Une saison en enfer (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Une saison en enfer.

Une saison en enfer

Album par Léo Ferré
Sortie novembre 1991
Enregistré septembre 1991, Studio Regson Zanibelli, Milan
Durée 67:10 min
Genre Chanson française
Format Disque compact
Producteur Léo Ferré
Label EPM Musique (1991)
La Mémoire et la Mer (2000)

Albums par Léo Ferré

Une saison en enfer est un album de Léo Ferré, publié en 1991 à l'occasion du centenaire de la mort d'Arthur Rimbaud. Il s'agit de son dernier album anthume.

Genèse[modifier | modifier le code]

Cet album inclassable et déroutant (ni chanson, ni musique « classique ») est la formalisation d'une maquette piano-voix enregistrée par Ferré aux alentours de 1963 et jamais officialisée[1]. Ferré a enregistré la version de 1991 en trois jours au Studio Regson Zanibelli de Milan, en la seule compagnie de son habituel ingénieur du son et de son fils, chargé de vérifier s'il ne se trompait pas dans le texte[2].

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Contrairement à ses précédentes mises en musique d'Apollinaire (1954), de Baudelaire (1957, 1967, 1987), Aragon (1961), ou encore Verlaine et Rimbaud (1964), Ferré choisit de s'en tenir à un grand dépouillement et de jouer sur l'illusion d'une musique semi-improvisée afin de préserver la « puissance de jaillissement originel »[3] du poème et exprimer ici pleinement sa conception d'une poésie avant tout orale[4] en se laissant guider par la seule musicalité de la langue rimbaldienne.

Servi par sa profonde connivence avec le texte, Ferré parvient à rendre compte de son ambiguïté énonciative en maniant avec beaucoup d'à-propos et de labilité des phrasés polymorphes : cri, parole, psalmodie, chant, déclamation, cantillation, et tous leurs stades intermédiaires. Le poème, sacral et sacrilège tout à la fois[5], en est dès lors comme « éclairci »[6].

Réception et postérité[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Textes : Arthur Rimbaud. Musiques, piano, sifflements, claquements : Léo Ferré.

No Titre Durée
1. « Jadis, si je me souviens bien [...] » 2:23
2. Mauvais sang 15:43
3. Nuit de l'enfer 6:51
4. Délires I : Vierge folle & L'Époux infernal 12:47
5. Délires II : Alchimie du verbe 14:03
6. L'Impossible 5:41
7. L'Éclair 3:07
8. Matin 2:10
9. Adieu 4:28

Production[modifier | modifier le code]

  • Prise de son : Paolo Bocchi
  • Direction artistique : Léo Ferré
  • Crédits visuels : Charles Szymkowicz (recto), Paul Verlaine (verso)
  • Texte pochette originale : Léo Ferré

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Raemackers, livret de l'album compilation Les Années toscanes.
  2. Mathieu Ferré, in livret de l'album (édition 2000).
  3. Céline Chabot-Canet, Léo Ferré : une voix et un phrasé emblématiques. L'Harmattan, 2008, p. 147.
  4. « Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie; elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche. » in préface à Poète... vos papiers !, La Table Ronde, 1956.
  5. « [...]Je fais de petites histoires en prose, titre général ; Livre païen, ou livre nègre. » Arthur Rimbaud, Lettre à Ernest Delahaye, avril 1873.
  6. « Ferré, grâce à une longue familiarité avec l'œuvre, une communion profonde avec ses thématiques, une humilité et une capacité d'en assimiler toute la richesse, présente une adaptation qui va au-delà d'une simple illustration musicale et fait surgir quelques-uns des multiples sens de l'œuvre, restituant, par le côté partiellement improvisé de la mise en musique l'impression de « genèse perpétuelle » caractéristique de la prose de Rimbaud », Céline Chabot-Canet,Op. cit., p. 163.