Walbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Walbourg
Église Sainte-Walburge
Église Sainte-Walburge
Blason de Walbourg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Arrondissement de Wissembourg
Canton Canton de Wœrth
Intercommunalité C.C.Sauer-Pechelbronn
Maire
Mandat
Alphonse Sibler
2008-2014
Code postal 67360
Code commune 67511
Démographie
Population
municipale
804 hab. (2011)
Densité 151 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 15″ N 7° 47′ 24″ E / 48.8875, 7.79 ()48° 53′ 15″ Nord 7° 47′ 24″ Est / 48.8875, 7.79 ()  
Altitude Min. 146 m – Max. 177 m
Superficie 5,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Walbourg

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Walbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Walbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Walbourg

Walbourg est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Walbourgeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La localité fait partie de la région naturelle Outre-Forêt[1].

Walbourg est un village proche de Biblisheim, Durenbach et Hinterfeld (commune).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En allemand : Walburg [2]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du village est l'abbaye de Sainte-Walburge fondée dans la "Forêt Sainte", au nord de Haguenau. L'origine remonte à 1705 avec l'autorisation donnée par Thierry de Montbéliard à des moines de fonder une celle. La fondation de l'abbaye doit remonter à l'intervention à Frédéric de Staufen, duc de Souabe, et à Pierre de Lutzelbourg, vers 1100.

Le nom de Walbourg est une déformation de Walburge[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Walbourg

Les armes de Walbourg se blasonnent ainsi :
« D'or aux trois lions léopardés de sable, lampassés de gueules, passant l'un sur l'autre, au chef de gueules chargé d'une volute de crosse du champ mouvant du trait du chef. »[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Francis Schneider    
mars 2001 mars 2014 Alphonse Sibler    
1895 1907 Richard Haniel    
1816 1848 Michel Saglio[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 804 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
412 508 530 589 621 625 603 612 558
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
519 507 514 538 531 520 527 501 546
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
548 549 552 538 543 523 540 573 601
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
531 539 561 622 707 786 792 804 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique

C'est la commune d'Alsace avec le plus fort taux de population comptée à part en 2006 selon l'Insee, avec 27,9 % (307 personnes pour une population totale de 1099 habitants). Ce taux s'explique par la présence de l'internat du séminaire de jeunes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Walburge - Vitrail de la Crucifixion - Avec la légence M.CCCC.LXI JOR. WRDEN DISE FENSTER . GEMACHT IN DISEN KOR (l'an 1461 on fit ces vitraux pour le chœur)
  • L'abbaye Sainte-Walburge[9],[10] a peut-être été fondée par le comte Thierry de Montbéliard en 1074 qui possédait de nombreux biens dans la forêt de Haguenau. Il aurait permis à deux moines d'y établir une celle consacrée à saint Philippe, à saint Jacques et à sainte Walburge. Cette dédicace à sainte Walburge a fait supposer que ces moines venaient de Bavière. D'autres font remonter cette fondation à Frédéric le Borgne, duc de Souabe, et au comte Pierre de Lutzelbourg. L'empereur Henri V lui a accordé de nombreux privilèges en 1106.
  • Le Séminaire de jeunes[11] est un établissement catholique d'enseignement sous contrat avec l'État. Cet établissement accueille des jeunes de la 7ème à la terminale, filles et garçons, en qualité d'externes, demi-pensionnaires ainsi qu'internes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Chaque été, la commune de Walbourg accueille les stages de football de Léonard Specht, ancien joueur de l'équipe de France.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]