Yuder Pacha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yuder Pacha, ou Djouder Pacha, ou "Jawdar Pacha", ou encore "Jaoudar Pacha" est un conquérant et aventurier[1] né à Cuevas de Vera, province d'Almérie vers 1550 (certains experts disent qu'il est né à Mencina de Bombaron dans la même province). espagnol morisque converti à l'islam, il fut général du sultan marocain Ahmed al-Mansur Saadi. Il dirige l'armée marocaine lors de la bataille de Tondibi en 1591, qui mène au renversement de la dynastie des Askias qui dominait l'Empire songhaï à Tombouctou et Gao.

Émigration au Maroc[modifier | modifier le code]

Après avoir émigré au Maghreb juste après la guerre des Alpujarras en 1571, il se met au service du sultan marocain Ahmed al-Mansur, qui avait consolidé son pouvoir en écrasant les Portugais à la bataille d'Alcazarquivir (1578).

Campagne de Tombouctou[modifier | modifier le code]

Yuder parti en octobre 1590 de Marrakech, avec une armée de 4 000 grenadins, 500 européens et 60 chrétiens arrachés aux geôles marocaines ainsi que 1 500 lanciers marocains et des auxiliaires locaux. Traversant le Sahara, notamment par les mines de Teghaza. Il rejoint Karabara, situé à l'est de Tombouctou et ensuite il affronte dans les environs de Tondibi le askia Ishaq II de Gao, qui avait une armée de 40 000 hommes, le 13 mars 1591. Il écrase l'armée de l'Askia et rattache le territoire de la boucle du Niger au Maroc, territoire qui devient alors le pachalik de Tombouctou.

Pacha de Tombouctou[modifier | modifier le code]

Le problème était que le Morisque refusait l'autorité du sultan de Marrakech qui envoie alors des pachas, sorte de gouverneur pour Gao et Tombouctou que le Maroc voyait comme des nouvelles provinces à administrer. Le premier fut un dénommé Mahmud Ben Zerqun qui meurt mystérieusement en 1595, nul doute que Yuder élimina son remplaçant car il empoisonna ou étrangla les trois autres pachas envoyés sur place – respectivement Mansur Abd-er-Rahman, Mohammed Taba et Admad el Feta. Les Morisques défièrent ouvertement l'autorité de Al Mansur quand l'avant-dernier pacha, Mustafa el Torki, fut envoyé. L'ultime tentative de reprise en main de la situation fut brisée avec la mort en 1612 du mercenaire espagnol Mahmud El Largo, destitué par Ali Et-Telemsani. Son système politique lui survécut pendant 3 siècles et ce, pratiquement jusqu'à l'invasion française de 1890.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Cuevas del Almanzora », sur www.andalucia.org (consulté en 17 octobre2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]