Éturqueraye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éturqueraye
Éturqueraye
L'église Saint-Martin et son if funéraire (à droite).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Bourg-Achard
Intercommunalité Communauté de communes Roumois Seine
Maire
Mandat
Didier Caillouel
2014-2020
Code postal 27350
Code commune 27228
Démographie
Gentilé Sturcretin
Population
municipale
291 hab. (2016 en augmentation de 3,56 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 15″ nord, 0° 41′ 43″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 139 m
Superficie 6,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Éturqueraye

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Éturqueraye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éturqueraye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éturqueraye

Éturqueraye est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Éturqueraye est une commune du Nord-Ouest du département de l'Eure en Normandie. Proche de l'axe Rouen - Le Havre, elle jouxte la bordure sud du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande et se trouve à quelques kilomètres de deux grandes forêts normandes : la forêt de Montfort au sud et la forêt de la Londe-Rouvray au nord. Elle est localisée au centre ouest de la région naturelle du Roumois, une région naturelle caractérisée par un paysage ouvert où subsistent encore d'importantes structures végétales (haies, arbres isolés, vergers, notamment)[1]. Ainsi, malgré des caractéristiques qui l'apparente très fortement à l'openfield, le paysage d'Éturqueraye présente, en plusieurs endroits, le plus souvent aux abords des habitations, des résidus bocagers et des vergers. Au nord, quelques bosquets soulignent la présence de deux légers vallons, seuls reliefs de la commune. À vol d'oiseau, la commune est à 9 km à l'ouest de Bourg-Achard[2], à 13,5 km à l'est de Pont-Audemer[3], à 29,5 km au sud-ouest de Rouen[4] et à 51 km au nord-ouest d'Évreux[5].

Communes limitrophes d’Éturqueraye[6]
La Haye-Aubrée Routot
Étréville Éturqueraye[6] Rougemontiers
Brestot

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Stortreta en 1040 (Prononcer « Storcreta », t notant souvent c au Moyen Âge) en 1040[7], puis Estorquerée XIIIe siècle (p. d’Eudes Rigaud)[8].

François de Beaurepaire identifie dans le premier élément Étur- le nom de personne scandinave Styr / Stur et considère le second élément -creta > -queraye comme obscur[9].

En réalité les formes les plus anciennes en Stor- > Estor- rendent difficiles cette interprétation. Il représente plutôt l'ancien scandinave stórr « grand, gros » (islandais stór, norvégien stor, même sens), suivi d'un appellatif qui ne semble pas attesté en vieux norrois. C'est peut-être le même appellatif que l'on retrouve dans Helecrite (1549), hameau à Ingouville, Seine-Maritime.

Remarque : la graphie -queraye est fallacieuse, car l'élément -creta a régulièrement évolué en -*craye (tout comme le suffixe -eta > -aye > -aie cf. chênaie). La prononciation traditionnelle est donc « éturcrai »[9] conformément à l'étymologie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Didier Caillouel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2016, la commune comptait 291 habitants[Note 1], en augmentation de 3,56 % par rapport à 2011 (Eure : +2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
522454533549425460405372382
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
381340342325307276273295280
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
258237226193219199211194219
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
225203200237237245267270280
2016 - - - - - - - -
291--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Éturqueraye compte de nombreux édifices inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • L'église Saint-Martin (XIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XIXe)[14] ;
  • Le presbytère (XVIIIe)[15] ;
  • Un château des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles au lieu-dit Amfreville[16]. Le corps central du logis date du XVIIe siècle, les parties agricoles du XVIIIe siècle et les corps latéraux du logis du XIXe siècle[16].
  • Trois fermes : la première des XIIIe et XVIIIe siècles au lieu-dit Vienne[17], la deuxième du XVIIIe siècle au lieu-dit la Loge[18] et la troisième des XVe et XVIIe siècles au lieu-dit les Baudoins[17].

Sont également inscrits à cet inventaire, deux édifices aujourd'hui détruits :

  • Le manoir du Val[19] ;
  • Une léproserie dite Léproserie de Madeleine de Brestot[20]. Mentionnée en 1264, elle était placée sous le patronage de l'archevêque de Rouen[20].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Roumois », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 10 janvier 2017).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Éturqueraye et Bourg-Achard », sur www.lion1906.com (consulté le 10 janvier 2017)
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Éturqueraye et Pont-Audemer », sur www.lion1906.com (consulté le 10 janvier 2017)
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Éturqueraye et Rouen », sur www.lion1906.com (consulté le 10 janvier 2017)
  5. « Distance à vol d'oiseau entre Éturqueraye et Évreux », sur www.lion1906.com (consulté le 10 janvier 2017)
  6. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  7. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154)
  8. Poret de Blosseville (Ernest), Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, 1877, p. 79 (lire en ligne) [1]
  9. a et b François de Beaurepaire, op. cit.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Église Paroissiale Saint-Martin », notice no IA00018582, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Presbytère », notice no IA00018583, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. a et b « Château », notice no IA00018584, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. a et b « Ferme », notice no IA00018589, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Ferme », notice no IA00018588, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Manoir du Val », notice no IA00018586, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. a et b « Léproserie dite Léproserie de Madeleine de Brestot », notice no IA00018585, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Les ifs du cimetière d'Éturqueraye », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 17 juillet 2017).