Paléoprotérozoïque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paléoprotérozoïque

Notation chronostratigraphique PP
Notation française a1
Niveau Érathème / Ère
Éonothème / Éon
- Superéon
Protérozoïque
Précambrien

Stratigraphie

Début Fin
2 500 Ma 1 600 Ma

Le Paléoprotérozoïque est la première ère du Protérozoïque. Elle s’étend de -2 500 à -1 600 Ma[1]. Cette époque est marquée par l'augmentation du taux d’oxygène, produit par des cyanobactéries. C'est aussi l'époque de l'apparition des plus anciens eukaryotes actuellement connus (les Grypania) et des plus anciens organismes multicellulaires, ceux du groupe fossile de Franceville.

éon
Protérozoïque
Néoprotérozoïque
  Édiacarien
  Cryogénien
  Tonien
Mésoprotérozoïque
  Sténien
  Ectasien
  Calymmien
Paléoprotérozoïque
  Stathérien
  Orosirien
  Rhyacien
  Sidérien

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Quatre systèmes ou périodes constituent le Paléoprotérozoïque :

  Stathérien (1 800-1 600 Ma)
  Orosirien (2  050-1 800 Ma)
  Rhyacien (2 300-2 050 Ma)
  Sidérien (2 500-2 300 Ma)

Événements majeurs[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Cette période est dominée par la formation et la dislocation du continent de Columbia qui a existé de 1.8 Ga à 1.6 Ga. On constate également une croissance importante de la surface des continents sur leur marge par divers phénomènes tectoniques.

Évolution de l'atmosphère[modifier | modifier le code]

L’augmentation significative du taux d’oxygène dans l’atmosphère a empoisonné la plupart des formes de vie de cette époque. En effet, celles-ci étaient anaérobiques et ne résistaient pas à l’augmentation du taux d’oxygène. Les seuls survivants furent ceux qui résistaient aux effets oxydants de l’oxygène, ou passaient la plus grande partie ou la totalité de leur cycle de vie dans un environnement libre de sa présence. On parle dès lors de Grande Oxydation ou de catastrophe de l’oxygène.

La Grande Oxydation a débuté il y 2,45 milliards d’années, le taux d’oxygène dans l’atmosphère est d’abord resté relativement stable et bas, de l’ordre de quelques pourcents durant la plus grande partie du Paléoprotérozoïque, les océans servant de puits chimiques durant cette période.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) GeoWhen database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :