Années 1220

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

XIIe siècle | XIIIe siècle | XIVe siècle

Années 1200 | Années 1210 | Années 1220 | Années 1230 | Années 1240

1220 | 1221 | 1222 | 1223 | 1224 | 1225 | 1226 | 1227 | 1228 | 1229

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

  • 1220-1262 : « Âge des Sturlungar » en Islande, du nom de la famille la plus puissante de l’époque. Les réformes ecclésiastiques deviennent plus profondes et agissent sur le corps social, provoquant des réactions. L’individualisme s’affirme. Les Grands jouent un rôle croissant et s’affrontent en luttes fratricides malgré la pression norvégienne. L’Islande compte de 80 000 à 100 000 habitants.
  • 1224 : création de l'université de Naples.
  • 1225-1230 : Robert Grosseteste dirige l’université d'Oxford, qui se développe.
  • 1229 : fondation de l'université de Toulouse
  • Montpellier, sous l’impulsion de Juifs chassés d’Andalousie, devient un centre d’études médicales, puis juridiques.
  • Seconde croisade des Albigeois. Blanche de Castille annexe le Bas-Languedoc à la couronne de France (1229).
  • Création d'un tribunal royal permanent à Paris (à l'origine du Parlement)[1].
  • Généralisation du régime de la podestatie dans les communes italiennes.
  • Reprise du Drang nach Osten : poussée germanique vers l'est. Pour mettre en valeur leurs territoires, de nombreux princes polonais appellent des colons allemands, paysans, artisans et commerçants. Ceux-ci hâtent l’occidentalisation du pays et font prospérer l’activité économique urbaine. À la même époque, un grand nombre de Juifs, fuyant les persécutions en Europe occidentale, viennent chercher refuge sur le territoire polonais.
  • Les chevaliers Teutoniques créent un État monastico-militaire indépendant du Saint-Empire. Ils élisent à vie un grand maître qui a rang de prince d’empire et gouverne entouré de cinq dignitaires. Le pays est divisé en vingt districts, bailliages à la tête desquels se trouve un commandeur qui veille à ce que les paysans serfs remplissent leurs obligations. L’ordre, qui peut constamment recruter en Allemagne et en Italie, devient une des premières puissances militaires européennes. Des paysans allemands sont recrutés pour occuper les régions dont la population a été chassée ou tuée. Des contacts commerciaux sont établis avec la Hanse à partir d’Elbing.
  • Après leur défaite en 1227, les Danois conservent l’Estonie du Nord, tandis que le reste est divisé entre les chevaliers porte-glaives et les évêchés de Dorpat (Tartu) et d’Ösel-Wieck (Arenburg).
  • 1222-1223 : premiers raids Mongols en Russie. Ils ne s’y maintiennent pas, mais le choc suffit à ruiner les principautés russes et à soustraire le pays aux influences européennes.
  • Arrivée des Franciscains dans le monde grec[2].
  • Arrivée des Dominicains en Grèce vers 1223[3].
  • Les dominicains venus en Russie sont expulsés de Kiev par le prince Vladimir. Une forte réaction anti-latine se manifeste depuis le sac de Constantinople par les croisés en 1204.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]


Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1220 en architecture.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Mourre, Dictionnaire d'histoire universelle, Éditions universitaires, (lire en ligne)
  2. Louis Bréhier, L'église et l'Orient au Moyen âge: les croisades, Lecoffre, (lire en ligne)
  3. Marie-Humbert Vicaire, Histoire de Saint Dominique, Éditions du CERF, (ISBN 9782204074094, présentation en ligne)