Djötchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne un fils de Gengis Khan. Pour l'Université Jōchi, voir Université Sophia.
Djötchi
Juchi Khan.JPG

Statue de Djötchi, en Mongolie.

Fonction
Khan
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Mère
Fratrie
Ögödei
Djaghataï
Tümelün (d)
Wuluchi (d)
Kuoliejian (d)
Chawuer (d)
Aletalun (en)
Yeli'andun (d)
Tolui
Huochenbieji (d)
Checheyikhen
Alahaibieji (en)
Shuerche (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Orda
Batu
Berké
Chayban
Togatemur (d)
Huolu (d)
Buval (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Djötchi ou Joci (mongol Зүчи, Züči, de zočin : l'hôte), né en 1183, mort en 1227, est le fils aîné de Gengis Khan (mort lui aussi en 1227), et le frère aîné de Djaghataï, Ögödei et Tolui.

Biographie[modifier | modifier le code]

La mère de Djötchi est l'épouse principale de Gengis Khan, Börte. Mais un doute a toujours existé quant à sa légitimité. En effet, peu avant sa naissance, sa mère avait été capturée par les Merkit et donnée à un de leurs guerriers.

Il participe aux campagnes de son père, puis, après sa participation à la prise d'Ourgendj, en avril 1221, il se retire dans l'apanage constitué dans les steppes de l'Oural et du Tourgaï que lui confie son père. Il meurt un peu avant son père.

Lorsque Gengis Khan l'envoie soumettre les tribus du Nord, les Oïrats sont les premiers à offrir un alliance à Genghis Khan. Au cours de cette alliance, Checheyigen est mariée en 1207 avec Inalchi, et la petite fille de Gengis Khan et fille de Djötchi avec (Törölchi (zh) ou Turaiji), fils de Quduka beki (chinois : 忽都合别乞), chef des Oïrats[1].

Ses descendants ont conquis les steppes russes, fondant le khanat de la Horde d'or.

Parmi ses fils, on trouve Batu, Orda, Berké et Chayban. Les trois derniers sont à l'origine des trois branches des descendants de Djötchi ; respectivement : les khans de la Horde Blanche, les khans de la Horde d'or et les Chaybanides.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anonyme (trad. Marie-Dominique Even, Rodica Pop), Histoire secrète des Mongols : Chronique mongole du XIIIe siècle, UNESCO/Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient », , 350 p. (ISBN 9782070736904)
  • (en) Jack McIver Weatherford, The Secret History of the Mongol Queens, New York, Crown Publishers, (ISBN 9780307407153, OCLC 354817523, lire en ligne)

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • Genghis Khan
  • Jochi
  • Touka-Timour
  • Ureng-Timour (Khan de Crimée)
  • Saridja
  • Toulak-Timour
  • Touka-Timour
  • Kendjé-Tok-Timour
  • Ali-Bek-Toula-Timour
  • Hassan-Tak-Timour
  • Ulugh Muhammad (1437-1446)**
  • Yakoub
  • Shaykh Ahmed
  • Hussein-Ivan Vassiliévitch
  • Prince Ivan Ivanovitch
  • Prince Timofeï Ivanovitch
  • Prince Ivan Timofeïevitch
  • Prince Piotr Ivanovitch
  • Prince Mikhaïl Petrovitch
  • Prince Andreï Mikhaïlovitch
  • Prince Prokhor AndréÏevitch
  • Prince Alexandre Prokhorovitch
  • Prince Prohor Alexandrovitch
  • Prince Alexandre Prokhorovitch
  • Prince Alexis Alexandrovitch
  • Prince Georges Alexéïevitch
  • Prince Cyril Alexéïevitch
  • Prince Alexandre Alexéïevitch
    • Princesse Kyra Alexandrovna
    • Princesse Irina Alexandrovna
    • Princesse Xénia Alexandrovna

Sources : archives familiales et le livre de velours des familles nobles de Russie.

Liens externes[modifier | modifier le code]