Djaghataï (khan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Djaghataï.
Djaghataï
Chagatai Khan.JPG

Statue de Djaghataï en Mongolie.

Fonction
Khan
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Almaliq (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
ᠴᠠᠭᠠᠲᠠᠢVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Enfants
Mutukan
Saruban (d)
Baidar (en)
Yesü Möngke
Mochi Yebe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Djaghataï ou Tchaghataï (en mongol : ᠴᠠᠭᠠᠲᠠᠢ VPMC : Čaγatai ; Цагадай, translittération : Tsagadai, « le blanc »[1]), né en 1183 (le 22 décembre) et mort en 1242 (le 1er juillet), fils de Gengis Khan, est, dans le cadre de l'empire mongol, le khan des territoires situés autour de la mer d'Aral de 1226 à 1242[2]. Il est le frère de Djötchi, Ögödei et Tolui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Djaghataï est le deuxième fils de Gengis Khan et de son épouse principale Börte.

À la mort de son père, il hérite de la plus grande partie des territoires occidentaux de l'empire de Gengis Khan, ensuite connus sous le nom de Khanat de Djaghataï, correspondant aux actuels cinq États d'Asie centrale et au nord de l'Iran[3].

Il est également nommé par Gengis Khan pour superviser la mise en application du Yassa, code juridique de l'empire mongol.

Ses descendants sont les Djaghataïdes, dont ses trois fils les plus notables, Mutukan, Yissu Mangu et Baidar (en).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. composé de cagaan et du suffixe de déclinaison -daï
  2. (en) Mirza Muhammad Haidar Dughlat, N. Elias, Sir Edward Denison Ross, A History of the Moghuls of Central Asia: The Tarikh-i-Rashidi, Cosimo, Inc.,, , 696 p. (ISBN 9781605201504, lire en ligne)
  3. D'après Mirza Muhammad Haidar Dughlat, N. Elias et Edward Denison Ross, A History of the Moghuls of Central Asia: The Tarikh-i-Rashidi, Cosimo, Inc., (ISBN 9781605201504), p. 696.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denise Aigle, « Loi mongole vs loi islamique. Entre mythe et réalité », dans Annales Histoire Sciences sociales, 5/2004, p. 971-996, disponible en ligne sur le site Cairn-info
  • Anonyme (trad. Marie-Dominique Even, Rodica Pop), Histoire secrète des Mongols : Chronique mongole du XIIIe siècle, UNESCO/Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient », , 350 p. (ISBN 9782070736904)

Liens externes[modifier | modifier le code]