Transport ferroviaire en Indonésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Transport ferroviaire en Indonésie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

KRL Jabotabek passant à travers une zone de bidonvilles à Jakarta


Caractéristiques du réseau

Le transport ferroviaire en Indonésie est concentré sur l'île de Java, qui possède 2 lignes principales qui traversent l'île d'ouest en est et plusieurs lignes secondaires. En outre, Jakarta et la conurbation dont elle est le centre, le Jabodetabek, possède un réseau express régional, le KRL Jabotabek. En dehors de Java, les seules régions d'Indonésie a posséder un réseau ferroviaire sont à Sumatra, dans le nord de l'île (provinces de Sumatra du Nord et Aceh), centré sur Medan, dans l'ouest (province de Sumatra occidental) et dans le sud (provinces de Sumatra du Sud et Lampung), centré sur Palembang.

Le réseau actuel consiste en 6 529 km de lignes, dont 5 042 km en exploitation (3 672 km à Java et 1 370 à Sumatra). Environ 100 km sont électrifiées à Java. Le transport ferroviaire indonésien est le monopole de la société nationale PT Kereta Api (Persero) ("compagnie des chemins de fer indonésiens") ou PT KA.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque coloniale[modifier | modifier le code]

Vieille locomotive au Musée du chemin de fer d'Ambarawa dans le centre de Java

À l'époque des Indes néerlandaises, des intérêts néerlandais, allemands et britanniques construisent un chemin de fer à Java. Les premières voies sont construites dans les années 1860 avec un écartement standard UIC de 1,435 mètre dans la partie sud de l'île par les Nederlandse Indische Spoorwegen Maatschappij (NISM, « compagnie des chemins de fer des Indes néerlandaises »). Ce réseau se révèle peu économique. D'autres voies sont alors construites avec un écartement plus étroit de 3 pieds et 6 pouces (1,067 mètre).

Les voies étroites se montrant plus rentables c'est à cet écartement qu'est construit le reste du réseau de l'île. Par ailleurs, un réseau à l'écartement dit Decauville (60 centimètres) est construit dans les régions de plantations de canne à sucre de Java.

Lors de l'occupation japonaise de Java durant la Seconde Guerre mondiale, des tronçons de voies à l'écartement standard ainsi que du matériel roulant sont démontés et transportés en Mandchourie.

L'Indonésie indépendante[modifier | modifier le code]

Voiture voyageurs en gare de Cirebon

Après la proclamation de l'indépendance en 1945, l'Indonésie continuera longtemps d'utiliser la traction à vapeur. Dans les années 1980, la plupart des locomotives à vapeur ont été envoyées, soit à la ferraille, soit au musée du chemin de fer d'Ambarawa, soit gardées sur le réseau sucrier.

Les réseaux privés étrangers sont nationalisés en 1971.

Projets[modifier | modifier le code]

Le développement de voies ferrées est un volet important des projets du gouvernement indonésien en matière d'infrastructure dans le cas d'un Master Plan for the Acceleration and Expansion of Indonesia's Economic Development (MP3EI). Le pays doit investir au moins 605 trillions de rupiah (50 milliards d'euros) en infrastructures d'ici 2030. Le MP3EI a un coût total estimé à 4 000 trillions de rupiah (plus de 300 milliards d'euros), y compris le développement d'infrastructures telles que des routes, des voies ferrées, des ports et des aéroports[1].

Kalimantan[modifier | modifier le code]

Kalimantan ne possède pas de réseau ferré. La province de Kalimantan central sur l'île de Bornéo a un projet de construction d'une ligne de 500 km[2].

Sulawesi[modifier | modifier le code]

Sulawesi ne possède pas non plus de réseau ferré. En 2004, le gouvernement indonésien a annoncé un projet de chemin de fer "Trans-Sulawesi" pour l'île de Sulawesi avec comme premier tronçon une ligne de 150 km reliant Makassar, la capitale de la province de Sulawesi du Sud, à la ville de Pare-Pare.

Fin 2012, le Ministère des Transports indonésien et six gouvernements provinciaux de Sulawesi on signé un protocole d'accord pour le développement d'un réseau ferroviaire intégré de 2 000 km de voie pour un coût total de 50 trillions de rupiah (un peu plus de 4 milliards d'euros). La construction commencerait en 2013. La priorité à un tronçon Makassar-Pare-Pare a été confirmée. Un second tronçon serait entre Gorontalo et Manado dans le nord de l'île. Le projet sera l'objet d'un partenariat privé-public ("PPP"). Des investisseurs chinois et russes seraient intéressés[3].

Sumatra[modifier | modifier le code]

La province de Riau dans le centre de Sumatra a son propre projet de création d'un réseau ferroviaire, qui à terme relierait les réseaux du nord et du sud de l'île.

Avertissement[modifier | modifier le code]

Les guides et cartes touristiques publiés dans les années 1980, et même actuellement, indiquent encore des lignes fermées ou supprimées depuis longtemps. Il est donc impératif d'actualiser les informations auprès de la compagnie des chemins de fer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tito Summa Siahaan & Dion Bisara, Sulawesi a Step Closer to Railway Network, The Jakarta Globe, 2 janvier 2013
  2. Xinhua, 8 juin 2007
  3. Tito Summa Siahaan & Dion Bisara, "Sulawesi a Step Closer to Railway Network", The Jakarta Globe, 2 janvier 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]