Gérard-François Dumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François Dumont et Dumont.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La forme de cet article ou de cette section n’est pas encyclopédique et ressemble trop à un curriculum vitæ. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour aider à le transformer en article neutre et encyclopédique ou discutez-en.

Le ton de cet article ou de cette section est trop élogieux, voire hagiographique. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre ou discutez-en.

Gérard-François Dumont
Alias
GFD
Naissance (68 ans)
La Souterraine (Creuse)
Nationalité Drapeau : France Française
Pays de résidence France
Diplôme
Doctorat en géographie
Profession
Activité principale
Autres activités
Membre de la commission Mazeaud
Formation
économie, Géographie, démographie
Descendants
4 enfants, 7 petits-enfants

Gérard-François Dumont est un géographe, économiste et démographe français né le 20 mai 1948 à La Souterraine (Creuse en Limousin).

Professeur à l’université Paris-IV, il enseigne à l’Institut de géographie et d’aménagement. Il publie ou donne des conférences sur tous les aspects de la géographie humaine, en croisant le plus souvent ses travaux avec la géodémographie, installant notamment une discipline nouvelle qu’il appelle la « démographie politique »[1] dont l’une des composantes est la géopolitique des populations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Après l’école primaire de La Souterraine, le collège de La Souterraine, puis le lycée de Guéret, ses études supérieures le conduisent à Poitiers, puis à Paris.

Carrière[modifier | modifier le code]

Suivent une quinzaine d’années pendant lesquelles sa carrière professionnelle le conduit dans des fonctions de dirigeant d’entreprises tandis qu’il consacre son temps libre aux questions de population dont il avait découvert l’intérêt en publiant un premier papier à ce sujet, portant sur le Limousin, en 1968. Sa rencontre avec Alfred Sauvy, avec qui il noue de fort liens d’amitié, l’encourage dans cette voie. Fort de diverses publications, dont cinq livres avec Alfred Sauvy et deux livres préfacés par Alfred Sauvy, il présente en 1988 sa candidature au concours de recrutement des professeurs d'université. Puis ses fonctions universitaires le conduisent à diverses responsabilités.

  • À compter de 1988 : professeur à l'université Paris IV, Institut de géographie ;
  • 1991-1996 : professeur à l'université Paris IV ; directeur adjoint, puis directeur de l’Institut d’urbanisme et d’aménagement de la Sorbonne ;
  • 1993-1996 : professeur délégué aux finances de l’université Paris IV ;
  • 1994-1996 : membre de la section de l’aménagement du territoire et des économies régionales du Conseil économique et social ;
  • 1996-1998 : recteur d’académie, académie de Nice, chancelier des universités ;
  • Depuis 1999 : à nouveau professeur à l'université Paris IV, Institut de géographie et d’aménagement. Notamment dans la prestigieuse spécialité "Culture, Politique, Patrimoine".

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Gérard-François Dumont est notamment l’auteur de formules ou de néologismes, largement repris[2],[3], pour définir des réalités sociales ou géographiques nouvelles, comme :

  • « L’Europe ridée » : pour illustrer le vieillissement contemporain de la population de l’Europe ;
  • « L’hiver démographique » : situation d’un territoire ayant « une fécondité nettement et durablement en dessous du seuil de remplacement des générations » ;
  • « La paraurbanisation » : « processus conduisant au peuplement d’espaces de morphologie rurale situés au-delà des agglomérations et dont une proportion importante de la population active occupée vient quotidiennement effectuer ses activités professionnelles dans l’agglomération », à distinguer de la périurbanisation, « urbanisation qui s’étale sans discontinuité à partir de la ville-centre et qui forme une agglomération morphologique » ;
  • « La gérontocroissance » : « l’augmentation du nombre de personnes âgées dans une population », à distinguer du vieillissement, c’est-à-dire de l’« augmentation de la proportion des personnes les plus âgées dans une population considérée » ;
  • « la gérontodécroissance » : « la diminution du nombre de personnes âgées dans une population » ;
  • « La juvénocroissance » : « l’augmentation du nombre de jeunes dans une population » ;
  • « La juvénodécroissance » : « la baisse du nombre de jeunes dans une population ».
  • " La diasporisation" : "processus selon lequel des immigrants ou leurs descendants, quelles que soient les raisons de leurs migrations, même lorsqu'ils ont la nationalité de leur pays de résidence, conservent des liens réels ou mythifiés avec leur pays-souche et développent des relations spécifiques avec des immigrants ou descendants d'immigrants ayant les mêmes origines géographiques, ethniques, linguistiques ou religieuses."

En outre, Gérard-François Dumont a mis en évidence, souligné l'importance, ou approfondi de nombreux concepts.

  • Par exemple, il a mis en évidence ce qu'il appelle "l'effet tir à l'arc" résultant des différences de fécondité selon les pays : "une faible différence de fécondité entre deux territoires, si elle perdure, finit par engendre de fortes différences dans la natalité et, ceteris paribus, dans l'effectif des populations des deux territoires considérés".
  • Autre exemple, il a mis en évidence l'importance de ce qu'il dénomme les "migrations entrepreneuriales" : "migrations liées aux décisions d'entreprises de faire migrer certains collaborateurs en fonction de l'évolution des marchés ou d'actifs souhaitant bénéficier de territoires leur donnant davantage de satisfaction professionnelle"

On lui doit également l'approfondissement de la question de la "gouvernance territoriale".

Face à ce mot-valise qu'est la "mondialisation", Gérard-Francois Dumont a proposé une définition raisonnée et opérationnelle distinguant trois dimensions, soit:

  • la "globalisation", dimension normative de la mondialisation au sens large, c'est-à-dire "l'ensemble des décisions politiques qui ouvrent davantage, directement ou indirectement, la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et des hommes entre les états";
  • "l'internationalisation", dimension géographique ou technique de la mondialisation au sens large, c'est-à-dire "l'ensemble des progrès techniques et des infrastructures mises en place qui réduisent l'espace-temps des échanges de marchandises, de services, de capitaux et d'informations ou l'espace-temps des migrations humaines".
  • "la "mondialisation" au sens étroit, c'est-à-dire la nouvelle praxis des agents économiques, et notamment des stratégies des entreprises, prenant en compte le contexte nouveau et évolutif de la "globalisation" et de la "mondialisation".

Publications[modifier | modifier le code]

  • Géopolitique de l'Europe, de l'Atlantique à l'Oural (avec Pierre Verluise), Paris, Presses universitaires de France, 2015, 2e édition 2016.
  • Géopolitique de l'Europe (avec Pierre Verluise), Paris, Armand Colin - Sedes, 2014, 2e édition entièrement mise à jour
  • Diagnostic et gouvernance des territoires, Paris, Armand Colin, 2012[4].
  • Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie" (dir. P. Gauchon), Coll. Major, Paris, PUF, avril 2011.
  • Géographie urbaine de l'exclusion, Paris, L'Harmattan, 2011[5].
  • La France en villes, Paris, Sedes, 2010[6].
  • Doit-on contrôler l'immigration ? avec Hervé Le Bras, Prométhée, coll. Pour ou contre ?, Bordeaux, 2009 (ISBN 978-2916623054)
  • Géopolitique de l'Europe, (avec Pierre Verluise), Paris, Sedes, juin 2009[7]
  • Atlas de l'Union européenne élargie, (avec Pierre Verluise) Paris, IRIS-diploweb.com, 2008
  • Population et territoires de France en 2030. Le scénario d'un futur choisi, Paris, L'Harmattan, 2008[8].
  • Démographie politique. Les lois de la géopolitique des populations, Paris, Ellipses, 2007[9]
  • Les métropoles régionales intermédiaires en France : quelle attractivité ?" Paris, La Documentation Française/DIACT, 2007, avec Laurent CHALARD et Population et Avenir.
  • Les Territoires face au vieillissement en France et en Europe, Paris, Ellipses, 2006[10]
  • Les Régions et la Régionalisation en France, Paris, Ellipses, 2004[11]
  • Les Populations du monde, Paris, Éditions Armand Colin, deuxième édition, 2004
  • Géographie de la France, Paris, Ellipses, 2002[12]
  • Die Identität Europas, Schaffhausen, Novalis Verlag, 2001
  • Francia y los franceses, Madrid, Acento Editorial, 2000
  • La Population de la France, des régions et des DOM-TOM, Paris, Ellipses, 2000[13]
  • Les Racines de l’identité européenne, préface de José Maria Gil-Robles, Paris, Éditions Economica, 1999
  • L’Arc alpin, Histoire et géopolitique d’un espace européen, Paris, Éditions Economica, 1999
  • L’Identité de l’Europe, Nice, Éditions du Crdp, 1998
  • Les Spécificités démographiques des régions et l’aménagement du territoire, rapport du Conseil économique et social, Paris, Éditions des journaux officiels, 1996
  • Les Migrations internationales. Les nouvelles logiques migratoires, Paris, Sedes, 1995
  • Le Monde et les Hommes. Les grandes évolutions démographiques, Paris, Litec, 1994
  • L’Aménagement du territoire, Paris, Éditions d'Organisation, 1994
  • La Retraite des cadres et l’Avenir de la répartition, Paris, Éditions d’organisation
  • Démographie. Analyse des populations et démographie économique, Paris, Dunod, 1992
  • La France ridée, sous la direction d'Alfred Sauvy, avec J. Legrand et Pierre Chaunu, Paris, Hachette littératures, 1986

Fonctions[modifier | modifier le code]

  • Président de l’association Population & Avenir et de sa revue éponyme
  • Directeur de séminaire au Collège interarmées de défense (CID)
  • Président de l’Observatoire international de prospective territoriale
  • Administrateur de la Société de Géographie
  • Président du conseil scientifique de la Société de Stratégie.
  • Vice-président de l'Académie de Géopolitique de Paris
  • Expert auprès du Conseil de l'Europe
  • Expert auprès du Comité économique et social européen
  • Membre du Conseil scientifique de la délégation interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des territoires (DIACT, ex-DATAR).
  • Membre du Conseil national de l’information statistique.
  • Membre de la Commission nationale d’évaluation du recensement de la population.
  • Membre du comité de rédaction de la revue française de géopolitique Outre-Terre.
  • Membre du comité des experts de l’Observatoire des retraites.
  • Membre du conseil scientifique de la revue Géostratégique
  • Membre du conseil scientifique de la Revue française de géopolitique.
  • Conseiller scientifique du Centre géopolitique
  • Membre de l’Advisory Council de la revue Bulletin of Geography de l’université Nicolas-Copernic de Torun (Pologne).
  • Membre du comité de rédaction de Geopolitical Affairs (Londres)
  • Membre du comité académique de la revue Estudios sociales contemporáneos (Université Nacional de Cuyo, Argentine).
  • Membre du Conseil de la Chancellerie de l'Ordre national du mérite
  • Membre du Comité d'orientation de la Cité nationale d'histoire de l'immigration (CNHI)
  • Membre de section du Conseil économique et social (1994-1996)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]