Tanger-Tétouan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tanger-Tétouan
Tanger-Tétouan
Administration
Pays Maroc Maroc
Provinces Province de Chefchaouen
Province de Fahs-Anjra
Province de Larache
Province d'Ouezzane
Province de Tétouan
Préfecture de M'diq-Fnideq
Préfecture de Tanger-Asilah
Chef-lieu Tanger
Wali(s) Mohamed Hassad (wilaya de la région Tanger-Tétouan)[1]
Mohamed Yaakoubi (wilaya de Tétouan)[2]
Démographie
Population 3 003 006 hab. (2010)
Densité 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 46′ 00″ N 5° 48′ 00″ O / 35.76666667, -5.8 ()35° 46′ 00″ Nord 5° 48′ 00″ Ouest / 35.76666667, -5.8 ()  
Superficie 2 036 000 ha = 20 360 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir sur la carte Maroc administrative
City locator 14.svg
Tanger-Tétouan

Tanger-Tétouan (en arabe : طنجة تطوان) est l'une des seize régions du Maroc. Elle se trouve à la pointe nord-ouest du Maroc, dans la chaîne montagneuse du Rif. Sa superficie est de 11 570 km2 pour une population de 2 470 372 habitants en 2006[3]. Son chef-lieu est la ville de Tanger.

La région est baignée par la mer Méditerranée au nord et l'océan Atlantique à l'ouest. Elle dispose d'une frontière avec l'Espagne, et plus particulièrement avec la ville de Ceuta, enclavée, et revendiquée par le Maroc comme partie de la région.

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Alors qu'à chaque région du Maroc correspond habituellement une wilaya, celle de Tanger-Tétouan en comprend deux, regroupant les préfectures et provinces suivantes :

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1994 2004 2010
2 036 032 2 470 372 3 002 108 |
1994, 2004 : recensement officiel ; 2007 : calculation.


Le climat a le caractère général du climat méditerranéen mais par sa latitude, son altitude et sa triple façade maritime, la région est une des zones les plus arrosées au Maroc (+ de 1000 mm).

D’après le recensement général de la population et de l’habitat de 1994, la population de la région est évaluée à 2,04 millions d’habitants, ce qui représente 8 % de la population totale du Maroc. En l’an 2010, elle est estimée à 3 millions d’habitants dont 86 % sera urbaine.

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales activités économiques sont l'agriculture, l'élevage, la forêt et la pêche avec 43,5 % suivis du commerce (14,4 %) et de l'industrie et l'artisanat (13,7 %)[5]. Cependant, les secteurs de l'industrie et du commerce connaissent en ce moment un développement très rapide par rapport aux autres régions du pays et cela grâce à l'amélioration du réseau autoroutier, de la construction du port Tanger med et de free zones.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L’Homme se serait établi dans le territoire de la région dès le paléolithique et les relations entre les habitants de la péninsule tingitaine avec ceux des autres régions de la Méditerranée sont attestées dès cette époque.

Pendant l’antiquité, le phénomène urbain s’y développa. Les villes actuelles sont héritières d’une occupation urbaine antique, du moins pour Tanger (Tingis), Asila (Zilil), Larache (Lixus) et Tétouan (Tamuda). Chaouen, quant à elle, surgit tardivement dans un milieu rural et montagnard où les facteurs politico-religieux et l’apport andalous furent déterminants.

Les médinas des villes de la région de Tanger-Tétouan présentent un intérêt touristique spécifique de par leur héritage historique fort influencé par les cultures du pourtour méditerranéen (al-Andalus, Turquie, Portugal). Comme toutes les villes historiques du Maroc, elles sont composées de deux entités urbaines : la Médina avec sa Kasba et la ville moderne. La première est toujours entourée de remparts. La deuxième s'est développée en dehors des remparts historiques. Elle date de l’époque du régime international pour Tanger et de l'époque du Protectorat espagnol (1912-1956) pour Tétouan, Larache, Chaouen, Asila. La plupart de ces villes sont des ports qui ont vécu des expériences distinctes à travers l'histoire.

La position géographique de la région lui a permis de jouer le rôle de tête de pont entre le Maroc et l’Europe en temps de paix comme en temps de guerre. Il fut un temps où certaines des villes de la région ont été occupées par des pays européens (Espagne, Portugal et l’Angleterre)[6].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les médinas :

  • Médina de Tanger : la cosmopolite
  • Médina de Larache : héritière des jardins des Hespérides
  • Médina d’Asilah : art et culture
  • Médina de Tétouan : l’andalouse, la plus belle médina du Maroc < Patrimoine Mondial de l'UNESCO >
  • Médina de Chefchaouen : la citadelle rustique
  • Médina de Ouezzane : la ville sainte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MAP, « Mohamed Hassad, un ingénieur au service de la modernité », Le Matin,‎ 2 juillet 2005 (lire en ligne)
  2. MAP, « Activités royales : S.M. le Roi Mohammed VI nomme plusieurs walis et gouverneurs », Le Matin,‎ 26 novembre 2010 (lire en ligne)
  3. Selon le recensement effectué en 2004
  4. [PDF] « Décret no 2-09-319 du 17 joumada II 1430 (11 juin 2009) modifiant et complétant le dahir no 1-59-351 du 1er joumada II 1379 (2 décembre 1959) relatif à la division administrative du Royaume », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5744,‎ 18 juin 2009, p. 1018 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  5. Portail national du Maroc
  6. Bienvenus à Tourisme de Tanger-Tétouan