Chaouia-Ouardigha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaouia-Ouardigha
Chaouia-Ouardigha
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Provinces Settat
Ben Slimane
Khouribga
Berrechid
Chef-lieu Settat
Wali(s) Mohamed El Yazid Zellou[1]
Démographie
Population 1 744 738 hab. (estim. 2010[2])
Densité 104 hab./km2
Population urbaine 594 812 hab.
Population rurale 1 060 848 hab.
Géographie
Coordonnées 33° 00′ N 7° 37′ O / 33, -7.616666666666733° 00′ Nord 7° 37′ Ouest / 33, -7.6166666666667  
Superficie 1 676 000 ha = 16 760 km2

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir sur la carte Maroc administrative
City locator 14.svg
Chaouia-Ouardigha

Chaouia-Ouardigha (en arabe : الشاوية ورديغة) est l'une des seize régions du Maroc. Elle est située sur la plaine atlantique, entre la ville de Casablanca, l'oued Oum Errabiaa et le plateau des phosphates. Sa superficie est de 16 760 km² pour une population de 1 744 738 habitants. Son chef-lieu est Settat. La région (Ben Slimane, Berrechid, Settat, Khouribga) où l'agriculture, l'eau et les phosphates valent à la région des taux de croissance phénoménaux (25 % en 2011) selon le Haut-commissariat au Plan, elle est la deuxième région la plus riche du Maroc après le Grand Casablanca.

La région comprend des villes et villages connus pour leur richesse tels que Khouribga pour les phosphates, Bejaâd capital spirituel de la région et Oued Zem pour l'Histoire.

La région est composée des provinces suivantes :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la région signifie éleveurs de moutons ou pasteurs. Il servait d'abord à désigner les peuplades arabes qui menaient une vie exclusivement pastorale. Ils habitent la côte atlantique vers l'Oum Errabiaa d'une superficie d'environ 15 000 km2 et limité au Nord sur une longueur de près de 125km.

Autrefois, la région s'appellait Tamesna qui en amazigh signifie « plaine ». Ses habitants étaient d'origine berbère, les Berghouatas étaient issu de la puissante confédération des Masmouda. Au XIIe siècle, les Almohades firent installé quelques tribus arabes dans la région pendant la conquête de l'Espagne. Puis, d'autres contingents arabes et berbères (surtout zénètes) furent installés par les Méridines entre le XIIIe siècle et le XIVe siècle entraînant quelques mutations ethniques. Tamesna fut renommé « Chaouia » (du nom de chaoui, éleveurs de moutons). Selon Ibn Khaldoun, les habitants de la région étaient des nomades semi-sédentaires à économie diversifiée, ils ont joué un rôle d'intermédiaire entre les nomades bédouins chameliers et les citadins.

Les Arabes introduits dans la Chaouia appartenaient aux Jochem et aux Athbadj. Au milieu du XVIIIe siècle, la Chaouia comptait plusieurs sous-groupes :

  • Les Chehaouna : Mediouna, Oulad Ziane, Ziaida et Beni Oura.
  • Les Oulad Bou Rezg : Oulad Saïd, Mzamza, Oulad Bouziri, Oulad Sidi Bendaoud et Beni Meskine.
  • Les Oulad Bou Aateyya : Oulad Hriz, Mdakra et Oulad Ali.
  • Les Mzab : Oulad Mrah, Lahchache et Mlal.

Ils étaient reconnues pour l'excellence de leurs méthodes de combats de cavaliers, appelé « Zenatia ». Elle consiste à envoyer un léger corps de cavaliers qui s'approchent des rangs ennemis avec rapidité en tournant avec dextérité sur leurs montures, tirant sur des cibles de commandements pour suscité la réaction de l'adversaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographies des walis et gouverneurs nommés par le roi
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées WG.

Liens externes[modifier | modifier le code]