Dynastie des Xia occidentaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Xia et Xixia (homonymie).

Xia occidentaux
西夏 (zh)

Minyak (bo)

10321227

Description de cette image, également commentée ci-après

Le royaume des Xia occidentaux (Xi Xia au Nord-Ouest) dans la Chine de 1142


Informations générales
Capitale Xingqing
Langue Tibéto-birman
Religion Bouddhisme
Histoire et événements
982 Fondation d'un État tangoute
1032 Naissance de la dynastie
1038 Li Yuanhao se proclame empereur
1227 Intégration à l'empire mongol de Gengis Khan
Empereurs
(1er) 1032-1048 Jǐngzōng
(Der) 1226-1227 Mòzhǔ

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La dynastie des Xia Occidentaux (西夏, en pinyin xīxià) (1032-1227 selon l'historiographie chinoise)gouvernait l'État appelé « royaume des Xia occidentaux » par les Chinois, « Empire tangoute » par les Tangoutes et « Minyak » par les Tibétains[1]. Le territoire de cet État fondé par les Tangoutes, un peuple de langue tibéto-birmane, correspondait approximativement aux actuelles provinces chinoises du Gansu, du Shaanxi et du Ningxia, situées au nord-ouest de la Chine. Le royaume Xixia se soumit en 1227 aux Mongols dirigés par Genghis Khan, qui fondèrent la dynastie Yuan.

Les Song de Chine du sud et les Jin de Chine du nord-est considéraient les Xia occidentaux comme des vassaux, alors qu'en réalité, ils étaient indépendants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Tangoutes sont à l'origine un peuple nomade rangés par les Han dans la catégorie des barbares nomades (qiang, idéogramme : 羌, composé des sinogrammes personne (人) et mouton (羊). Ils se seraient fixés sur les hauteurs du Sichuan occidental peu avant le Xe siècle siècle.

L'état tangoute est fondé en 982 par un souverain ayant pour nom chinois Li Deming (李德明), sous le nom tangoute de « phiow¹-bjij²-lhjij-lhjij² », « pays-grand-blanc-élevé ». Li Deming adopte de nombreuses coutumes et habitudes Han.

En revanche, son fils Li Yuanhao (李元昊), très attaché aux coutumes de ses ancêtres, fait créer en 1036, probablement par un savant nommé maître Iri, une écriture tangoute dont les quelque 6000 signes s'inspirent des sinogrammes. Néanmoins, l'écriture tibétaine semble avoir été utilisée de préférence à l'écriture tangoute pour les textes religieux. Li Yuanhao impose également à la population le port du costume et de la coiffure tangouts. Il donne à sa capitale le nom de Xingqing (興慶) et se proclame empereur en 1038.

Le bouddhisme est la religion officielle de l'État. Il s'agit essentiellement de bouddhisme tantrique mélangé de Bön, religion tibétaine prébouddhique. L'intégralité du canon bouddhique aurait été traduit en tangoute en seulement 50 ans. Le roi/empereur, quelquefois mentionné sous le terme de bouddha ou de bodhisattva, est considéré comme de nature semi-divine. De nombreux règlements encadrent les activités religieuses. Ainsi, les prêcheurs venus d'Inde ou du Tibet doivent être agréés par les autorités pour avoir le droit d'exercer leurs activités, et personne ne peut se faire moine sans autorisation. Les monastères féminins n'acceptent que les vierges et les veuves.

Longtemps connu de l'Occident essentiellement à travers les documents chinois, le site de sa capitale fut découvert en 1907 par Piotr Kuzmich Kozlov. En 1991, un canon bouddhique bilingue tangout/chinois a été découvert dans le district de Helan, province du Ningxia.

Liste des empereurs tangoutes[modifier | modifier le code]

Liste officielle des empereurs Xia Occidentaux
Nom posthume Nom de règne Nom réel Dates
Jǐngzōng 景宗 Wǔlièdì 武烈帝 Lǐ Yuánhào 李元昊 1032-1048
Yìzōng 毅宗 Zhāoyīngdì 昭英帝 Lǐ Liàngzuò 李諒祚 1048-1067
Huìzōng 惠宗 Kāngjìngdì 康靖帝 Lǐ Bǐngcháng 李秉常 1067-1086
Chóngzōng 崇宗 Shèngwéndì 聖文帝 Lǐ Qiánshùn 李乾順 1086-1139
Rénzōng 仁宗 Shèngdédì 聖德帝 Lǐ Rénxiào 李仁孝 1139-1193
Huánzōng 桓宗 Zhāojiǎnjì 昭簡帝 Lǐ Chúnyòu 李純佑 1193-1211
Shénzōng 神宗 Yīngwéndì 英文帝 Lǐ Zūnxū 李遵頊 1211--1223
Xiànzōng 獻宗 inexistant Lǐ Déwàng 李德旺 1223--1226
Mòzhǔ 末主 inexistant Lǐ Xiàn 李晛 1226-1227

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stein (1972), pp. 70-71.