Armoiries de Mayotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Armoiries de Mayotte.

Les armoiries de Mayotte sont des armoiries que Mayotte a adoptées en 1982 par la voix de son conseil général. Elles reprennent plusieurs symboles de l'île, parmi lesquels le croissant musulman, les fleurs d'ylang-ylang, le récif corallien, ou encore l'hippocampe, et comportent plusieurs référence à la France, traduisant l'attachement du territoire à ce pays.

Description[modifier | modifier le code]

Les armoiries peuvent se blasonner ainsi : coupées d'azur, au croissant d'argent, et de gueules, à deux étoiles d'or boutonnées d'argent, le tout à bordure engrêlée d'argent.

Les deux étoiles sont parfois blasonées comme des escarboucles[1],[2].

L'écu, de type français moderne, est accompagné d'ornements extérieurs :

  • il est supporté par deux hippocampes d'argent se faisant face, de profil ;
  • il est posé sur un listel d'argent contenant la devise de l'île écrite en lettres de sable : « Ra Hachiri » (« Nous sommes vigilants »).

Les couleurs sont ainsi définies[3],[4] :

Couleur CMYK Pantone RVB
Gueules (rouge) 0-95-94-0 485 C 228-35-34
Azur (bleu) 85-71-0-0 2945 C 56-84-157
Or (jaune) 9-0-91-0 3945 C 245-230-10

Histoire[modifier | modifier le code]

Les armoiries sont adoptées par le conseil général de Mayotte le [5],[6], sous la présidence de Younoussa Bamana qui vient d'être réélu le [7].

Elles sont conçues par Michel Chabin, à l'époque directeur des archives départementales de La Réunion, et dessinées par Pascale Santerre, une artiste locale[1]. Les hippocampes sont imaginés par Jean-François Hory[8], à l'époque secrétaire général du conseil général ayant fait adopter les armoiries[7].

Signification[modifier | modifier le code]

Les armoiries choisies par le conseil général sont « symboliquement chargées »[9].

Symboles de l'île[modifier | modifier le code]

Le croissant d'argent est un croissant musulman, symbolisant l'islam qui est la religion majoritaire sur l'île (en)[5],[6].

Les deux étoiles d'or sont des fleurs d'ylang-ylang[6], évoquant la prospérité agricole de l'île[5]. Mayotte est en effet surnommée « l'île aux parfums » en raison de ses cultures d'ylang-ylang qui en 1998 représentaient 9 % de sa surface agricole et généraient plus du quart de ses revenus d'exportation[10]. Ces deux étoiles peuvent aussi s'interpréter comme un symbole de « la qualité insulaire de Mayotte (Grande-Terre et Petite-Terre) »[11].

La bordure engrêlée d'argent symbolise le récif corallien qui entoure l'île[5],[6].

Pour supporter l'écu, le choix de l'hippocampe, bien qu'extrêmement rare à Mayotte, s'explique par la forme de Grande-Terre qui ressemble à la silhouette d'un hippocampe la tête en bas[6],[12]. Cet animal est ainsi devenu le symbole de Mayotte, surnommée « l'île-hippocampe », et il se retrouve dans de nombreuses marques locales.

Symboles de l'attachement à la France[modifier | modifier le code]

La forme de l'écu français moderne, qui date de l'héraldique d'Empire au XIXe siècle, rappelle que Mayotte est passée sous souveraineté française à la même époque, en 1841[5].

Les trois couleurs (azur, argent et gueules) évoquent le drapeau de la France (bleu, blanc, rouge)[5],[13].

« Ra Hachiri », la devise de Mayotte inscrite sous l'écu, signifie « Nous sommes vigilants » en mahorais[5],[6],[14],[15]. Elle traduit la volonté de voir Mayotte rester française depuis le référendum de 1976, malgré les revendications territoriales de l'Union des Comores sur l'île[6],[14],[15],[16]. Elle s'oppose à « Mkolo nalawe » (« Colon, dehors »), slogan qui était fréquent aux Comores avant l'indépendance[17].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Logo du conseil départemental[modifier | modifier le code]

Les armoiries sont utilisées dans le logo et le drapeau du conseil départemental, successeur du conseil général. Dans sa première version (2004), le logo était constitué des armoiries surmontées de la mention « Mayotte »[3]. D'autres versions ont existé, notamment une version spéciale pour la départementalisation de l'île en 2011[18].

Dans sa version actuelle (2013), le logo est constitué des armoiries placées entre les mentions « Département » au-dessus et « de Mayotte » au-dessous, en noir, dans la police Barmeno Bold[3]. Une charte graphique est publiée avec ce nouveau logo[3] pour uniformiser son usage[19].

Autres[modifier | modifier le code]

Les armoiries apparaissent sur un timbre de Mayotte de 1997, puis en 2011 sur la pièce de 10 euros de Mayotte, dans la série héraldique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-François Hory, « L'île hippocampe », Le Monde des philatélistes, no 513,‎ (lire en ligne) [lire en ligne].
  2. Charte graphique, p. 2.
  3. a b c et d (en) « Mayotte (Overseas Department, France) », sur Flags of the World.
  4. Charte graphique, p. 4.
  5. a b c d e f et g Olivier Gohin (dir.) et Pierre Maurice (dir.), Mayotte (actes du colloque universitaire tenu à Mamoudzou les et à l'occasion du 150e anniversaire du rattachement de Mayotte à la France), Université de La Réunion et LGDJ, , 2e éd., 431 p. (ISBN 2-275-00221-9), « Armoiries de Mayotte », p. 6 [lire en ligne].
  6. a b c d e f et g Gérard-François Dumont, « Mayotte, une exception géopolitique mondiale », Outre-Terre, no 11 « De l'Afrique au Gondwana ? »,‎ , p. 515–527 (DOI 10.3917/oute.011.0515, HAL halshs-00839367) repris dans Gérard-François Dumont, « Découvrir Mayotte, une géopolitique singulière », sur diploweb.com, .
  7. a et b Chamsudine Ali, « Historique des députés de Mayotte », Mayotte La Première,  : Zaïdou Bamana, « La feuille de route des députés de Mayotte », p. 6.
  8. Michel Krempper, « Mayotte, 101e département français, 5e DOM », Timbres magazine, no 130,‎ , p. 44–48 (lire en ligne).
  9. Victoire Cottereau, « Mayotte, vers une île « forteresse » ? : Histoire et conséquences d'une frontière controversée », L'Information géographique, no 85,‎ , p. 8–30 (DOI 10.3917/lig.851.0008, lire en ligne).
  10. Sophie Blanchy, « Mayotte : « française à tout prix » », Ethnologie française, no 32 « Outre-mers : statuts, cultures, devenirs »,‎ , p. 677–687 (DOI 10.3917/ethn.024.0677, lire en ligne).
  11. Ahmed Abdouroihmane Daniel, dit Café, « Symboles de l'État aux Comores » (version du 8 novembre 2009 sur l'Internet Archive), Présidence de l'Union des Comores, sur beit-salam.km, repris dans Ahmed Daniel (ill. Hicham Daniel), Symboles de l'État aux Comores : Zemila zahe Daula Ya Komori, , 24 p. (ISBN 978-1-9809-8044-5).
  12. Frédéric Ducarme, « Mayotte, l’île-hippocampe », sur Mayotte Hebdo, .
  13. Christophe Cosker, « Mayotte : une île au cœur de la littérature africaine », Écriture, CLE / Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines, Université de Yaoundé I, vol. 12 « Le texte littéraire africain et sa critique »,‎ , p. 330–331.
  14. a et b Gohin et Maurice 1996, « Allocution d'ouverture de M. Younoussa Bamana, président du conseil général de Mayotte », p. 22 [lire en ligne].
  15. a et b Pierre Pujo, Mayotte la française, Paris, France-Empire, , 223 p. (ISBN 2-7048-0723-X), p. 187 [lire en ligne].
  16. Soula Said-Souffou, La départementalisation de Mayotte : La sécurité de tout un peuple, Paris, L'Harmattan, coll. « Diplomatie et stratégie », , 261 p. (ISBN 978-2-343-04866-6), p. 14.
  17. a et b Christophe Cosker, « Enseigner la langue française à Mayotte : Des moyens de surmonter quelques crises et conflits possibles », Revue Travaux de didactique du français langue étrangère (TDFLE), .
  18. Charte graphique, p. 3.
  19. Charte graphique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]