Bataille de Bornhöved (1227)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Bornhöved

Informations générales
Date
Lieu Bornhöved au Schleswig-Holstein
Issue Victoire d'Adolphe IV de Holstein et des cités de la Ligue Hanséatique
Belligérants
Royaume de DanemarkAdolphe IV de Holstein
Lübeck
Hambourg
Dithmarschen
Commandants
Valdemar II de Danemark
Othon Ier de Lunebourg
Adolphe IV de Holstein
Forces en présence
InconnuesInconnues
Pertes
InconnuesInconnues
Coordonnées 54° 04′ nord, 10° 12′ est
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
(Voir situation sur carte : Allemagne)
Bataille de Bornhöved

La bataille de Bornhöved a lieu le , près de Bornhöved au Holstein. Le comte Adolphe IV de Schaumbourg et Holstein à la tête d'une armée comprenant des troupes des cités de Lübeck et Hambourg, d'environ 1 000 paysans de la Dithmarse ainsi que de nobles du nord de l'Allemagne inflige une défaite au roi Valdemar II de Danemark et au duc Welf Othon l'Enfant.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la défaite et la capture en du régent Albert II de Weimar-Orlamünde et de son cousin le Welf Othon de Lunebourg lors de la bataille de Mölln contre Henri de Schwerin, et Adolphe IV de Holstein, le royaume de Danemark avait accepté la restitution du Holstein à Adolphe IV de Holstein et de payer pour libérer le roi Valdemar II de Danemark captif depuis 1223 une énorme rançon de 45 000 marks d'argent, nécessaire à la délivrance du souverain et de son fils[1].

Libéré, le roi Valdemar II se fait délier par le pape Honorius III le du serment, prêté sous la contrainte, par lequel il avait juré d'observer le traité conclu et il tente de prendre sa revanche et envahit l'Allemagne du Nord

Combat[modifier | modifier le code]

Le , Valdemar II et son allié Othon Ier de Brunswick-Lunebourg rencontrent les forces coalisées de Lubeck et des féodaux de la région sous le commandement du comte Adolphe IV de Holstein. La bataille est conduite avec férocité des deux côtés et elle s'étend sur une durée inhabituelle pour l'époque. Selon la tradition, le carnage est tel que les chevaliers combattent « avec du sang jusqu'aux genoux ». Le roi de Danemark a plusieurs chevaux tués sous lui et perd un œil lors du combat, ses troupes et ses alliés combattent avec une telle bravoure que la victoire semble acquise lorsque le contingent de Dithmarschen, un groupe de paysans d'origine saxonne, déserte son parti au moment le plus crucial de la bataille et passe à l'ennemi ce qui oblige les danois à s'enfuir. Dans la confusion qui suit, Othon Ier de Brunswick et l'évêque de Ribe sont faits prisonniers. Othon est conduit à Rostock, la capitale d'un des seigneurs de Mecklembourg, où il est enfermé dans la forteresse. Pendant ce temps, le roi de Danemark, qui a réussi à s'échapper, tente de réparer ce désastre en formant une nouvelle armée avec laquelle il tient ses ennemis en échec et protège son royaume de l'invasion.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le résultat de cette défaite est le report de la frontière danoise avec le Saint-Empire romain germanique des rives de l'Elbe à celle de Eider, c'est-à-dire la limite sud du duché de Schleswig. Cette frontière reste la même jusqu'en 1806. Adolphe IV de Schaumbourg reprend définitivement le comté de Holstein et son allié le duc Albert Ier de Saxe se proclame lui-même « seigneur lige » du comté de Schaumburg et du comté de Holstein au détriment des prétentions de la maison de Brunswick[2]. Les Dithmarschen s'affranchissent de la domination danoise retourne sous le faible autorité du Prince-Archevêque de Brême, constituant ainsi de facto une république paysanne autonome qui perdure jusqu'en 1559. La Principauté de Rügen dont le prince Wislaw Ier est resté un loyal vassal du Danemark demeure la seule possession du Saint-Empire que conserve Valdemar II après la bataille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. C. de Reedtz Op.cit p. 14.
  2. (de) Cordula Bornefeld, "Die Herzöge von Sachsen-Lauenburg", in: Die Fürsten des Landes: Herzöge und Grafen von Schleswig, Holstein und Lauenburg [De slevigske hertuger; German], Carsten Porskrog Rasmussen (ed.) on behalf of the Gesellschaft für Schleswig-Holsteinische Geschichte, Neumünster: Wachholtz, 2008, p. 373-389, here pp. 373seq. (ISBN 978-3-529-02606-5)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Musset, Les Peuples Scandinaves au Moyen Âge, Paris éditeur=Presses universitaires de France, .
  • H. C. de Reedtz Répertoire des traités conclus par la couronne de Danemark depuis Canut le Grand jusqu'en 1800. Librairie De Dietrich à Gottingue (1826).
  • (de) Detmar-Chronik. dans: Die Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert. Band 19. 1. Auflage. Leipzig 1884.
  • (de) Hermann Korner: Chronica Novella. In: Jakob Schwalm (Hrsg.): Die Chronica Novella des Hermann Korner. Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 1895.