Djaghataï (khan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Djaghataï.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Djaghataï
Chagatai Khan.JPG

Statue de Djaghataï en Mongolie.

Fonction
Khan
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Almaliq (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Frères
Djötchi
Shuerche (d)
Tolui
Chawuer (d)
Wuluchi (d)
Kuoliejian (d)
ÖgödeiVoir et modifier les données sur Wikidata
Sœurs
Huochenbieji (d)
Aletalun (d)
Yeli'andun (d)
Tümelün (d)
Alahaibieji (d)
Checheyikhen (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Religion

Djaghataï ou Tchaghataï (en mongol : ᠴᠠᠭᠠᠲᠠᠢ VPMC : Čaγatai ; Цагадай, translittération : Tsagadai, « le blanc »[1]), né vers 1186, mort en 1241, fils de Gengis Khan, est, dans le cadre de l'empire mongol, le khan des territoires situés autour de la mer d'Aral de 1227 à 1241. Il est le frère de Djötchi, Ögödei et Tolui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Djaghataï est le deuxième fils de Gengis Khan et de son épouse principale Börte.

À la mort de son père, il hérite de la plus grande partie des territoires occidentaux de l'empire de Gengis Khan, ensuite connus sous le nom de Khanat de Djaghataï, correspondant aux actuels cinq États d'Asie centrale et au nord de l'Iran.

Il est également nommé par Gengis Khan pour superviser la mise en application du Yassa, code juridique de l'empire mongol.

Ses descendants sont les Djaghataïdes, on retient de son histoire trois fils, Mutukan, Yissu Mangu et Baidar

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. composé de cagaan et du suffixe de déclinaison -daï

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denise Aigle, « Loi mongole vs loi islamique. Entre mythe et réalité », dans Annales Histoire Sciences sociales, 5/2004, p. 971-996, disponible en ligne sur le site Cairn-info
  • Anonyme (trad. Marie-Dominique Even, Rodica Pop), Histoire secrète des Mongols : Chronique mongole du XIIIe siècle, UNESCO/Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient »,‎ , 350 p. (ISBN 9782070736904)

Liens externes[modifier | modifier le code]