9 mois ferme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
9 mois ferme
Description de cette image, également commentée ci-après

Albert Dupontel à l'avant-première parisienne du film.

Réalisation Albert Dupontel
Scénario Albert Dupontel
Acteurs principaux
Sociétés de production Manchester Films
ADCB Films
Stadenn Prod
Wild Bunch
France 2 Cinéma
JD Prod
Black Dynamite Films
Cinéfrance 1888
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 77 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

9 mois ferme est un film français réalisé par Albert Dupontel, sorti en 2013.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ariane Felder, juge quadragénaire un peu coincée, célibataire et sexiste est totalement réticente à l'idée de fréquenter des hommes. Lors du réveillon du jour de l'an 2013, fortement incitée par ses collègues de travail, elle boit plus que de raison et perd le contrôle d'elle-même.

Six mois après, Ariane découvre qu'elle est enceinte, mais ne connait pas l'identité du père. Elle pense d'abord qu'il s'agit du juge De Bernard, un confrère entreprenant et trop mielleux avec elle. Elle mène cependant une enquête et découvre stupéfaite que le père de son enfant n'est autre que le célèbre Robert Nolan, alias "Bob Nolan", amateur de prostituées et cambrioleur multi récidiviste, soupçonné d'avoir découpé les quatre membres d'un vieillard lorsque celui-ci l'avait surpris en plein cambriolage et de lui avoir dévoré les yeux.

Bob Nolan interpellé semble reconnaître la juge lors d'un entretien avec elle, ignorant toujours que l'enfant qu'elle porte est de lui. Plus tard, en fuite, il s'introduit chez elle, la surprend en train de tenter un avortement "criminel" en chutant volontairement sur le ventre depuis un empilement de meubles. Il lui propose alors un marché : il ne révélera rien de cet acte si elle l'aide à démontrer qu'il n'est pas le mangeur d'yeux barbare qui fait la une des journaux du monde entier.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film a été en partie tourné au palais de justice de Paris[8] (photo : façade ouest).

Le sujet du film a été inspiré par 10e chambre, instants d'audience. La juge Michèle Bernard-Requin, qui apparaît dans ce documentaire de Raymond Depardon, joue le rôle de la présidente du tribunal lors du procès de Bob Nolan[9].

Lors de l'avant-première du film, le réalisateur précise que ce film lui a nécessité 18 mois d'écriture, 7 semaines de tournage et 7 mois de montage. Il n'imaginait pas également que certains détails du film allaient être tout de suite remarqués par le public (prestation de Ray Cooper lors du JT).

Initialement, Albert Dupontel souhaitait tourner le film en anglais, et avait proposé le rôle d'Ariane Felder à Emma Thompson[10].

Le nom du médecin légiste, Toulate (Too late) a été choisi dans cette optique. Le prénom d'Ariane a été choisi en référence au personnage mythologique du même nom, le personnage joué par Sandrine Kiberlain semblant avoir perdu le fil. Le nom de famille de Me Trolos signifie bègue en grec ancien[11].

Au début du film, pendant la scène accélérée qui permet de faire un bond temporel de 6 mois après la fête du nouvel an 2013, la date affichée est 12/06/2012. C'est une erreur puisqu'on devrait être en juin 2013.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Camille interprète 9 mois ferme, la chanson du générique de fin.

Alessandro Alessandroni fonde en 1961 I Cantori Moderni[12], un chœur à huit voix. C'est ce groupe vocal que l'on entend chanter sur la chanson Samoa Tamure (Samoa Tamouré) composée par Armando Trovajoli et Mario Cantini[13] pour la bande-originale du film I Mostri (Les Monstres) réalisé par Dino Risi en 1963. Cette chanson aux sonorités polynésiennes illustre la scène du bal du Réveillon de la Saint-Sylvestre de 9 mois ferme.

On retrouve également la chanson Gaiety and Charm également écrite par Armando Trovajoli parmi les musiques additionnelles.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb. Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sandrine Kiberlain remporte le césar de la meilleure actrice.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « la production cinématographique en 2012, bilan statistique des films agréés en 2012 », sur cnc.fr
  2. AlloCine, « Le film français le plus rentable de 2013 est... », AlloCiné,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  4. JP, « 9 mois ferme (2013)- JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le 14 mai 2017)
  5. Procinema.ch ; Box-office en Suisse Consulté le 28 février 2014.
  6. « LUMIERE : Film: 9 mois ferme », sur lumiere.obs.coe.int (consulté le 28 février 2017)
  7. (en) « 2013 France Yearly Box Office Results », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 14 mai 2017)
  8. Stéphane Durand-Souffland, « La justice sur un plateau pour le cinéma », Le Figaro, vendredi 8 mai 2015, page 7.
  9. Académie des César, « 9 MOIS FERME, Nommé pour le César 2014 du Meilleur Film, Catherine Bozorgan, productrice », (consulté le 14 mai 2017)
  10. http://www.metronews.fr/culture/albert-dupontel-les-marginaux-me-touchent/mmjo!XzCIlpO2g0IWo/
  11. http://www.albertdupontel.com/blog/blog.html
  12. « 9 mois ferme », sur IMDb (consulté le 28 février 2017)
  13. « Mario Cantini », sur IMDb (consulté le 28 février 2017)
  14. Fabrice Levasseur, « L2TC.com - Lieux de Tournage Cinématographique », sur www.l2tc.com (consulté le 28 février 2017)
  15. 15e palmarès des Étoiles d'or du cinéma français (2014) sur le site officiel, consulté le 25 février 2014.
  16. Ecrannoir.fr ; 8 films sélectionnés pour le prix Louis-Delluc 2013 consulté le 29 octobre 2013.