Années 1240

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

XIIe siècle | XIIIe siècle | XIVe siècle

Années 1220 | Années 1230 | Années 1240 | Années 1250 | Années 1260

1240 | 1241 | 1242 | 1243 | 1244 | 1245 | 1246 | 1247 | 1248 | 1249


Évènements[modifier | modifier le code]

Septième croisade : prise de Damiette en 1249



Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Les Hanséates obtiennent une lettre de privilège à Bergen. Ils y achètent de la morue séchée, de l’huile de poisson, du beurre et des peaux, et vendent aux Norvégiens des céréales et de la farine. En ce temps où la population s’accroît, les paysans se tournent vers l’élevage, plus rémunérateur. Les Norvégiens deviennent dépendant des Hanséates qui ont le monopole du transport des céréales entre l’Allemagne, puis la Pologne et la Norvège. Premiers épisodes de la lutte menée par les rois de Norvège contre les empiètements de la Hanse.
  • Les Mongols utilisent le papier monnaie.
  • Au Tibet, des morceaux de sel aux armes de l'empereur sont utilisés comme monnaie[1].

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Roger Bacon enseigne à Paris et à Oxford
Albert le Grand se rend à Paris pour y prendre ses grades. Il devient régent du couvent dominicain de Saint-Jacques et enseigne la théologie à l'université de Paris (1245-1256). Il a pour élève Thomas d'Aquin qui l'accompagne à Cologne entre 1248 et 1252[2].

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Science et technique[modifier | modifier le code]

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]

  • Après 1245 : Summa universae theologiae (Somme de théologie), d'Alexandre de Hales est compilé après sa mort par ses disciples à la demande du pape Innocent IV. Il introduit les principes aristotéliciens dans la discussion théologique chrétienne.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1240 en architecture.

Art plastique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Pierre Guillaume Pauthier, Le livre de Marco Polo: citoyen de Venise, conseiller privé et commissaire impériale de Khoubilaï Khaân; rédigé en français sous sa dictée en 1298 par Rusticien de Pise; publié pour la première fois d'après trois manuscrits inédits de la Bibliothèque impériale de Paris, présentant la rédaction primitive du livre, revue par Marc Pol lui-même et donnée par lui, en 1307, à thiébault de Cépoy, accompagnée des variantes, de l'explication des mots hors d'usage et de commentaires géographiques et historiques, tirés des écrivains orientaux, principalement chinois, avec une carte générale de l'Asie, Firmin Didot frères, fils et cie, (lire en ligne)
  2. Thierry-Dominique Humbrecht, Théologie négative et noms divins chez Saint Thomas d'Aquin, Vrin, (ISBN 9782711618170, lire en ligne)
  3. Julien Pierre, Revue d'histoire de la pharmacie. Notes bibliographiques, vol. 79, (présentation en ligne), chap. 291, p. 480-481
  4. Robert Fossier et Jacques Verger, Histoire du Moyen Age: XIIIe-XVe siècle, Editions Complexe, (ISBN 9782804800451, lire en ligne)
  5. Alain Gallusser, Monica Bonfanti et Frédéric Schütz, Expertise des armes à feu et des éléments de munitions dans l'investigation criminelle, PPUR presses polytechniques, (ISBN 9782880745004, lire en ligne)
  6. Émile Auguste Charles et Roger Bacon, Roger Bacon, Typ. G. Gounouilhou, (lire en ligne)
  7. Jean Yves Jolif et Aristotle, L'éthique à Nicomaque: ptie. Introduction. 2. ptie. Traduction, Publications universitaires, (lire en ligne)
  8. Alain de Libera, Albert le Grand et la philosophie, Vrin, (ISBN 9782711610150, lire en ligne)
  9. Catherine König-Pralong, Avènement de l'aristotélisme en terre chrétienne: l'essence et la matière : entre Thomas d'Aquin et Guillaume d'Ockham, Vrin, (ISBN 9782711617524, lire en ligne)