Au revoir là-haut (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le livre original, voir Au revoir là-haut.
Au revoir là-haut
Réalisation Albert Dupontel
Scénario Albert Dupontel
Pierre Lemaitre
Acteurs principaux
Sociétés de production Stadenn Prod.
Manchester Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 115 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au revoir là-haut est une comédie dramatique française coécrite et réalisée par Albert Dupontel, sortie en [1]. Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En , Albert Maillard est interrogé par un officier de la Gendarmerie française, au Maroc. À travers son témoignage, il raconte la fin de sa participation à la Première Guerre mondiale, sa rencontre avec Édouard Péricourt, fils de bonne famille parisienne défiguré par le conflit. Ensemble, ils montent une opération d'escroquerie. L'histoire suit également Henri d'Aulnay-Pradelle, leur ancien lieutenant va-t-en guerre devenu lui aussi escroc et qui est parvenu à intégrer la famille Péricourt, dont le patriarche règne sur la classe politique parisienne.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement et genèse[modifier | modifier le code]

Le film est annoncé dès le mois d'août 2014[5].

Au moment de la fin du Festival de Cannes 2017, douze pays ont pré-acheté le film[6].

Pierre Lemaitre, l'auteur du roman, a été associé à la rédaction du scénario du film. L'adaptation cinématographique est très fidèle au roman : si l'on compare le livre et le film, il est facile de le constater. Sans la dévoiler, la scène de la fin est toutefois différente, plus allégorique et moins cynique dans le film que dans le livre.[réf. nécessaire]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

C'est Bouli Lanners qui devait jouer le rôle d'Albert Maillard, mais il ne peut pas tourner pour cause de fatigue, et c'est finalement Albert Dupontel lui-même qui joue ce rôle[7].

Tournage[modifier | modifier le code]

Albert Dupontel et l’équipe du tournage débutent à Theuville dans le Vexin[8],[9], de début mars à mi-juin 2016[10]. Certaines scènes sont tournées à l'hôtel particulier de la rue Fortuny à Paris dont la société de production d'Albert Dupontel est locataire[11].

Accueil[modifier | modifier le code]

Avants-premières, festivals et sorties[modifier | modifier le code]

Au revoir là-haut est présenté en avant-première le au Cinémoviking de Saint-Lô, avant sa sortie nationale dès le [1] comme en Belgique et Suisse romande.

Entre-temps, le film est choisi comme « Film d’ouverture » en au Festival du film francophone d'Angoulême ; de même qu’en , au Festival du film français d'Helvétie et au Festival international du film de Saint-Sébastien où il récolte le Premio de la Asociación de Donantes de Sangre de Gipuzkoa, a la Solidaridad / Elkartasun Saria[12].

La sortie au Québec est prévue le .

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, l'accueil critique est très positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,9/5, et des critiques spectateurs à 4,5/5[13]. Albert Dupontel a réussi à condenser le livre de Pierre Lemaitre en un récit vif et équilibré, selon Samuel Douhaire dans Télérama.fr[14]. La critique de Jacques Mandelbaum sur Le Monde.fr est moins élogieuse : il reproche une recherche excessive de perfection tout en voulant traiter de multiples questions, ce qui nuit à la vie des personnages[15].

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Albert Dupontel à Saint-Lô pour l’avant-première d’Au revoir là-haut », sur Ma Ville Saint-Lô, (consulté le 13 août 2017).
  2. « Entretien avec Albert Dupontel », sur Caméo Nancy (consulté le 23 octobre 2017)
  3. Dossier de presse sur UniFrance.org [PDF]
  4. [xls] Liste de films agréés sur le site du CNC (onglet 2016, case E26).
  5. Pauline Le Gall, « Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre adapté par Dupontel », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  6. « Au revoir là-haut (2016) », sur Unifrance (consulté le 22 juin 2017).
  7. « Albert Dupontel : «Au revoir là-haut est une sorte de film d'auteur à tendance populaire» », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « Albert Dupontel adapte un Goncourt dans le Vexin », sur La Gazette du Val d'Oise (consulté le 2 avril 2017).
  9. « Albert Dupontel en tournage d’Au revoir là-haut jusqu'à la mi-juin », Le Film Français,‎ (lire en ligne).
  10. La Gazette L'Echo, « THEUVILLE : Albert Dupontel tourne actuellement son film "Au revoir là-haut" », (consulté le 6 septembre 2017)
  11. Sandrine Blanchard (avec Beatrice Jérôme), « Hôtel Fortuny : la société de production d’Albert Dupontel se défend de tout passe-droit », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  12. a et b Service Communication, « Une dizaine de prix pour le cinéma français à San Sebastián », (consulté le 19 octobre 2017)
  13. « Au revoir là-haut », sur Allociné (consulté le 25 octobre 2017).
  14. « Au revoir là-haut de Albert Dupontel - (2017) - Film - Drame, Comédie dramatique - L'essentiel - Télérama.fr » (consulté le 15 novembre 2017)
  15. Jacques Mandelbaum, « Au revoir là-haut : tragédie ou fantaisie, Dupontel peine à choisir », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  16. JP-Boxoffice.com ; page du film Au revoir là-haut consulté le 20 avril 2018.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]