Vincenzo De Luca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Luca.
Vincenzo De Luca
Image illustrative de l'article Vincenzo De Luca
Fonctions
Président de la région Campanie
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 27 jours)
Élection 31 mai 2015
Prédécesseur Stefano Caldoro
Maire de Salerne

(8 ans, 7 mois et 19 jours)
Prédécesseur Mario De Biase
Successeur Vincenzo Napoli

(7 ans, 5 mois et 9 jours)
Prédécesseur Mario Laurino
Successeur Mario De Biase

(1 mois et 10 jours)
(intérim)
Prédécesseur Vincenzo Giordano
Successeur Antonio Lattarulo
Ministre adjoint aux Infrastructures et aux Transports

(9 mois et 20 jours)
Président du Conseil Enrico Letta
Gouvernement Letta
Prédécesseur Mario Ciaccia
Successeur Riccardo Nencini
Député de la République italienne

(6 ans, 10 mois et 29 jours)
Législature XIVe et XVe
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Ruvo del Monte, Basilicate (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université de Salerne

Signature de Vincenzo De Luca

Vincenzo De Luca, né le à Ruvo del Monte, est un homme politique italien, membre du Parti démocrate. Il est président de la région de Campanie depuis 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vincenzo De Luca est maire de Salerne une première fois par intérim en 1993, puis en titre de décembre 1993 à mai 2001. Il est élu député en 2001 et réélu en 2006. La même année, il retrouve la mairie de Salerne, où, avec un indice de satisfaction qui le place parmi les maires les plus appréciés dans un chef-lieu de cette taille, il est réélu en 2011 avec plus de 74 % des voix.

Il occupe le poste de ministre adjoint aux Infrastructures et aux Transports du gouvernement Letta du 2 mai 2013 au 22 février 2014.

Le 31 mai 2015, il est élu président de la région Campanie malgré des polémiques sur le fait qu'il soit éligible, en raison des dispositions sur les candidatures de la loi Severino, qui empêche les personnes condamnées à une peine d'au moins deux ans de réclusion de rester parlementaires et d'être élues pendant six ans. Il succède néanmoins à Stefano Caldoro le 18 juin suivant, avant d'être suspendu le 26 juin par un décret du président du Conseil Matteo Renzi[1]. Cependant le 2 juillet, le tribunal ordinaire de Naples lève sa suspension en attendant la décision sur son appel[2].

Références[modifier | modifier le code]