus au Rajasthan en 2013, faisant de cet État le 5ème état le plus visité du pays. Ce secteur économique forme une part importante du gagne-pain des habitants et de la région en soi. La notoriété de cet partie de l’Inde est due à son riche héritage culturel et historique, mais surtout à la beauté de son patrimoine comparable aux Mille et Une Nuits.

Malgré les récents événements en Inde du Nord (viols de touristes où de ressortissantes étrangères), le Rajasthan est une destination sûre et peu affectée par ce phénomène épidémique. En effet, seulement quelques très rares cas ont été recensés dans la région (une touriste allemande violée à Alwar[8] et une étudiante japonaise violée à Jaipur[9]) et le gouvernement du Rajasthan prononce rapidement les sentences contre les violeurs et punit sévèrement les coupables.

Cependant, il est recommandé aux touristes féminins de se vêtir un peu plus décemment, voir à la manière des coutumes locales. Pour tout cas d’attouchement ou autres dans l’espace public, il est vivement conseillé de donner l’alerte aux passants qui n’hésiteront pas à utiliser la violence pour venir en aide. Les agresseurs quittent souvent les lieux lorsqu’ils se sentent menacés par la population.

Principaux sites touristiques : Jaipur, Jaisalmer, Jodhpur, Udaipur, Pushkar, Mont Âbû, Ajmer, Ranakpur, Shekhawati, Bikaner, Sawai Madhopur, Bharatpur, Bundi, Chittorgarh, Kumbhalgarh, Deeg.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Rajasthan Population Census data 2011 », Gouvernement de l'Inde (consulté le 16 août 2013)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « Rajasthan History », sur rajasthan.gov.in (consulté le 5 janvier 2016)
  3. Times of India [1]
  4. Site officiel de l'État du Rajastan
  5. « Cairn India's exploration project may make its oil block in Barmer India's biggest », sur www.businesstoday.in (consulté le 17 janvier 2016)
  6. recensement de 2011
  7. (en) « Rajasthan Chief Minister Vasundhara Raje flags off 'Rajasthani language rath yatra' », sur ibnlive.com,‎ (consulté le 28 décembre 2015)
  8. (en) « German woman raped in Alwar », sur timesofindia.indiatimes.com,‎ (consulté le 28 décembre 2015)
  9. (en) « Japanese girl allegedly raped by tourist guide in Jaipur », sur indianexpress.com,‎ (consulté le 28 décembre 2015)