Une saison en enfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Une saison en enfer (film) et Une saison en enfer (album).
Une saison en enfer
Image illustrative de l'article Une saison en enfer
Couverture de la plaquette de 53 p. publiée à compte d’auteur, en octobre 1873.

Auteur Arthur Rimbaud
Genre Recueil de poésie
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Bruxelles
Éditeur Alliance typographique
Date de parution 1873
Nombre de pages 53

Une saison en enfer est un recueil de poèmes en prose d'Arthur Rimbaud, rédigé en juillet 1873, après une période de crise dans la vie du poète — l'accident de Bruxelles avec Verlaine et le retour à Roche dans la ferme familiale — à partir d'une ébauche commencée quelques mois auparavant, le Livre païen ou Livre nègre.

Chant païen halluciné, le poème est aussi une profession de foi, marquée par la quête du salut[réf. nécessaire], les déceptions sentimentales et artistiques, et un réquisitoire contre la civilisation occidentale et ses valeurs.

« Prodigieuse autobiographie psychologique, écrite dans cette prose de diamant qui est la propriété exclusive de son auteur », selon les termes de Paul Verlaine[1].

Une Saison en enfer est la seule œuvre de Rimbaud dont il ait entrepris la publication, à compte d'auteur. Mais, vraisemblablement parce qu'il avait manqué d'argent pour payer l'imprimeur, elle ne fut pas diffusée. Seuls les exemplaires d'auteur furent distribués par Rimbaud à ses amis. Un stock de quelque cinq cents exemplaires de l'ouvrage fut retrouvé en 1901 à Bruxelles[2].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Léo Ferré a mis en musique et chanté l'intégralité du poème dans son album Une saison en enfer, paru en 1991.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les hommes d'aujourd'hui », Œuvres en prose complètes, Gallimard, La Pléiade, 1972, p. 802
  2. Dominique Combe, Arthur Rimbaud. Poésies. Une saison en enfer. Illuminations, Gallimard, Foliothèque n°118, 2004, p.64.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :