Alain Houpert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alain Houpert
Illustration.
Alain Houpert en 2018.
Fonctions
Sénateur français
En fonction depuis le
(13 ans, 7 mois et 25 jours)
Élection 21 septembre 2008
Réélection 28 septembre 2014
27 septembre 2020
Circonscription Côte-d'Or
Groupe politique UMP (2008-2015)
LR (depuis 2015)
Conseiller municipal de Dijon

(6 ans, 2 mois et 24 jours)
Élection 29 mars 2014
Maire François Rebsamen
Conseiller général de la Côte-d'Or

(16 ans et 2 mois)
Circonscription Canton de Grancey-le-Château-Neuvelle
Prédécesseur Michel Roussel
Successeur Marie-Claude Lhomme
Maire de Salives

(18 ans, 9 mois et 11 jours)
Élection 18 juin 1995
Réélection 18 mars 2001
16 mars 2008
Successeur Charles Schneider
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Dijon (France)
Nationalité Française
Parti politique LR
Profession Médecin radiologue

Alain Houpert, né le à Dijon (Côte-d'Or), est un homme politique français.

Il est sénateur de la Côte-d'Or depuis le , membre du groupe Les Républicains du Sénat. Il est maire de Salives entre 1995 et 2014 et conseiller général de la Côte-d'Or entre 1998 et 2014. Il est conseiller municipal de Dijon entre 2014 et 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Houpert est né le à Dijon. Il suit des études secondaires et supérieures en médecine dans cette même ville. Il consacre sa thèse de médecine sur l'angioplastie transluminale des artères iliaques.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Maire de Salives[modifier | modifier le code]

Alain Houpert est élu maire de Salives en 1995 jusqu'à son élection comme conseiller municipal de Dijon en 2014.

Conseiller général de la Côte-d'Or[modifier | modifier le code]

Alain Houpert est élu conseiller général de la Côte-d'Or du canton de Grancey-le-Château-Neuvelle lors des élections cantonales françaises de 1998. Réélu en 2004, il est nommé vice-président délégué du conseil général de la Côte-d'Or. Il est alors membre de la deuxième commission, dédiée à l'Aménagement du Territoire, de l’Agriculture, et du Développement durable. Alain Houpert est élu en 1998 jusqu'en 2015 à la présidence du conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement de la Côte-d'Or. Il quitte son mandat de Conseiller général de la Côte d'Or en 2014 après les élections municipales laissant place à sa suppléante Marie-Claude Lhomme.

Candidat à la mairie de Dijon[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales 2014 et à la suite d'une campagne d'investiture qualifiée par la presse locale de "guerre fratricide à droite", Alain Houpert remporte l'investiture UMP face au jeune conseiller général Emmannuel Bichot[1]. Au premier tour il réussit à mettre en ballotage le maire socialiste sortant François Rebsamen mais il est battu au second tour avec 34,02 % des suffrages exprimés[2].

Sénateur de la Côte-d'Or[modifier | modifier le code]

Alain Houpert est élu le 21 septembre 2008 sénateur de la Côte-d'Or, sous l'étiquette divers droite. Il est membre du groupe Les Républicains au Sénat. Il siège à la Commission de l’économie, du développement durable et de l’aménagement du territoire. Il est réélu le 28 septembre 2014. Réélu le , il siège depuis à la commission des Affaires étrangères de La Défense et des Forces armées.

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire française de la droite et du centre de 2016[3].

Le , dans le cadre de l'affaire Fillon, il renonce à soutenir le candidat LR François Fillon à l'élection présidentielle[4].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, lors duquel Laurent Wauquiez a été élu président du parti[5].

Lors de la crise de la Covid-19 en 2020, il prend fréquemment la parole au Sénat et dans les médias pour défendre la liberté de prescription de l'hydroxychloroquine pour protester contre la gestion sanitaire[6],[7]. Il apparaît en outre dans le documentaire Hold-Up.

Lors de la seconde guerre du Haut-Karabagh en une polémique nait dans la presse[8],[9] et sur les réseaux sociaux[10]. Alain Houpert étant président du groupe d'amitié France-Azerbaïdjan au sénat, il soutient sans réserve la dictature azerbaidjanaise qui a pourtant déclenché cette guerre par son offensive militaire sur le Haut-Karabagh[11]. Il est de plus soupçonné d'être impliqué dans le système de la « diplomatie du caviar » mise en place par le régime azerbaidjanais[12],[13].

Il apporte son parrainage au candidat Eric Zemmour en vue de l'élection présidentielle de 2022[14].

Au Sénat[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Commission des Finances.
  • Au sein du groupe interparlementaire d'amitié France-Caucase :
    • Président du groupe et président délégué pour l'Azerbaïdjan.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. [2]
  3. « Serge Dassault et Patrick Balkany parmi les parlementaires qui soutiennent Nicolas Sarkozy », lemonde.fr, 9 septembre 2016.
  4. « Le compteur des lâcheurs de Fillon », liberation.fr
  5. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  6. Question d'actualité au gouvernement n° 1346G, JO Sénat du 11/06/2020
  7. « Hydroxychloroquine : le sénateur LR de Côte-d'Or Alain Houpert dénonce l'emballement du gouvernement », sur francebleu.fr,
  8. « Azerbaidjan-Armenie : la bataille d'influence gagne peu à peu les élus », LaLettreA,‎ (lire en ligne)
  9. Aren Kertechian, « Six parlementaires français s'adressent à Emmanuel Macron en faveur de l'Azerbaïdjan », sur norharatch.com,
  10. « Tags archive: from:alainhoupert », sur blogspolitiques.com/ (consulté le )
  11. « Comptes-rendus de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées », sur www.senat.fr, (consulté le )
  12. Laura Motet, « « Diplomatie du caviar » : les échanges de bons procédés entre l’Azerbaïdjan et les élus français » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. Maxence Smaniotto, « Bruxelles-Bakou : soupçons de corruption au sein du Conseil de l’Europe », Le journal international,‎ (lire en ligne)
  14. « PRÉSIDENTIELLE : Alain Houpert parraine Éric Zemmour », sur infos-dijon.com (consulté le )