Chuffilly-Roche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chuffilly-Roche
Sur les pas de Rimbaud : vue sur le village de Roche
Sur les pas de Rimbaud : vue sur le village de Roche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Attigny
Intercommunalité Communauté de communes des Crêtes Préardennaises
Maire
Mandat
Guy Morlet
2014-2020
Code postal 08130
Code commune 08123
Démographie
Population
municipale
93 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 53″ N 4° 36′ 28″ E / 49.4481, 4.607849° 26′ 53″ Nord 4° 36′ 28″ Est / 49.4481, 4.6078  
Altitude Min. 87 m – Max. 128 m
Superficie 7,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Chuffilly-Roche

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Chuffilly-Roche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chuffilly-Roche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chuffilly-Roche

Chuffilly-Roche est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y avait un château, les seigneurs de Roche furent les abbesses de Abbaye Saint-Étienne-les-Dames à partir de 1726 en le rachetant à Dame Marie Dhenni Lièttart. La commune est née, en 1828, de la fusion des deux communes de Chuffilly-et-Coigny et Roche-et-Méry.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Bernard Aubry[1]    
mars 2014 en cours Guy Morlet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 93 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
145 130 163 151 271 281 313 306 321
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
316 297 303 307 272 236 248 209 232
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
200 128 142 127 137 110 151 132 126
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
116 84 100 91 87 86 91 93 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Arthur Rimbaud séjourna dans le hameau de Roche, sa mère, Vitalie Rimbaud y tenant une ferme familiale[5]. Sa famille maternelle, les Cuif dont la présence est attestée depuis le XVIe siècle au village, y possédait une ferme. Il y écrivit certaines de ses œuvres, notamment Une saison en enfer et Le Bateau ivre, alors qu'il habitait à proximité du lavoir[6],[7].

De la ferme des Cuif, qui était une des plus imposantes du village, il ne reste aujourd'hui qu'un pan de mur. Cette propriété a été transmise par la mère d'Arthur Rimbaud, Vitalie Cuif, à la sœur du poète, Isabelle qui y habita en compagnie de son mari, Paterne Berrichon. Elle devint, pendant la Première Guerre mondiale, le siège de la Kommandantur. Le 12 octobre 1918, les occupants allemands quittèrent la ferme, en la dynamitant[8].

De l'autre coté de la départementale, le long de laquelle subsiste ce petit pan de mur, se dressent deux colonnes de pierre marquant l'entrée de l'ancien verger des Cuif, et le lavoir[9]..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]