Drapeau de la Guadeloupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plusieurs drapeaux sont utilisés pour représenter la Guadeloupe mais aucun n'a de statut officiel.

Drapeau basé sur les armoiries historiques[modifier | modifier le code]

Drapeau historique non officiel de la Guadeloupe.
Variante locale du drapeau historique.
Ancien blason duquel le drapeau est inspiré.

Bien que non officiel et non avalisé par les administrations et autorités compétentes, il existe un drapeau régional dérivé du blason de Basse-Terre. Il est composé de trois fleurs de lys (en référence historique au rattachement de la Guadeloupe au domaine royal) sur fond bleu et d'un soleil rayonnant au centre sur un fagot de canne, la canne à sucre étant la principale ressource coloniale de l’archipel, et le soleil faisant référence au climat de l'île.

C'est ce drapeau sur fond noir qui est utilisé dans les émojis unicode pour représenter la Guadeloupe[1].

Ce drapeau est contesté par certains qui le considérent comme étant une référence historique à l’Ancien Régime esclavagiste (« La fleur de lys était en effet le symbole que l'on marquait au fer rouge sur les esclaves fuyards »)[2].

Drapeau militant[modifier | modifier le code]

Les indépendantistes de l'Union populaire pour la libération de la Guadeloupe arborent ce drapeau.

Les membres de l'Union populaire pour la libération de la Guadeloupe (mouvement indépendantiste guadeloupéen) arborent pour leur part un drapeau semblable au drapeau du Suriname (les couleurs, les proportions et l’étoile diffèrent), non sans avoir soulevé des polémiques au Suriname[3]. Il est utilisé comme un symbole d'union et de force par des groupes syndicalistes comme l'UGTG et le LKP qui l'arborent régulièrement lors de manifestations[4][source insuffisante]. Ce drapeau est également utilisé par de nombreux artistes, pour rattacher les guadeloupéens à une même cause identitaire, comme Misié Sadik[5], Admiral T[6], Riddla[5], le groupe musical ChienLari[7], etc., mais également dans le milieu sportif[8] tel Sylvain Fostin qui l'arbore pour la première fois au championnat du monde de Taekwondo[réf. nécessaire].

Inspiré du drapeau du GONG[9] qui reprenait la configuration des drapeaux de Cuba et de Porto Rico, ce serait le poète et militant Sonny Rupaire qui aurait proposé les couleurs rouge, jaune et vert pour le drapeau. Le rouge, le jaune et le vert font allusion aux couleurs panafricaines des drapeaux de certains pays d’Afrique, continent dont est issue la majorité ethnique de la Guadeloupe. Il rend aussi hommage au drapeau de l'Éthiopie, l’une des seules nations d’Afrique à avoir conservé sa souveraineté pendant le démembrement de l’Afrique au XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]