Willy (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Willy.
Henry Gauthier-Villars.
Portrait par Félix Vallotton.

Henry Gauthier-Villars, dit Willy, né à Villiers-sur-Orge (Essonne) le 8 août 1859 et mort à Paris le 12 janvier 1931, est un journaliste, critique musical et romancier français. Il est connu sous les pseudonymes suivants : Henry Maugis, Robert Parville, l’Ex-ouvreuse du Cirque d’été, L’Ouvreuse, L’Ouvreuse du Cirque d’été, Jim Smiley, Henry Willy, Boris Zichine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Willy est le fils aîné de Jean-Albert Gauthier-Villars, qui dirige la maison d'édition Gauthier-Villars, mais il ne participe pas à l'entreprise : c'est son frère, Albert-Paul, qui prendra la succession.

Willy est, entre autres, l'amant de la femme d'Émile Cohl, Marie-Louise Servat, avec laquelle il a un fils, Jacques Henry Gauthier-Villars (ce fils de Willy est né en 1889). C'est d'ailleurs en mettant cet enfant en nourrice à Châtillon-sur-Loing qu'il a commencé à fréquenter Colette. En 1893 à Châtillon-sur-Loing, il l'épouse. Le couple s’installe à Paris, quai des Grands-Augustins, dans la garçonnière de Henry, au-dessus de la maison d'édition familiale, et mène une vie mondaine.

Il est un des hommes les plus en vue de la vie parisienne : boulevardier, écrivain polisson, critique musical, un homme qui signe une centaine d'ouvrages (dont les six premiers romans de Colette) mais il est connu qu'il faisait travailler de nombreux « nègres » : Jean de Tinan, Curnonsky, Paul-Jean Toulet, Lugné-Poe, Tristan Bernard, Francis Carco, Émile Vuillermoz, etc[1]. Il vend les droits des Claudine à ses éditeurs, sans même la prévenir. Colette ne lui pardonnera jamais. Elle-même dira de ce personnage étonnant : « Je le trouve d'une taille, et d'une essence, à inspirer et à supporter la curiosité. Ce qu'il faudrait écrire, c'est le roman de cet homme-là. » Le 1er mai 1905, le couple se sépare. À noter qu'Erik Satie s'opposa en duel à Willy.

Principales publications[modifier | modifier le code]

Les romans de Colette ne sont pas inclus dans cette liste.

  • Lettres de l'ouvreuse, voyage autour de la musique, avec Alfred Ernst (1890)
  • Histoires normandes, avec Léon Épinette (1891)
  • L'Année fantaisiste (4 volumes, 1892-1896)
  • Bains de sons, par l'Ouvreuse du Cirque d'été, avec Alfred Ernst (1893)
  • Les Enfants s'amusent, avec Pierre Veber (1894)
  • Une passade, avec Pierre Veber (1894)
  • La Mouche des croches, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1894)
  • Rythmes et rires (1894)
  • Soirées perdues (1894)
  • Entre deux airs, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1895)
  • Notes sans portées, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1896)
  • Quelques livres, année 1895 (1896)
  • Poissons d'avril (1896)
  • L'Argonaute, avec André Trémisot (1897)
  • Maîtresse d'esthètes (1897) [Écrit par Jean de Tinan]
  • Accords perdus, par l'Ouvreuse du Cirque d'été (1898)
  • Fervaal, avec Pierre de Bréville (1898)
  • Un vilain monsieur ! roman (1898)
  • À manger du foin (1899)
  • La Colle aux quintes (1899)
  • Le Mariage de Louis XV, d'après des documents nouveaux et une correspondance inédite de Stanislas Leczinski (1900)
  • L'Odyssée d'un petit Cévenol (1900)
  • La Ronde des blanches (1901)
  • Dans le noir ! avec André Trémisot (1901)
  • Garçon l'audition ! (1901)
  • L'Automobile enchantée, avec Georges Trémisot (1903)
  • La Maîtresse du prince Jean, roman (1903)
  • Le Petit Roi de la forêt (1903)
  • Almanach Willy (1904)
  • Danseuses (1904)
  • La Môme Picrate, roman (1904)
  • Une plage d'amour, roman (1905)
  • Anches et embouchures, album inédit (1905)
  • Chaussettes pour dames, défense et illustration du mollet féminin, avec Curnonsky (1905)
  • Maugis amoureux, roman (1905)
  • Un petit vieux bien propre (1907)
  • Le Roman d'un jeune homme beau (1905)
  • Pimprenette (1908)
  • Le Retour d'âge (1909)
  • Maugis en ménage, roman (1910)
  • Lélie, fumeuse d'opium, roman (1911)
  • Avec mon régiment, de l'Aisne à La Bassée, par un chef de peloton (1916)
  • La Bonne maîtresse (1916)
  • La Bonne manière, avec la baronne d'Orchamps (1916)
  • La Virginité de Mademoiselle Thulette, avec Jeanne Marais (1918)
  • Jeux de princes (1919)
  • Ledos, tapissier (1919)
  • Ginette la rêveuse, roman (1919)
  • La Petite vestale, nouvelles (1920)
  • La Femme déshabillée, roman, avec Paul Max (1922)
  • Mady écolière, roman, avec Madeleine de Swarte (1922)
  • Ça finit par un mariage, roman (1923)
  • L'Ersatz d'amour, roman, avec Suzanne de Callias (1923)
  • Le Naufragé, roman, avec Suzanne de Callias (1924)
  • La Fin du vice, avec A. Henry-Rossi (1925)
  • Souvenirs littéraires… et autres (1925)
  • Les Bazars de la volupté, avec Pol Prille (1926)
  • L'Esprit de Willy, propos, anecdotes et variétés recueillis par Léon Treich (1926)
  • Gaillardises, avec José de Berys (1926)
  • La Vie privée d'un prince allemand au XVIIe siècle. L'Electeur palatin Charles Louis, (1617-1680), avec F. Aussaresses (1926)
  • Les Aphrodisiaques (1927)
  • Le Fruit vert, nouvelles (1927)
  • Le Troisième sexe (1927)
  • Histoires de la manucure, histoires courtes, faciles à lire, faciles à retenir, faciles à raconter (1928)
  • Bizet, biographie critique (1928)
  • Contes sans feuille de vigne (1928)
  • La Tournée du petit duc (s. d.)
Spectacles
  • P'stt ! vaudeville en 1 acte, avec André Trémisot, Paris, Théâtre des Mathurins, 9 janvier 1904
  • Le Friquet, pièce en 4 actes, d'après Gyp, Paris, Théâtre du Gymnase, 30 septembre 1904
  • Allo…263-69, revue en 2 actes, avec Mathonnet de Saint-Georges (1908)
  • La Petite Jasmin, comédie en 3 actes, avec Georges Docquois, Paris, Théâtre-Impérial, 20 septembre 1912
  • L'Homme sandwich, pièce écrite en collaboration avec José de Bérys, Paris, Théâtre Moderne, 1920

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. François Caradec, Willy, Le père des Claudine, p. 13, 56 et al.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]