Tango (genre musical)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tango.
Le Tango *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Bandoneon "Cardenal" ca. 1920 Photo: Pavel Krok
Bandoneon "Cardenal" ca. 1920 Photo: Pavel Krok
Pays * Drapeau de l’Argentine Argentine
Drapeau de l'Uruguay Uruguay
Région * Amérique latine et Caraïbes
Liste Liste représentative
Fiche 00258
Année d’inscription 2012
* Descriptif officiel UNESCO

Le tango est un genre musical et une danse argentine et uruguayenne, et plus précisément du Rio de la Plata née à la fin du XIXe siècle.

Article détaillé : Tango (danse).

Comme forme rythmique, il désigne le plus souvent une mesure à deux ou quatre temps plutôt marquée, mais avec un vaste éventail de tempos et de styles rythmiques très différents selon les époques et les orchestres.

Le tango comme genre musical englobe trois formes musicales rioplatense sur lesquelles se dansent traditionnellement les pas du tango : tangos, milongas et valses. Ainsi, la majorité des orchestres et compositeurs cités dans cet article comme des grandes figures du « tango » sont également des compositeurs et interprètes de milongas et de valses.

Le bandonéon, intégré au sein des orchestres de tango, composés majoritairement d'Instruments à cordes, est traditionnellement l'instrument phare du tango.

Le genre musical, exporté dans le monde à partir du début du XXe siècle, a fait aussi naître des formes musicales émigrante

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terme tango, à l'étymologie incertaine, est originaire de la communauté noire d'Amérique latine issue de l'esclavage, et a connu divers sens au sein de cette communauté au cours des siècles, dont l'un des tout premiers fut celui-ci : tango, endroit où le négrier parquait les esclaves avant l'embarquement[1].

Le Tango comme genre musical est né, avec la danse du même nom, à Buenos Aires entre 1850 et 1900, d'un mélange de nombreuses formes musicales européennes, de la musique latino-américaine (comme l'Habanera) et d'une rythmique africaine (Milonga, Candombe, Murga). Bien que le fondement harmonique du tango soit européen, la rythmique contient en partie encore des modèles africains et latino-américains (comme le rythme Habanera). Les premiers tangos avaient un rythme avec une mesure en 2/4 mais plus tard, vers 1920, le rythme en 4/4 s'imposa. Le mode de jeu des orchestres de tango est en partie polyphonique, et réparti de manière égale entre les groupes instrumentaux, si bien que les instruments se relaient dans leur fonction d'instrument rythmique ou comme instrument portant le thème et le contrecanto.

L’Argentine dans le développement du Tango[modifier | modifier le code]

Il est impossible de proposer une date exacte de naissance du tango, mais il est généralement admis que le Tango vient de la banlieue de la Ville de Buenos Aires et ses environs (Gran Buenos Aires) dans la fin du XIXe siècle[2],[3]

La milonga campera existe en Argentine depuis le milieu du XVIIIe siècle, le premier payador dont on se souvient est Santos Vega. Ses origines ont été étudiées et tout indique qu'il est né dans la pampa argentine, avec de fortes influences africaines[4],[5], surtout du candombe qui se pratiquait dans cette zone là (qui serait semblable à celui qui existe aujourd'hui à Buenos Aires). On sait que le candombe est pratiqué en Argentine depuis l'arrivée des premiers esclaves et jusqu'à nos jours[6],[7].

En 1866, un journal argentin employa pour la première fois le terme tango (en référence au genre musical le plus identifié avec le mot "tango" Tango Argentino) pour désigner la chanson "La Coqueta"[8] En 1876 un tango-candombe intitulé "El Merenguengué"[9],[10] fut très populaire, jusqu'à devenir un grand succès du carnaval afro-argentin de février de cette année-là. Il est joué par une guitare, un violon et une flûte, en plus des tambours traditionnels du candombe afro-argentin (Llamador et Repicador). Il a été sérieusement envisagé que ce contexte ait été l'un des points de départ importants pour la naissance et le développement du Tango[11].

Le premier enregistrement existant, "La Canguela", d'auteur inconnu, date de 1889 et se trouve aujourd'hui au Musée de la Ville de Rosario. D'autre part, le premier tango sur disque, El Entrerriano (avec l'enregistrement du droit d'auteur), est sorti en 1896 et imprimé en 1898 : l'auteur Rosendo Mendizábal est issu de la communauté afro-argentine[12].

Avant 1900 à Buenos Aires, on jouait également des tangos tels que: "El Queco" (Auteur anonyme - 1874); "Señora casera" (Auteur anonyme - 1880); "Andate a la recoleta" (Auteur anonyme - 1880); "El Porteñito" (Gabriel Diez - 1880); "Tango Nº1" (Jose Machado - 1883); "Dame la lata" (Juan Perez - 1883); "Que polvo con tanto viento" (Pedro M. Quijano - 1890); "No me tires con la tapa de la olla" (Auteur anonyme - 1893); "El Talar" (Prudencio Aragon - 1895), "Concha sucia" (El "Negro" Casimiro)[13],[14],[15].

À la transition entre le "tango criollo " et le tango de la "Guardia Vieja", on trouve les enregistrements suivants : Ángel Villoldo (El choclo, 1903) (El pimpollo, 1904), (La vida del carretero, 1905) y (El negro alegre, 1907), de Gabino Ezeiza (El tango patagones, 1905), y de Higinio Cazón (El taita, 1905)[16]. À la même époque, le premier enregistrement d'un tango joué par un orchestre, celui de Vincent Greco, est "Don Juan", écrit par Ernesto Ponzio[17]

Le premier "groupe" de tango était composé de deux afro-argentins, "le Noir", Casimiro Alcorta, au violon et "le Mulâtre", Sinforoso, à la clarinette[18]. Ils ont donné de petits concerts à Buenos Aires du début des années 1870 jusqu'au début des années 1890. "Le Noir Casimiro" est l'auteur de "Entrada prohibida" ("Entrée interdite")[19], signé ensuite par les frères Teisseire, et "La Yapa" ; de même, on lui attribue le tango "Concha sucia", qui a été plus tard modifié et signé par F. Canaro comme "Cara Sucia" ("visage sale")[20]. Ce duo a probablement été l'auteur et interprète de nombreux tangos des débuts maintenant répertoriés comme "anonymes", puisqu'à cette époque la signature des œuvres était moins courante.

La première analyse sur le tango en Uruguay a été réalisée par un témoin important de l'époque : le pianiste uruguayen Alberto Alonso. Selon Enrique Binda, qui donne son point de vue sur ce témoignage, la genèse du tango a eu lieu dans le Gran Buenos Aires[21],[22]. Pour sa part, l'historien Ricardo García Blaya (Histoire du tango et milonga Buenos Aires:. El Ateneo - Yenny, 2003) fait valoir que le tango est né dans le Rio de la Plata, à Buenos Aires mais aussi dans la région jusqu'à des villes comme Rosario et Montevideo[23].

Interprétation[modifier | modifier le code]

Osvaldo Pugliese, l'un des chefs d'orchestres les plus diffusés en milonga.
Astor Piazzolla

Un orchestre de Tango typique (les Sexteto tipico) est composé d'un piano, d'une contrebasse, de deux violons et de deux bandonéons. Selon l'orientation musicale, d'autres variations dans le choix des instruments sont possibles, celui-ci s'étendant d'une instrumentation minimale (avec Bandonéon solo) jusqu'à l'âge d'or du Tango (aux alentours de 1940) et ses habituels orchestres géants de 30 musiciens. Le bandonéon reste néanmoins l'instrument typique du tango. Le bandonéon fut introduit aux alentours de 1880 par les immigrants et sa sonorité d'instrument à vent fait qu'il a remplacé les parties jouées initialement par la flûte. Le bandonéon dans les parties aiguës sonne comme un violon, ce qui rend le jeu en commun plus aisé.

La technique musicale et l'usage de la sonorité dans l'instrumentation n'étaient pas fixés et purent être développés jusqu'à la virtuosité dans la première moitié du XXe.

Le piano fut introduit par Roberto Firpo dans l'orchestre de tango, tandis que la contrebasse devint partie intégrante de l'orchestre de tango grâce à Francisco Canaro.

À côté des interprétations purement instrumentales, il existe aussi le tango-cancion où un chanteur ou une chanteuse est accompagné(e) par les instruments. Le chanteur de tango le plus connu est Carlos Gardel.

Avec en particulier Astor Piazzolla, à partir des années 1960, certains compositeurs ont écrit des tangos aux rythmes complexes et changeants, difficiles à danser, plus adaptés à une exécution en concert que pour la milonga. Ainsi, le tango est devenu un genre musical qui ne se rattache plus forcément aux milongas.

Aujourd’hui, certains groupes intègrent la musique électronique dans le tango, ce qui donne souvent une couleur plus froide et sombre à la musique (voir Electrotango).

Chefs d'orchestres et orchestres historiques[modifier | modifier le code]

Groupes contemporains[modifier | modifier le code]

Chanteurs célèbres[modifier | modifier le code]

Carlos Gardel

Tangos célèbres[modifier | modifier le code]

Danseurs célèbres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tango (danse).

Label de tango[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Isabelle Leymarie, Du tango au reggae: musiques noires d’Amérique latine et des Caraïbes, Paris, Flammarion,‎ 1996 (ISBN 2082108139)
  • (fr) Isabelle Leymarie, La musique sud-américaine: rythmes et danses d’un continent, Paris, Gallimard,‎ 1997 (ISBN 2070533913)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tango, du noir au blanc, Michel Plisson (Editions Actes Sud)
  2. Écrit sur les débuts de Tango.
  3. Est accepté par presque tout le monde, née et s'est développée dans le Grand Buenos Aires.
  4. Des études fiables sur la Pampa Milonga et ses origines.
  5. Les études sur la Sureña Pampeana Milonga et ses origines.
  6. Sur l'histoire et la vie de l'Argentine Candombe, la réalité de Buenos Aires, Argentine.
  7. "L'Argentin Candombe: Chronique d'une mort annoncée”.
  8. “La Coqueta ", 1866.
  9. Jorge Gutman op. cit.
  10. Tango-candombe afroargentino Afro-argentine Tango-Candombe "El Mereguengué".
  11. “Les Afro-Argentins dans le développement du tango ”.
  12. Scores premier tango.
  13. "Genesis de Tango, 1860-1880".
  14. Titres calomnieuses de Tangos, le début de la "Guardia Vieja" ("vieille garde").
  15. Tangos de la "Guardia Vieja" ("vieille garde").
  16. Premiers enregistrements de tangos par des « Payadores ».
  17. "Don Juan", le premier tango enregistrée par un orchestre, l'Orchestre de Vicente Greco.
  18. El negro Casimiro Alcorta y el mulato Sinforoso
  19. El negro Casimiro Alcorta, y su tango "Entrada Prohibida".]
  20. El negro Casimiro Alcorta, y su tango "Concha Sucia".
  21. ¿Rioplatense Tango? ou ¿Argentine Tango? par Enrique Binda.
  22. ¿Rioplatense Tango? ou ¿Argentine Tango? par Enrique Binda (ESPAGNOLE).
  23. Livre-travail sur l'histoire du tango.
  24. http://www.valetango.com.ar/
  25. http://www.silenciotango.com/
  26. http://www.demoliendotangos.com.ar/
  27. http://www.mananamusic.com/