Cette page est en semi-protection longue.

Alain Berbouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alain Berbouche
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Distinction
Œuvres principales
Marine et justice : la justice criminelle de la Marine française sous l'Ancien Régime (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alain Berbouche est un historien du droit français né le à Paris, spécialiste des institutions de la Marine française et des corsaires.

Biographie

Docteur en droit, enseignant puis proviseur en lycées, Alain Berbouche devient enseignant-chercheur à la Faculté de droit et de science politique de l'Université de Rennes 1[1] en 1992 où il enseigna l'histoire des idées politiques et des institutions publiques ; et l'histoire du droit public maritime du séminaire doctoral qu'il créa[2]. Depuis septembre 2014, il est retraité maître de conférences hors-classe honoraire des Universités[réf. nécessaire]. Ses communications et publications portent essentiellement sur l'histoire de la Marine française, Saint-Malo[3] et la guerre de course[4].

Mandats

Distinction

Principaux travaux

  • La Marine royale de la France à la fin de l’Ancien Régime. De la paix de Versailles en 1783 à la Révolution de 1789. Thèse de doctorat d’État en droit dirigée par le professeur Robert Villers, soutenue le mardi à l'Université juridique du Panthéon-Paris 2 (mention très Honorable). Lille : A.N.R.T., 1984. (notice BnF no FRBNF36105255)
  • La Justice militaire maritime de la France à la fin de l'Ancien Régime, d'après la correspondance du marquis de Castries (de 1780 à 1787), Centre de Recherches Historiques de l'Université Rennes 1, 1993, Service Historique de la Marine Vincennes, 1994.
  • Marine et Justice : la justice criminelle de la Marine française sous l'Ancien Régime, Presses universitaires de Rennes, collection "Histoire", 2010, 283 p. (ISBN 978-2-7535-1094-4)[6],[7],[8].
  • Le Pouvoir et la foi au Moyen Âge en Bretagne et dans l’Europe de l’Ouest. Hommage au professeur Hubert Guillotel (dir. Joëlle Quaghebeur et Sylvain Soleil), La Seigneurie ecclésiastique de Saint-Malo à la fin de l’Ancien Régime, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2010, p. 609-613. (ISBN 978-2-7535-1090-6).
  • Pirates, flibustiers & corsaires de René Duguay-Trouin à Robert Surcouf : le droit et les réalités de la guerre de Course, Saint-Malo, Pascal Galodé, 2010, 318 p. (ISBN 978-2-35593-090-4). Rééd. le Grand Livre du Mois, 2012, 316 p. (ISBN 978-2-286-08836-1). Rééd. Pascal Galodé, 2014, 318 p. (ISBN 978-2-35593-304-2)[9].
  • L'Histoire de la Royale (Tome I) : Du Moyen Âge au règne de Louis XIV, Saint-Malo, Pascal Galodé, 2011, 401 p. (ISBN 978-2-35593-141-3)
  • L'Histoire de la Royale (Tome II) : La Marine française et la politique au Siècle des Lumières (1715-1789), Saint-Malo, Pascal Galodé, 2012, 695 p. (ISBN 978-2-35593-206-9)[10].
  • L’Amirauté de Bretagne, des origines à la fin du XVIIIe siècle. Présentation de la thèse de Joachim Darsel L’Amirauté de Bretagne des origines à la Révolution (dir. Gérard Le Bouëdec), Le fonctionnement des amirautés bretonnes au XVIIIe siècle. Introduction, Presses Universitaires de Rennes, 2012[11].
  • Robert Surcouf : le Roi des corsaires malouins, Saint-Malo, Grand West Éditions, 2013, 30 p. illustrées.
  • Notice "Duguay-Troüin", Dictionnaire des corsaires et pirates, Éditions du CNRS, 2013, p. 243-249.
  • Saint-Malo port de guerre : de la guerre de course à la course au large, Saint-Malo, Ancre de Marine, 2016, 402 p. (ISBN 978-2-84141-364-5) et (ISBN 978-2-84141-423-9)
  • Les Corsaires de Saint-Malo : de Duguay-Trouin à Surcouf, Rennes, Ouest-France, coll. "Histoire", 2018, 48 p. illustrées (ISBN 978-2-7373-7727-3)
  • Participation au film La Buse, l’or maudit des Pirates, documentaire-fiction historique écrit et réalisé par William Cally coproduit par Kapali Studios et France Télévisions, France 3, 2019[12].

Notes et références

  1. « Alain Berbouche », sur BnF
  2. Annuaire des juristes et politistes universitaires, Paris : Litec, 2002.
  3. « Quel musée maritime pour Saint-Malo », Ouest France, 18 juin 2014.
  4. André Lespagnol, « Compte rendu bibliographique », Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 2011, p. 487-491.
  5. « Un point-lecture jugé peu attractif », Le Télégramme, 14 février 2019.
  6. L'Histoire, 1er mars 2011.
  7. David Plouviez, « Marine et Justice », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest. Anjou. Maine. Poitou-Charente. Touraine, nos 119-1,‎ , p. 205–207 (ISSN 0399-0826, lire en ligne, consulté le 22 février 2021)
  8. Éric Barré, « Alain Berbouche. Marine et justice. La justice criminelle de la marine française sous l’Ancien Régime, 2010 », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 168, no 1,‎ , p. 252–254 (lire en ligne, consulté le 22 février 2021)
  9. « Une histoire des forbans », Historia, octobre 2010.
  10. Olivier Berrezai, « Alain Berbouche et l'histoire de la Royale », Ouest France, 4 juillet 2012..
  11. https://books.openedition.org/pur/115194.
  12. Madison Mouquet, « La Buse, l’or maudit des Pirates », France 3 région, 3 janvier 2020.

Liens externes