Drapeau de la Guadeloupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plusieurs drapeaux sont utilisés pour représenter la Guadeloupe mais aucun n'a de statut officiel.

Drapeau basé sur les armoiries historiques[modifier | modifier le code]

Drapeau non officiel de la Guadeloupe.

Bien que non officiel et non avalisé par les administrations et autorités compétentes, il existe un drapeau régional de la Guadeloupe principal basé sur les armoiries historiques de l'archipel. Ce drapeau est cependant utilisé, y compris par des administrations officielles, mais est rejeté par certains mouvements politiques autonomistes et indépendantistes. Dérivé du blason de Pointe-à-Pitre, il est composé de trois fleurs de lys (en référence historique à l'Ancien régime) sur fond bleu et d'un soleil rayonnant au centre sur un fagot de canne à sucre et un fond noir. Ce drapeau était hissé sur les navires négriers lors des grandes déportations (esclavage). Ce fanion ou drapeau était porté par tous les navires de commerce et autres qui sont basés en Guadeloupe ou se dirigeant vers la Guadeloupe.

La canne à sucre fut longtemps l’une des principales ressources économiques de l’archipel et le soleil fait référence aux conditions climatiques. Le fond noir symbolise le continent noir et le fondement africain du peuplement de la Guadeloupe. Le drapeau est parfois utilisé avec un fond rouge qui serait une référence à la défaite du commandant Ignace à Baimbridge qui avait retiré le drapeau tricolore sur le fortin qu’il défendait pour faire frotter un drapeau rouge en rappel du sang versé lors des luttes pour la liberté[1].

Drapeau indépendantiste[modifier | modifier le code]

Les indépendantistes de l'Union populaire pour la libération de la Guadeloupe arborent ce drapeau.

Les membres de l'Union populaire pour la libération de la Guadeloupe (mouvement indépendantiste guadeloupéen) arborent pour leur part un drapeau semblable au drapeau du Suriname (seule la position de l'étoile diffère), non sans avoir soulevé des polémiques au Suriname[2]. Le milieu culturel des Guadeloupéens afro-descendants s'identifie à celui-ci, étant considéré comme un symbole d'union, notamment pour une relève de la jeunesse, et de force des groupes syndicalistes comme l'UGTG et le LKP[3] qui l'utilisent régulièrement lors de manifestations. Ce drapeau est également utilisé par de nombreux artistes, pour rattacher les guadeloupéens à une même cause identitaire, comme Misié Sadik[4], Admiral T[5], Riddla[4], le groupe musical ChienLari[6], etc..., mais également dans le milieu sportif[7].

Inspiré par l’apparition du mouvement rastafarien et de Bob Marley, ce serait le poète et militant Sonny Rupaire qui aurait trouvé les couleurs rouge, jaune et vert pour le drapeau guadeloupéen. Le rouge, le jaune et le vert font allusion aux couleurs panafricaines des drapeaux de certains pays d’Afrique, continent dont est issue la majorité ethnique de la Guadeloupe. Il rend aussi hommage au drapeau de l'Éthiopie, l’une des seules nations d’Afrique à avoir conservé sa souveraineté pendant le démembrement de l’Afrique au XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]